Qui seront les deux prochains clients du C Series?

Pour partager cette publication :

La semaine dernière, le vice-président au C Series, Rob Dewar a mentionné dans une entrevue à AirwaysMag qu’il s’attendait à signer deux autres commandes de C Series d’ici la fin de l’année. Cette déclaration n’est certainement pas le fruit du hasard surtout si on considère que Bombardier dévoilera ses résultats trimestriels le 10 novembre; quelques bonnes rumeurs sont les bienvenues après un trimestre plutôt difficile en termes d’annonces publiques. Mais pour pouvoir faire cette affirmation, Rob Dewar doit se baser sur des faits réels sans quoi la déception pourrait être forte en janvier si rien n’a été annoncé.

La déclaration de M, Dewar nous donne cependant l’occasion de nous lancer dans l’exercice hautement spéculatif d’évaluer qui pourrait bien être ses deux clients. La liste est quand même assez longue avec : Aer Lingus, EasyJet, JetBlue, United Airlines (eh oui elle est de retour!), une compagnie scandinave (impossible de savoir laquelle), Frontier Airlines, SpiceJet, Spirit Airlines et American Airlines. De ce groupe, SpiceJet est la seule compagnie qui s’apprête à passer une grosse commande d’une centaine d’appareils; mais dans ses communications officielles, le transporteur aérien parle de négociations avec Boeing et Airbus, jamais le nom de Bombardier et du C Series ne sont mentionnés. Comme Boeing et Airbus se livrent un combat à la tronçonneuse sur le prix de vente de leurs avions respectifs, ce serait un miracle si le C Series devait l’emporter et nous oublierons donc cette compagnie pour l’instant même si elle pourrait passer un commande quelque Q400 avant la fin de l’année. Puisque faire une évaluation avec les huit autres compagnies serait trop longue, seulement les deux compagnies les plus probables ont été retenues.

La première est l’ultra low cost airline (ULCC) Spirit Airlines qui compte une flotte de 91 à 94 appareils (selon les sources), dont environ 43 A320CEO et 2 A320NEO, environ 15 A321CEO et 29 A319CEO. Pour soutenir sa forte croissance, Spirit a une commande de 80 appareils A320 et A321 CEO et NEO, mais aucun A319. L’âge moyen de ses A320-A321 est inférieur à 3 ans tandis que ses A319 ont une moyenne d’âge de 10 ans ce qui est beaucoup pour ce type de transporteur. Les ULCC n’ont pas pour habitude de garder leurs avions plus de 6 à 8 ans afin d’éviter la coûteuse révision structurale et c’est pour cette raison que 14 des 29 A319 que possède Spirit Airlines seront retirés de sa flotte d’ici 2021. Pourtant, le plan de croissance de Spirit Airlines prévoit développer de nouvelles liaisons à partir de villes de plus petite taille vers des destinations vacances et cette tâche reviendrait normalement à l’A319 dont la taille est mieux adaptée à ces marchés que l’A320. Comme elle n’en a inclus aucun dans sa dernière commande avec Airbus on peut penser que Spirit Airlines lorgne du côté du CS300 qui en plus d’avoir la bonne taille est plus économique que l’A319.

American et Spirit Airlines

La deuxième compagnie qui pourrait faire l’acquisition de C Series est American Airlines, car en 2019 elle enverra au rencart ses 20 E-190 qui auront à peine 10 ans au moment de la retraite. American Airlines affirme qu’elle n’a pas encore pris de décision quant à leur remplacement et ne mentionne pas de délai non plus. 20 appareils c’est une petite commande pour une compagnie de cette taille et c’est surtout une bonne occasion de mettre le C Series à l’essai.

À suivre…

André Allard/SL

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

5 thoughts on “Qui seront les deux prochains clients du C Series?

  • novembre 2, 2016 at 2:50 pm
    Permalink

    you forget Ethiopian and Luxair !!! Both companies already mentioned that they plan an order of either E2 or Cseries by the end of 2016

    Reply
    • novembre 2, 2016 at 3:00 pm
      Permalink

      Good point, I have forgotten those two.

      Reply
  • novembre 2, 2016 at 2:57 pm
    Permalink

    Ce que je trouve étonnant, et même intriguant, est que cette annonce a été faite comme si le marcher était déjà conclu. C’est comme si la signature finale n’était plus qu’une formalité. Habituellement on est moins précis et on laisse plutôt entendre que des commandes sont à espérer avant la fin de l’année, sans spécifier combien exactement. Or, dans le cas présent on précise qu’il y en aura deux avant la fin de l’année, qui approche d’ailleurs à grands pas, car il reste moins de deux mois. J’ai deux hypothèses pour expliquer cette annonce.

    Je commencerai avec celle qui m’apparaît la plus évidente. Je crois que si entente(s) il y a, Bombardier voudra que l’annonce se fasse le plus près possible du prochain rapport trimestriel, juste avant si possible. Car les mauvaises nouvelles seraient plus faciles à avaler dans un contexte de nouvelles commandes continuant d’affluer, dans la foulée des deux grosses commandes du début d’année.

    L’autre hypothèse est que Bombardier attendrait l’annonce du gouvernement fédéral concernant sa demande de soutient financier d’un montant de un milliard de dollars. C’est que cela paraîtrait mieux si l’annonce était faite avant, plutôt qu’après, les deux commandes en question. Sinon Bombardier aurait l’air d’une entreprise qui n’est pas vraiment dans le besoin puisque les commandes continuent d’affluer.

    Pour ce qui est des deux meilleurs candidats, ils ne se trouvent pas nécessairement dans la courte liste mentionnée ci-haut. Comme il y a très peu de rumeurs on devrait plutôt s’attendre à une surprise, peut-être même deux. Mais je n’ose pas m’avancer car j’ai trop peur de me tromper. D’ailleurs je reste un peu septique face à cette « annonce », qui me paraît quelque peu prématurée. Mais comme elle a été faite par Rob Dewar cela lui confère tout de même une certaine crédibilité.

    Reply
    • novembre 3, 2016 at 3:21 pm
      Permalink

      Je suis à préparer un texte à ce sujet, Jetlines pas sure!

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *