Bombardier donne la réplique à Boeing

English follows

Dans un bref communiqué de presse, Bombardier donne la réplique à Boeing à l’aide d’un lien vers une texte du Seatle Times:

Les allégations hypocrites de Boeing

18 septembre 2017MontréalBombardier Inc.,  Autres nouvelles

Bombardier partage l’engagement de Boeing à ce que des règles du jeu équitables s’appliquent à tous, mais dans ce cas-ci, ils n’étaient même pas dans la course. Delta a commandé des C Series parce que Boeing a cessé il y a des années de produire des avions de la capacité dont Delta avait besoin. Boeing est totalement hypocrite lorsqu’il prétend que les prix de lancement appliqués au C Series « violent les règles du commerce international », alors qu’ils ont recours au même procédé pour leurs propres avions. Les actions égoïstes de Boeing menacent des milliers d’emplois dans l’industrie aéronautique partout dans le monde, dont des milliers au Royaume-Uni et aux États-Unis, et des milliards de dollars en retombées économiques pour les fournisseurs de composants entrant dans la fabrication des C Series. Le gouvernement américain devrait rejeter cette tentative de Boeing qui vise à influencer indûment les règles du jeu en sa faveur et à imposer une taxe indirecte aux voyageurs américains par le biais de tarifs à l’importation injustifiés.


Boeing’s hypocrite allegations

 

September 18, 2017MontréalBombardier Inc.,  Other News

Bombardier shares Boeing’s commitment to a level playing field, but in this case, they were not even on the field.  Delta ordered the C Series because Boeing stopped making an aircraft of the size Delta needed years ago.  It is pure hypocrisy for Boeing to say that the C Series launch pricing is a « violation of global trade law » when Boeing does the same for its new aircraft. Boeing’s self-serving actions threaten thousands of aerospace jobs around the world, including thousands of U.K and U.S. jobs and billions of purchases from the many U.K. and U.S. suppliers who build components for the C Series.  The U.S. government should reject Boeing’s attempt to tilt the playing field in its favor and impose an indirect tax on the U.S. flying public through unjustified import tariffs.

12 thoughts on “Bombardier donne la réplique à Boeing

  • septembre 18, 2017 at 5:11
    Permalink

    La dénonciation de la plainte de Boeing s’accélère dans d’important journaux américain depuis queques jours. Que fera Boeing d’ici le 25 septembre prochain ?????? Une coalition international informel avec le Canada des dénonciateurs de la plainte, và surement forcer boeing à reviser sa stratégie opportuniste. Le Canada seul n’y arrivera pas je crois. Mais la position ferme du fédéral auprès de la Grande-Bretagne et aussi de Québec auprès de certaines États Américains à comme internationnaliser cette plainte. http://affaires.lapresse.ca/economie/transports/201709/18/01-5134314-bombardier-may-fera-pression-sur-trump-a-new-york.php…….Comme au début du dépôt de la plainte je reste persuader qu’il n’aura pas de fraît compensateurs d’appliquer a la c serie. Si boeing gagne, jamais le gouvernement américain và mettre en vigueur cette décision j’en suis convaincu.

    Reply
  • septembre 18, 2017 at 7:37
    Permalink

    Je crois que Bombardier devrait developper sont propre avion de chasse, avec le 6 milliard que peux toucher Boeing. C’est le prix pour developer un nouvelle avion. Et pourquoi l’appeller le Arrow2.

    Reply
    • septembre 19, 2017 at 7:35
      Permalink

      Développer un chasseur prend au minimum 20 ans et beaucoup plus que 6 milliards.

      Reply
      • septembre 19, 2017 at 8:20
        Permalink

        Effectivement, juste les études afin de définir les besoins du Canada puis la taille de l’appareil ainsi que la puissance du ou des moteurs prendrait à elle seule plusieurs années. LOL, à moins que la Russie ne redonne au Canada le RL206 qu’elle avait subtilisée en 1959 😉

        Reply
      • septembre 19, 2017 at 7:15
        Permalink

        Un rafale modifié avec un max de pièces canadiennes ferait l’affaire et ne prendrait pas 10 ans.

        Reply
  • septembre 18, 2017 at 9:03
    Permalink

    Bombardier a appliqué la même recette que Boeing pour son 787. Donc si Boeing persiste et gagne, cela voudra dire que vendre en dessous du coût doit être puni et je suis sûr qu’Airbus ne ratera pas sa chance avec le 787 qui a été vendu en Europe (Air France, KLM, British Airways…). Boeing ne pourra pas se défendre. Bombardier utilise le terme qu’un analyste du Washington Time emploi dans son analyse très pertinente. Boeing feud with Bombardier shows hypocrisy – http://go.shr.lc/2xdY3ry  – @washtimes
    Très belle intervention de Bombardier. Le gouvernement Américains ne peut tolérer un 2 poids 2 mesures aussi évident.

    Reply
  • septembre 18, 2017 at 11:38
    Permalink

    Ou construire sous licence le Rafael français…

    Reply
  • septembre 18, 2017 at 11:39
    Permalink

    Correction: le « Rafale » (foutu correcteur automatique de texte)

    Reply
  • septembre 19, 2017 at 5:24
    Permalink

    Au lieu de developer un chasseurs, on pourrait plutôt developer un nouvel avion de patrouille maritime (Rappelez vous, le CL28 Argus de Canadair était le meilleurs de son époque!)

    Voici le commentaire que j’ai écrit à ce propos sur Airliners.net:
    ————————————————–
    « To further my ideas about a possible RCAF CS300 Maritime Patrol Aircraft (I know, a very remote possibility); Canada could specify a heavier longer range CS300 platform for its MPA. 

    And hey! Pay BBD upfront for all the related development costs. The RCAF ironically could use all those billions saved by not buying interim Super Hornets.

    It seems perfectly legal for Boeing to use defense $ to cross subsidize/engineer its civilian applications. Well, why not BBD?

    Such a new heavier longer range CS300 platform (all paid for by the RCAF) could then be used to launch the CS500 with very few mods. (having now similar MTOW) »
    ———————————————-
    Voila la façon de faire avancer rapidement la conception d’un CS500LR! Le tout légalement payé en grande partie par la défense. (Comme le fait Boeing depuis toujours).
    (But It won’t ever happen; nos « amis » à Toronto vont crier au meurtre…)

    Reply
    • septembre 20, 2017 at 3:11
      Permalink

      Si c’est bon pour pour les USA, la France et bien d’autres pays, pourquoi pas pour le Canada. Utilisé cette pratique pour son industrie aéronautique serait avantageux pour le Canada dont plusieurs provinces. Dans un passé pas trop réçent le pays semble dormir au gaz quand il sagît de son industrie laéronautique. https://fr.wikipedia.org/wiki/Aéronautique

      Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *