Bombardier annonce ses résultats du deuxième trimestre de 2017

Pour partager cette publication :

English follows

28 juillet 2017MontréalBombardier Inc.,  Communiqué de presse

  • Confirmation des prévisions pour l’exercice; prévision de RAII avant éléments spéciaux(1) dans la partie supérieure de la fourchette, entre 580 M$ et 630 M$
  • Poursuite de l’expansion de la marge(2) chez Transport et Avions d’affaires
  • De très solides commandes chez Transport et un ratio de nouvelles commandes sur revenus de 1,4 pour le trimestre
  • Accélération de la transformation

Bombardier (TSX: BBD.B) a annoncé aujourd’hui ses résultats du deuxième trimestre de 2017 et a souligné les progrès qu’elle réalise dans sa transformation et dans la construction de sa capacité de générer des bénéfices.

« Nous continuons à accomplir de grands progrès dans l’exécution de notre plan de redressement sur cinq ans, a déclaré Alain Bellemare, président et chef de la direction, Bombardier Inc. Nous améliorons nos marges opérationnelles, transformons notre exploitation et exécutons nos programmes en croissance, ce qui nous permettra de générer de la valeur à long terme pour nos clients et nos actionnaires. Forts de notre solide performance au premier semestre, nous sommes en bonne position pour réaliser nos prévisions pour l’exercice, et prévoyons afficher un RAII avant éléments spéciaux dans la partie supérieure de la fourchette, entre 580 millions $ et 630 millions $. »

Bombardier a affiché des revenus de 4,1 milliards $ pour le trimestre. Le RAII avant éléments spéciaux a progressé pour atteindre 164 millions $, en hausse de 55 % sur celui du trimestre correspondant de l’exercice précédent. Les marges RAII avant éléments spéciaux(1) se sont établies à respectivement 8,2 % chez Transport; un solide 8,9 % chez Avions d’affaires; et 7,7 % chez Aérostructures. Avions commerciaux a enregistré un RAII négatif reflétant l’accélération des cadences de production des avions C Series. L’utilisation de flux de trésorerie disponibles(1) de 570 millions $ pour le trimestre a aussi été conforme au plan.

La bonne performance de l’entreprise a été soulignée au deuxième trimestre par les solides commandes remportées par Transport qui a affiché un ratio de nouvelles commandes sur revenus de 1,4. Chez Transport, la transformation opérationnelle et la mise en œuvre de la stratégie de spécialisation des sites continuent aussi de porter leurs fruits, avec l’annonce au cours du trimestre de jalons importants pour ses activités opérationnelles en Allemagne, en Suisse et en Belgique. Chez Avions d’affaires, l’avion Global 7000, le tout nouveau biréacteur d’affaires de Bombardier à très long rayon d’action définissant sa catégorie, a dépassé les 500 heures d’essais en vol, et respecte l’échéancier visant sa mise en service au second semestre de 2018.

Bombardier a également annoncé que Mme Sheila Fraser a exprimé son intention de démissionner du conseil d’administration de l’entreprise pour des raisons personnelles. Le conseil a accepté la démission de Mme Fraser et la remercie pour ses cinq années de service dévoué ainsi que pour sa perspicacité et sa sagesse durant son mandat chez Bombardier.

PRINCIPAUX RÉSULTATS (PDF)

Bombardier a affiché des revenus consolidés de 4,1 milliards $ pour le trimestre et de 7,7 milliards $ pour le premier semestre, contre respectivement 4,3 milliards $ et 8,2 milliards $ pour les périodes correspondantes de l’exercice précédent, en raison surtout des ajustements de cadence de production des secteurs d’activité aéronautiques annoncés antérieurement, correspondant à la demande du marché, et de la croissance soutenue de Transport. Le RAII avant éléments sociaux a été de respectivement 164 millions $ et 292 millions $ pour le trimestre et le semestre, soit une hausse de respectivement 55 % et 24 % sur celui des périodes correspondantes de l’exercice précédent. Cette hausse s’explique par les marges solidement améliorées chez Transport et Avions d’affaires ayant atteint respectivement 8,2 % et 8,9 % ce trimestre. L’utilisation des flux de trésorerie disponibles a été de 570 millions $ pour le trimestre et de 1,2 milliard $ pour le semestre en raison surtout du programme d’essais en vol du Global 7000 combiné au fonds de roulement et à l’accélération de la production d’avions du programme C Series. Ces résultats amènent Bombardier à confirmer sa prévision de croissance des revenus pour l’exercice de quelques points de pourcentage, compte non tenu des incidences de la fluctuation des taux de change; sa prévision de RAII avant éléments spéciaux dans la partie supérieure de la fourchette de 580 millions $ à 630 millions $; et sa prévision d’utilisation des flux de trésorerie disponibles entre 1,0 milliard $ et 750 millions $.

RÉSULTATS ET FAITS SAILLANTS SECTORIELS

Avions d’affaires

Résultats (PDF)

  • Nous augmentons notre prévision de marge RAII avant éléments spéciaux à environ 8,0 % et confirmons nos prévisions de revenus et de livraisons pour l’exercice.
  • Nous avons livré 36 avions au deuxième trimestre, y compris un nombre élevé d’avions Global, ce qui a donné lieu à une solide marge RAII avant éléments spéciaux de 8,9 %. Depuis le début de l’exercice, nous avons livré 65 avions au total et sommes en bonne voie d’atteindre notre prévision de 135 livraisons d’avions pour l’exercice.
  • En mai 2017, nous avons dévoilé la nouvelle cabine Premier des biréacteurs d’affaires Global 5000 et Global 6000. Le nouveau design s’inspire d’un savoir-faire haut de gamme ainsi que du caractère spacieux, du confort et de la productivité des cabines des avions Global 7000 et Global 8000.
  • Nous avons continué à faire des progrès relativement au programme d’avions Global 7000 et Global 8000, trois véhicules d’essais en vol ayant accumulé plus de 500 heures d’essais en vol. Le programme de validation en vol et l’intégration des systèmes des avions démontrent un haut degré de maturité. Nous avons également conclu un accord de règlement complet avec Triumph Aerostructures LLC résolvant tous les différends commerciaux en suspens liés à la fabrication des ailes du programme d’avions. De nombreux avions de série ont commencé à progresser sur la chaîne d’assemblage et le programme est en bonne voie d’être mis en service au deuxième semestre de 2018.
  • Fidèles à notre stratégie axée sur l’expansion de nos activités de service après-vente, nous avons inauguré deux centres de service, à l’aéroport Biggin Hill, à Londres, en Angleterre et à Tianjin, en Chine, pour renforcer davantage notre réseau de soutien à la clientèle.
  • En juin 2017, nous avons franchi une étape historique, soit la livraison du 3 000e avion d’affaires Learjet, qui était également le 100e avion Learjet 75 livré.

Avions commerciaux

Résultats (PDF)

  • Nous confirmons nos prévisions de revenus, de livraisons et de RAII avant éléments spéciaux pour l’exercice.
  • Nous avons livré 20 avions commerciaux au cours du trimestre, y compris 6 avions C Series, 7 avions CRJ Series et 7 avions Q400. Comme nous avons livré en tout 28 avions régionaux et biturbopropulseurs depuis le début de l’exercice, nous avons réalisé la moitié de notre prévision de livraisons d’avions CRJ Series et Q400 pour l’exercice complet. La production s’accélère pour permettre la livraison d’environ 30 avions C Series. La livraison d’avions C Series devrait s’intensifier graduellement au deuxième semestre de l’exercice.
  • Compte tenu des livraisons du mois de juillet 2017, la flotte d’avions C Series compte maintenant 16 avions, et les avions CS100 et CS300 de Swiss International Air Lines (SWISS) et d’Air Baltic Corporation AS (airBaltic) continuent d’afficher de bonnes performances.
  • Au cours du trimestre, nous avons reçu des commandes fermes visant 12 avions Q400, totalisant 397 millions $ selon le prix affiché, et avons conclu des lettres d’intention visant jusqu’à 52 avions Q400, dont la valeur pourrait atteindre 1,8 milliard $ selon le prix affiché. Ces activités commerciales comprennent une lettre d’intention de SpiceJet en vue de l’acquisition d’un maximum de 50 avions et l’exercice d’options par Philippine Airlines pour 7 autres avions.
  • En ce qui a trait à la requête déposée par The Boeing Company (Boeing) devant le département du Commerce américain et la Commission du commerce international des É.-U. à l’égard de la menace alléguée que les exportations futures de la gamme d’avions C Series représentent pour les É.-U., nous sommes en désaccord avec les allégations et répondons aux procédures engagées dans le cadre de ce dossier. Nous nous attendons à ce que le département du Commerce américain rende ses décisions préliminaires sur les droits applicables, le cas échéant, à l’automne 2017 et ses décisions finales au cours du premier semestre de 2018.

Aérostructures et Services d’ingénierie

Résultats (PDF)

  • Nous confirmons notre prévision de revenus pour l’exercice et révisons notre prévision de marge RAII avant éléments spéciaux à environ 8,0 %.
  • La marge RAII avant éléments spéciaux s’est élevée à 7,7 % pour le trimestre et à 7,6 % pour le semestre, une amélioration par rapport à celles des périodes correspondantes de l’exercice précédent, attribuable essentiellement à l’augmentation des marges sur les contrats intersectoriels et des ventes de services après-vente.
  • Le 1er juillet 2017, Michael Ryan est devenu président, Aérostructures et Services d’ingénierie. M. Ryan, qui occupait auparavant le poste de vice-président et directeur général des installations d’Aérostructures de Bombardier à Belfast, succède à Jean Séguin qui prend sa retraite après une carrière de 36 ans remplie de succès chez Bombardier. M. Ryan relève directement d’Alain Bellemare, président et chef de la direction de Bombardier Inc.

Transport

Résultats (PDF)

  • Nous confirmons notre prévision de revenus et nous rehaussons notre prévision de marge RAII avant éléments spéciaux qui devrait atteindre environ 8,0 % pour l’exercice.
  • La progression de l’exécution de projets clés stimule la croissance des revenus, lesquels ont enregistré une hausse de 3,6 % au deuxième trimestre par rapport à ceux du trimestre correspondant de l’exercice précédent, compte non tenu de l’incidence des taux de change, et de 4,4 % depuis le début de l’exercice par rapport à ceux du semestre correspondant de l’exercice précédent.
  • La marge RAII avant éléments spéciaux a augmenté de 1,9 point de pourcentage au deuxième trimestre par rapport à celle du trimestre correspondant de l’exercice précédent, atteignant 8,2 % au deuxième trimestre, compte tenu de l’incidence positive des initiatives de transformation. La marge RAII avant éléments spéciaux pour le semestre a atteint 8,1 %.
  • Au cours du deuxième trimestre de 2017, nous avons remporté plusieurs commandes importantes en Europe, surtout au R.-U. et en France, portant le ratio de nouvelles commandes sur revenus à 1,4. La majorité de nos nouvelles commandes au deuxième trimestre de 2017 repose sur les plateformes de produits actuelles, ce qui favorise la réutilisation des technologies existantes.
  • Des progrès importants ont été réalisés au cours du trimestre visant notre transformation structurelle en cours qui rendra possible la mise en œuvre de la stratégie de spécialisation des sites sur plusieurs années. Des jalons importants ont été franchis avec les conseils de surveillance et les syndicats en Allemagne, en Suisse et en Belgique, ce qui entraînera l’ajustement progressif des effectifs pouvant toucher jusqu’à 2200 postes en Allemagne, 650 en Suisse et 160 en Belgique. Dans le cadre de ces changements organisationnels, des coûts liés à des indemnités de départ de 181 millions $ et des dépréciations d’actifs de 32 millions $ ont été comptabilisés comme charges de restructuration au deuxième trimestre dans les éléments spéciaux.

Bombardier Reports Second Quarter 2017 Results

July 28, 2017MontréalBombardier Inc.,  Press Release

  • Reaffirms full-year guidance; expects EBIT before special items(1) to be in the top half of range, between $580M and $630M
  • Continued margin(2) expansion at Transportation and Business Aircraft
  • Very strong orders in Transportation, book-to-bill(3) for the quarter at 1.4
  • Transformation gaining momentum

Bombardier (TSX: BBD.B) today reported its second quarter 2017 results and highlighted the progress it is making transforming the company and building earnings power.

“We continue to make solid progress executing our five-year turnaround plan,” said Alain Bellemare, President and Chief Executive Officer, Bombardier Inc. “We are improving our operating margins, transforming our operations and executing on our growth programs, which will allow us to deliver long-term sustainable value to our customers and shareholders. With our strong performance over the first half of the year, we are well positioned to achieve our full-year guidance and expect EBIT before special items at high end of our range, between $580 million and $630 million.”

For the quarter, Bombardier reported revenues of $4.1 billion. EBIT before special items grew to $164 million, up 55% over the same period last year. EBIT margins before special items(1) were 8.2% for Transportation, a robust 8.9% at Business Aircraft and 7.7% at Aerostructures. Commercial Aircraft recorded an EBIT loss in line with the C Series ramp-up plan. Free cash flow usage(1) was also in line with plan at $570 million for the quarter.

Highlighting the Company’s performance in the second quarter were strong orders at Transportation, which reported a book-to-bill(3) of 1.4. Transportation’s operational transformation and site specialization strategy also continues to gain traction, with key milestones announced in the quarter for its operations in Germany, Switzerland and Belgium. In Business Aircraft, Bombardier’s all new, class-defining, ultra-long range business jet, the Global 7000, exceeded 500 flight-test hours, and remains on schedule to enter service in the second half of 2018.

Bombardier also announced that Mrs. Sheila Fraser expressed her intention to resign from the Company’s Board of Directors for personal reasons. The Board accepted Mrs. Fraser’s resignation and thanks her for her five years of dedicated service and the insight and wisdom she brought to Bombardier during her tenure.

SELECTED RESULTS (PDF)

Bombardier reported consolidated revenues of $4.1 billion in the quarter and $7.7 billion for the first six-month period, relative to $4.3 billion and $8.2 billion for the same periods last year, mainly as a result of previously-announced production rate adjustments in aerospace segments, consistent with market demand and continued growth in Transportation. EBIT before special items was $164 million and $292 million respectively for the quarter and year-to-date, up 55% and 24% from the same periods last year. This growth was driven by significant margin improvements at Transportation and Business Aircraft, which reached 8.2% and 8.9% respectively in the quarter. Free cash flow usage was $570 million in the quarter and $1.2 billion year-to-date, mainly as a result of the Global 7000 test program coupled with the C Series working capital and production ramp up. These results lead Bombardier to reiterate its full year guidance of revenue growth in the low-single digits, excluding currency impacts, EBIT before special items at the top half of the range, between $580 million to $630 million and free cash flow usage between $1.0 billion and $750 million.

SEGMENTED RESULTS AND HIGHLIGHTS

Business Aircraft

Results (PDF)

  • We are increasing our EBIT margin before special items guidance to approximately 8.0% and reaffirming our revenue and delivery guidance for the year.
  • Delivered 36 aircraft in the second quarter, including a high level of Global aircraft deliveries, yielding a strong EBIT margin before special items of 8.9%. On a year-to-date basis, deliveries total 65 aircraft, on target to reach our full year guidance of 135 aircraft deliveries.
  • In May 2017, we unveiled the new Premier cabin for the Global 5000 and Global 6000 business jets. The new design draws inspiration from the high-end craftsmanship and the spaciousness, comfort and productivity of the Global 7000and Global 8000 aircraft cabins.
  • Continued to progress on the Global 7000 and Global 8000 aircraft program with three flight test vehicles (FTVs) in flight testing, cumulating more than 500 flight hours. The flight validation program and aircraft systems integration are demonstrating a high degree of maturity. We also entered into a comprehensive settlement agreement with Triumph Aerostructures LLC that resolves all outstanding commercial disputes related to the manufacture of the aircraft program’s wing. Multiple production aircraft started moving through the assembly line and the program is on track for entry-into-service (EIS) in the second half of 2018.
  • In line with our strategy to grow our aftermarket business, we inaugurated two service centres at the Biggin Hill Airport in London, England, and in Tianjin, China, further strengthening our customer support network.
  • In June 2017, we achieved the historic milestone of delivering the 3,000th Learjet business jet manufactured, which was also the 100th Learjet 75 aircraft to be delivered.

Commercial Aircraft

Results (PDF)

  • We are reaffirming our revenue, delivery and EBIT before special items guidance for the full year.
  • Delivered 20 commercial aircraft during the quarter, including 6 C Series, 7 CRJ Series and 7 Q400 aircraft. With year-to-date deliveries of regional aircraft and turboprops totaling 28 aircraft, we reached the halfway mark of our full year delivery guidance for CRJ Series and Q400 aircraft. Production is ramping-up to support approximately 30 C Series aircraft deliveries. C Series aircraft deliveries are expected to gradually intensify in the second half of the year.
  • Including deliveries during the month of July 2017, C Series aircraft fleet now totals 16 aircraft, with both the CS100and CS300 aircraft continuing to perform well with Swiss International Air Lines (SWISS) and Air Baltic Corporation AS (airBaltic).
  • During the quarter, we received firm orders for 12 Q400 aircraft, valued at $397 million at list price, and letters of intent (LOI) for up to 52 Q400 aircraft, valued at up to $1.8 billion at list price. This order activity includes an LOI from SpiceJet for up to 50 aircraft, and the exercise of options by Philippine Airlines for 7 additional aircraft.
  • With respect to the petition filed by The Boeing Company (Boeing) before the U.S. Department of Commerce and the U.S. International Trade Commission regarding the alleged threat caused by future exports of C Series family of aircraft to the U.S., we disagree with the assertions and are responding to the petition proceedings. We expect the U.S. Department of Commerce to issue its preliminary determinations on applicable duties, if any, during the fall of 2017 and to issue its final determinations during the first half of 2018.

Aerostructures and Engineering Services

Results (PDF)

  • We are reaffirming our revenue guidance for the year and revising our EBIT margin before special items guidance to approximately 8.0%.
  • EBIT margin before special items was 7.7% for the quarter and 7.6% year-to-date, an improvement compared to the same periods last year, driven mainly by higher margins on intersegment contracts and aftermarket sales.
  • Effective July 1, 2017, Michael Ryan became President, Aerostructures and Engineering Services. Mr. Ryan, who previously served as Vice President and General Manager of Bombardier’s Belfast Aerostructures facility, succeeds Jean Séguin who is retiring after a very successful 36-year career with Bombardier. Mr. Ryan reports directly to Alain Bellemare, President and Chief Executive Officer, Bombardier Inc.

Transportation

Results (PDF)

  • We are reaffirming our revenue guidance and increasing our EBIT margin before special items guidance to approximately 8.0% for the year.
  • Revenue growth is gaining momentum as execution of key projects progresses, increasing 3.6% in the second quarter compared to the same period last fiscal year excluding the currency impact, and 4.4% on a year-to-date basis.
  • EBIT margin before special items increased by 1.9 percentage points in the second quarter compared to the same period last fiscal year, reaching 8.2% in the second quarter, including the positive impacts of transformation initiatives. EBIT margin before special items for the six-month period reached 8.1%.
  • During the second quarter of 2017, we won several significant orders in Europe, mainly in the U.K. and France, resulting in a book-to-bill ratio of 1.4. The majority of our order intake in the second quarter of 2017 is based on current product platforms, supporting the re-use of existing technologies.
  • Significant progress was made during the quarter towards our ongoing structural transformation, which will enable the multi-year site specialization strategy. Key milestones were reached with Supervisory Boards and unions in Germany, Switzerland and Belgium, which will lead to gradual manpower adjustments of up to 2,200 positions in Germany, 650 in Switzerland and 160 in Belgium. In connection with those organizational changes, severance costs of $181 million and asset write-downs of $32 million were recorded as restructuring charges in the second quarter in special items.

 

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

21 thoughts on “Bombardier annonce ses résultats du deuxième trimestre de 2017

  • juillet 28, 2017 at 9:08 am
    Permalink

    Bombardier mentionne « environ » 30 livraisons de CSeries cette année.

    Reply
    • juillet 28, 2017 at 9:33 am
      Permalink

      Je sais, c’est un changement par rapport à 30. J’en déduis qu’il faut s’attendre à 25 à 28 livraisons. Alain Bellemare a aussi parlé de revoir à la hausse les performances affichées du C Series au cours du présent trimestre. Donc une nouvelle brochure à venir.

      Reply
    • juillet 28, 2017 at 5:50 pm
      Permalink

      Effectivement, on ne parle plus de 30 à 35, mais de 30. Le mot « environ » implique facilement une marge d’erreur de 10%, ce qui nous ramène potentiellement à 27. L’estimé de 25 à 28 d’André semble donc raisonnable.

      Reply
      • juillet 28, 2017 at 11:22 pm
        Permalink

        C’était de 32 à 35 livraisons cseries qui était prévu de livré en 2017. Aujourd’hui Alain Bellemare parle d’environs 30 livraisons. C’est tout un défi pour bombardier de remplir cet objectif. Il reste (5) mois a partir de mardi 01 août. Peut-être que les clients sont pas tous prêt a recevoir ces avions. Le 32/35 et maintenant l’environs 30 n’était peut-être finalement que du marketing. Ce qui compte ces les commandes fermes qui sont toujours a 360 compris avec ceux déjà livrés soit sept en 2017 et sept en 2016. Chiffres pris sur le site de bombardier, voir le rapport d’étape.

        Reply
        • juillet 29, 2017 at 1:34 pm
          Permalink

          NOTE: le rapport d’étape du site de bombardier se termine le 30 juin. Il est pas mentionné les livraisons de juillet. Selon le rapport des résultats du deuxieme trimestre publier ci-haut, c’est 16 livraisons de cseries qui sont complètés pour 2016/2017.

          Reply
  • juillet 29, 2017 at 2:08 pm
    Permalink

    Sept C Series ont été livrés cette année. Il ne reste plus que 20 à livrer. Si Bombardier est capable de livrer 20 C Series durant les cinq derniers mois de 2017, ce serait une excellente chose et je serais bien content parce que plusieurs centaines de millions de dollars entreraient dans la caisse de Bombardier, donc l’action va monter. Je suis impatient de liquider mes dizaines de milliers de dollars d’économies sous forme d’actions de Bombardier.

    Avec plus de 14,000 licenciements dans le monde, dont j’en ai fait partie, normalement Bombardier devrait économiser autour de 500 millions de dollars par an à partir de 2018. Le résultat devrait se sentir à partir de cette année. Avec un peu de chance, le résultat financier du dernier trimestre de 2017 sera bon.

    En revanche, à mon opinion la réduction d’emplois massive aura des conséquences néfastes dans le long terme. Cette situation me fait vraiment penser au fabriquant de moteurs d’avions Pratt&Whitney qui ont licencié massivement dans les années 1990. Depuis, ils n’ont toujours pas réussi à restituer le savoir faire de jadis, démontré par les difficultés actuelles pour réussir ses moteurs PW1000.

    Alain Bellemarre a été nommé comme président exécutif en février 2015. Il est donc entré en sa troisième année de règne. Normalement, on s’attend à ce que des résultats deviennent tangibles au bout de deux ans, mais je crois que son projet de transformation a pris du retard. J’estime ce retard à autour de dix mois. Donc, ça correspond bien à la fin 2017 ou début 2018.

    Ce qui est clair dans ma tête est que je liquide mes actions des qu’elles atteignent mon coût moyen d’achat.
    Je suis encore très loin du compte, mais je suis confiant d’atteindre mon objectif en janvier 2018.

    Reply
    • juillet 29, 2017 at 4:31 pm
      Permalink

      Bellemare ne peut pas être jugé sur les bases que vous retenez: il a été obligé de réorganiser le haut management dans toutes les divisions dans un groupe qui fonctionne un peu comme un holding. Une organisation multinationale de cette ampleur exige de 5 à 7 ans de transformation des processus d’affaires (qui se comptent en plusieurs dizaines de milliers) pour obtenir des efficacités, des économies et des efficiences visées par une régulation optimale des capitaux.

      Ce sont les cadres intermédiaires et l’administration qui ont écopés et non la mémoire des métiers qui contribue à la capacité stratégique de Bombardier et donc à sa capacité de se différencier de la concurrence. N’oublions pas qu’à l’heure actuelle, l’ancien directeur de la flotte chez Lufthansa travaille à l’optimisation de la chaîne d’approvisionnement visant à réduire le nombre de fournisseurs et, du coup, à abaisser les coûts de fabrication à un niveau tel pour espérer pouvoir remporter des marchés.

      Autrement, je vous conseille d’être patient et de ne pas vendre vos actions avant 2020 au moins. Attendez les 25 milliards de chiffre d’affaires, et une profitabilité qui ramera le cours-bénéfice à la moyenne du secteur qui est 11, alors qu’actuellement il est de 18, donc le titre est sur-évalué par le marché qui y voit un potentiel à long terme intéressant. En 2020, on peut penser à un cours entre 5-7$, la différence s’expliquera par le niveaux des ventes des CSeries et surtout des Global. Je vous rappelle que sur les 25 milliards de vente prévue, le PDG a signalé que seulement 5 millards s’expliquerait par l’aviation commerciale, c’est-à-dire que là encore, il ne faut pas trop compter sur la CSeries pour les ventes et les profits(peut-être après 2020?).

      Enfin, à ce sujet, le propos le plus important, à mon avis, tenu par Bellemare avec la communauté des analystes financiers hier est ce constat: actuellement de nombreuses compagnies aériennes sont en train d’étudier la rentabilité de lignes aériennes avec la CSeries de 100-150 passagers, ce qu’ils n’ont pas eu à faire depuis de nombreuses années (sans doute lorsque le A319 est sorti…). Voilà l’enjeu. Voilà ce sur quoi nous pouvons spéculer !! Combien de temps ça prend ? Bombardier ne dispose pas encore assez de Big Data de ses deux clients de lancement pour convaincre en ce moment même, c’est-à-dire aujourd’hui. Mais n’oubliez pas les milliers d’analystes qui ne font que ça et qui travaillent pour…Delta. Delta détient une telle expertise en ce domaine qu’elle est un cas d’école. Lorsqu’on a pas les moyens pour faire de telles études, on place un coup de téléphone à Atlanta.

      Reply
      • juillet 29, 2017 at 4:45 pm
        Permalink

        Bref, avant de vendre vos actions, attendez aussi l’annonce des alliances entre Bombardier et Siemens, et aussi, enfin en ce qui me concerne, je l’espère, l’alliance stratégique possible avec COMAC. Même si les Chinois sont assez chauvins, je ne vois pas comment ils pourront gagner la confiance des Occidentaux comme l’a fait Embraer à brève échéance. Le groupe Bombardier-Comac, ça donnerait quoi ? Ce seul sujet mériterait un thème neuf lancer par André pour faire de l’aviation-fiction à temps plein….À une telle annonce, on peut penser que le cours de l’action prendrait un gros deux piastres ! Plus un o.75 cents pour l’alliance avec Siemens, peut-être se rapprocherait-on de votre coût moyen.

        Reply
        • juillet 30, 2017 at 10:14 am
          Permalink

          COMAC n’a rien a partager avec BBD à part de l’argent. Ils ont 20 ans de retard. S’il y a un deal entre eux, c’est pour autoriser BBD à vendre plus d’avion en Chine.

          Reply
          • juillet 30, 2017 at 11:16 am
            Permalink

            N’est-ce pas tout ce qui manque, justement, à Bombardier, de l’argent, pour une montée en gamme rapide ?

          • juillet 30, 2017 at 11:25 am
            Permalink

            Bombardier n’a pas besoin de plus d’argent à court terme pour le lancement de la production du C Series. Le C Series doit maintenant faire ses preuves, si les commentaires des deux premiers exploitants sont très encourageant, il ne faut pas oublier qu’un avion de ligne ce n’est pas comme le nouveau I phone. Il est là pour plusieurs décennies et il est au début de sa phase de commercialisation. La mise en marché du C Series se déroule très bien, c’est nous qui sommes trop impatient et avons des attentes trop hautes pour la phase où se trouve le C Series.

          • juillet 30, 2017 at 12:39 pm
            Permalink

            G. Minet……d’accord avec toi. Pour l’instant Comac n’a que l’argent du gouvernement Chinois a offrir. C’est se que bombardier a le plus besoin. En échange bombardier và devoir leur fournir l’expertise et la technologie pour que Comac devienne le plus vite possible un compétiteur de choix au niveau international parmi touts les autres avionneurs. En espérant que si partenariat il y a,que la nouvelle entitée ne couvre pas touts les modèles confondus des avions de bombardier. Les chinois vont produires a faible coût pendant encore bien des années. Ne jamais oublier que leurs principales fournisseurs d’argents et de privilèges fiscaux, se sont différents paliers gouvernementaux tant nationnal que régionnaux. À se compte il sera impérieux pour bombardier de fabriquer (en parties) des avions en Chine qui seront destiner surtout au marché asiatique et autres comme l’europe de l’est. Avec l’apport technologique de bombardier les avions chinois vont devenir vites de solides compétiteurs dans ce segments d’avions qui seront produit a faible coût en plus. Bombardier devra surement s’ajuster pour faire face a ce nouveau défit de produire a faible coût comme les chinois. Que devra faire bombardier……..et que fera t-il ?????. Est-ce le prix a payer pour que bombardier devienne ou redevienne un féroce compétiteur sur le marché international dans le segment de ce types d’avions. Grandes interrogations pour les dirigeants de bombardier. Surtout que tout indique que sa và se produire dans la division transport de bombardier avec les européens.

          • juillet 30, 2017 at 4:44 pm
            Permalink

            Si BBD aide COMAC, ils auront un autre compétiteur sur le dos plus rapidement que prévu. Je ne crois pas que l’argent est un problème maintenant. Avec les coupes et les rentrée d’argent grâce au G7000, BBD aura pas loin d’un milliard de plus par année bien assez pour effacer la dette et racheter son indépendance. Le CSeries finira par rapporter également.

  • juillet 30, 2017 at 1:02 pm
    Permalink

    Mais je crois que bombardier ne devrait pas faire ce partenariat avec Comac pour l’instant, surtout pas pour la cserie. Sa serait a mon avis brader un peu trop vite la technologie du cserie. Je crois que le commentaire précédent d’André pour la cerie est très pertinent. Pour vendres des avions faut y mettre du temps et de la patience, c’est pas comme vendres des autos.

    Reply
    • juillet 30, 2017 at 4:46 pm
      Permalink

      Le développement du C919 est beaucoup trop avancer pour injecter de la tech du CSeries. Ce que COMAC a besoin c’est de l’expertise pour certifier l’avion à l’international (FAA, EASA, …).

      Reply
      • juillet 30, 2017 at 5:31 pm
        Permalink

        Tout à fait d’accord et ça peut rapporter gros.

        Reply
        • juillet 30, 2017 at 7:20 pm
          Permalink

          Un compétiteur de plus sur le dos à court terme c’est au moins $2 milliards en compensation!

          Reply
  • juillet 30, 2017 at 6:09 pm
    Permalink

    Depuis 2012 Comac et Bombardier ont une collaboration limité pour certaines expertises……..htpp:cn.bombardier.com/presss_release_03212012.htm

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *