Des droits compensatoires de 220% pour le C Series

Tel que prévu, Bombardier vient d’être condamné pour une infraction qui n’a pas encore été commise, ce qui est du jamais vu dans le domaine du commerce international. La Commission du Commerce internationale est complètement ridicule avec un droit compensatoire de 220%. Mais ce n’est là qu’une autre étape dans la saga qui oppose David contre Goliath et il va couler encore beaucoup d’eau sous les ponts avant qu’un seul sou noir de pénalité ne soit versé. La plainte de Boeing contre Bombardier a fait l’objet d’une couverture médiatique très intense des deux côtés de la frontière canado-américaine et déjà on voit une première tendance se dessiner.

 

J’ignore quelle est l’entreprise qui s’est chargée du plan de communication pour la défense du C Series aux États-Unis, mais il faut avouer que c’est un succès sur toute la ligne. Les dernières semaines ont donné cours à un surprenant déferlement anti-Boeing que les médias américains ont accusé de vouloir freiner la libre concurrence. À l’image de la droite canadienne qui est anti-Bombardier, il semble y avoir un fort courant anti-Boeing chez nos voisins du sud. En fait la droite américaine n’aime pas que des entreprises soient subventionnées et Boeing est parmi les entreprises américaines les plus subventionnées. La stratégie de communication a donc été en mesure d’utiliser ce courant de pensée qui est très fort chez les Américains. La décision que vient de rendre le Département du Commerce Américain devrait valoir à Boeing une nouvelle volée de bois vert dans les médias au pays de l’Oncle Sam.

 

Plusieurs sénateurs et compagnies aériennes ont pris position en faveur de Bombardier, la dernière étant JetBlue, cinquième plus grosse compagnie aérienne aux États-Unis, dont nous avons appris l’intervention hier. Lentement mais sûrement, les appuis à Bombardier augmentent alors que ceux de Boeing diminuent. Cette situation indique que peu importe les décisions des tribunaux administratifs, ce sont les politiciens qui devront dénouer l’impasse.

 

 

Parlant de politicien, le silence du président Donald Trump sur ce sujet est sans doute très étonnant et intrigant. Normalement, dès qu’une chose déplaît à Donald Trump, il l’exprime sans retenue sur son compte Twitter. Alors, comment expliquer qu’il n’ait pas dit un seul mot au sujet de la plainte de Boeing ni de l’intervention du Gouvernement canadien et de celle de la première ministre du Royaume-Uni;  forcément que le président Trump a une opinion à ce sujet. Avouez qu’il est étrange de constater que le Twitter compulsif semble faire preuve de retenue à propos de la plainte de Boeing alors que le premier ministre canadien, Justin Trudeau, ne se gêne pas pour dire ce qu’il en pense. La meilleure explication qui me vient à l’esprit à propos du silence du président américain est qu’il ne se serait pas encore fait une opinion à ce sujet et serait donc encore influençable. Le prochain rebondissement dans cette saga risque donc de se produire sur le compte Twitter du résident de la Maison Blanche.

40 thoughts on “Des droits compensatoires de 220% pour le C Series

  • septembre 26, 2017 at 6:55
    Permalink

    RIDICULE

    Un mot. J’espère que les compagnies aériennes vont commencer à boycotter Boeing! C’est la moindre des choses.

    J’ai une question : si une entreprise Canadienne (ou autre) loue les CSeries à Delta (et autres futurs opérateurs), est-ce que la « taxe » s’applique quand même?

    Reply
    • septembre 26, 2017 at 6:59
      Permalink

      Oui, car pour être opéré aux USA par des piloted de Delta, les appareils doivent êtres immatriculés aux USA

      Reply
      • septembre 26, 2017 at 7:09
        Permalink

        C’est vraie… dommage

        Reply
      • septembre 27, 2017 at 6:03
        Permalink

        Je me demande si des CS100 usagés pourraient passer sans taxes.

        Reply
        • septembre 27, 2017 at 6:28
          Permalink

          LOL!C’est certain qu’après six mois d’usures ou encore un an ils sont pas neufs alors il y a peut-être une possibilité.

          Reply
          • septembre 27, 2017 at 7:36
            Permalink

            1km au compteur c’est considéré comme usagé !!!

          • septembre 28, 2017 at 12:14
            Permalink

            Pourquoi pas un CS100 à 99 places au moment de l’importation (les taxes sont sur un avion assemblé au Canada entre 100 et 150 places). Delta n’a qu’à rajouté les sièges qui manquent.

  • septembre 26, 2017 at 6:56
    Permalink

    Une énorme bataille politique a dimention internationnal vient de commencer. Mais en bout de ligne, je crois toujours que ces droits (préliminaires) ne seront jamais appliquer parce que Boeing devra mettre a jour tout les formes d’aide qu’il reçoit de différent pouvoir publics au USA . Les prochain mois vont être quelque peu mouvementé.

    Reply
    • septembre 26, 2017 at 7:23
      Permalink

      Le point de presse ou mêlé de presse de bombardier annoncer a RDI se fait attendre. La journaliste a tels bien lu ces notes pour cette annonces. Il est 18h 23

      Reply
      • septembre 26, 2017 at 7:49
        Permalink

        Un représentant de bombardier vient de parler a RDi. Pas dit grand chose tout indique que c’est demain la vrais réaction.

        Reply
    • septembre 26, 2017 at 7:28
      Permalink

      C’est plus une chicane entre voisin.

      Reply
  • septembre 26, 2017 at 6:57
    Permalink

    Moi je trouve que tout ça prouve juste un chose : Le CSeries est un excellent avion et Boeing (tout comme AIrbus d’ailleur) ont vraiment peur et essais par tout les moyen de contré Bombardier pendant qu’ils en sont encore capable !!!

    Reply
  • septembre 26, 2017 at 7:07
    Permalink

    de 80% à 220%!! je ne comprends pas cet affaire… est ce que les CSeries vendus à Delta sont encore moins cher que Boeing a suggèré?

    RIDICULE!

    Reply
    • septembre 26, 2017 at 7:33
      Permalink

      Non, mais ils ont utilisé le prix catalogue pour fixer les droits compensatoires.

      Reply
  • septembre 26, 2017 at 7:11
    Permalink

    Pour moi comme toujours les Américains passent pour des vraie clown ,pourquoi pas 550% ou 3000% tant qu a paraître ridicule

    Reply
  • septembre 26, 2017 at 7:23
    Permalink

    C’est la porte ouverte pour Embraer aux USA. Ce 220% sera la poignée pour forcer Bombardier à laisser tomber le CS500.

    Reply
  • septembre 26, 2017 at 7:49
    Permalink

    Est-ce que Boeing était dans l’appel d’offre de Delta ? Si oui quel produit proposait-il ? Si non, une mesure pour protéger le futur si Delta aime et vente le Cseries …

    Reply
  • septembre 26, 2017 at 7:57
    Permalink

    On ne parle pas beaucoup des conséquences pour Delta qui devra peut-être changer complètement son plan d’expansion. Ils ont probablement déjà investi des sommes considérables pour l’achat de simulateurs, marketing, communications, développement des nouvelles routes, etc. Est-ce que Delta pourrait décider à son tour de boycotter Boeing ?

    Si Delta décide au final d’annuler sa commande, est-ce qu’un autre transporteur autre qu’Américain pourrait décider de la récupérer pour profiter des rabais qui avaient été consentis à Delta?

    Reply
    • septembre 26, 2017 at 8:23
      Permalink

      Delta n’annulera pas sa commande

      Reply
      • septembre 26, 2017 at 9:01
        Permalink

        Si la décision du 220% est maintenue en 2018, tu peux être sur à 100% que la commande sera annulé.

        Reply
        • septembre 26, 2017 at 9:04
          Permalink

          Je tiens de sources sûr, au sud de la frontière, que les pénalités seront contestées peut importe le montant et que Delta va prendre possession de son premier C S100 en juin et qu’elle va contester la pénalité durant des années s’il le faut.

          Reply
  • septembre 26, 2017 at 8:10
    Permalink

    Le site les Ailes và être occuper pour les semaines a venir. André devra faire du temps double pour lire touts ces commentaire.

    Reply
  • septembre 26, 2017 at 8:10
    Permalink

    Combien de compagnie aérienne à travers le monde rêve du deal Delta ? 25% est le marché anticipé du CSeries pour les US. So, who cares ? Demain, toutes les compagnies aériennes américaines sortent dans la rue ! Et à genoux pour protester et lancer un boycott de Boeing et le vente de vieux coucous ! Belle boulette pour Boeing ! Imaginez un seul instant toutes ces compagnies à travers le monde en train de bénéficier des avantages économiques du CSeries en situation de baril de pétrole à coût élevé ! Imaginez un moment pleins de pays demandant un droit compensatoire pour des Boeing gonflés aux hormones-subventions ! Et ce mouvement commencerait naturellement avec le Canada ! Une pression publique ingérable est à l’horizon pour ces andouilles qui ne comprennent rien à la dynamique politique de leur « patente à gosse » (entendu au Québec !). Les Airbus vont rentrer dans la mêléeé car ils sont les suivants à être conduits devant les tribunaux des fumeurs de pétard ! Les chinois ? En attente d’un investissement dans Bombardier pour prendre la place du gouvernement du Québec dans la CSeries pour rendre caduque l’argumentaire de l’enflure de Bo-going to ! Bref, ce match de poker ne fait que commencer et Justin Trudeau va prendre la paroi le demain pour lancer les hostilités envers des technocrates du DOC qui ont touché combien pour se faire construire une maison d’été dans les Hampton ? Nous avons la preuve que nous habitons deux planètes: celle des États désunis et celle du monde en devenir de vouloir vivre pour contrer les abus de la première !

    Reply
    • septembre 26, 2017 at 8:24
      Permalink

      En 2040, tous les spécialistes de la prospection ou de géostratégie sont relativement d’accord pour signaler que, en 2040, c’est l’Inde, et non la Chine, qui sera la plus importante puissance économique mondiale. La plus importante démocratie du monde qui n’exerce aucun contrôle des naissances. 2040 ? Plus de 2 milliards d’habitant. Voilà, aussi, une voie de sortie pour Bombardier face à ce salmigondis! Quel complexe militaro-industriel serait prêt à s’associer à Bombardier ? Hindustan Aeronautic Ltd ? Pays de langue anglaise donc….

      Reply
      • septembre 26, 2017 at 9:29
        Permalink

        Ce que les économistes ne prédisent pas dans ces projections, c’est l’investissement de l’État dans les services publics qui sera de plus en plus exigé par la population. Ça sera tout un défi pour des pays qui ne sont pas familiers avec l’état-providence.

        Reply
  • septembre 26, 2017 at 9:14
    Permalink

    Je pense que le DOC a décider de refiler le ballon à Boeing. Tu ne veux pas que le CSeries perce aux USA on te donne 220% soit 3 fois plus que tu voulait. Maintenant Boeing devra expliquer le 14 milliard de tax break qu’elle a reçu de l’état de Washington et de celui de la Caroline du Sud. Elle devra expliquer les ventes à rabais de 600 premiers 787 en dessous du coût. Les Chinois qui fabriqueront bientôt une partie du fuselage devraient eux aussi manifester leur mécontentement. Toutes les cies aériennes Américaines seront touché. Elles seront privés du meilleur avion de la catégorie. Les prix des avion risquent d’augmenter, le prix des billets. Pour manifester leur mécontentement, toutes les cies aériennes devraient retarder de 6 mois toutes leurs livraisons de Boeing. Comment réagira Air Canada et Wesjet. C’est une attaque contre le Canada. Je ne serait pas surpris que le Canada suspendent les discussions pour l’ALENA. Le Canada n’aura pas le choix d’imposer des droits compensatoires aux 787 et 737 MAX qui ont été vendus à un prix inférieur au marché et ont été subventionné. Airbus doit réagir car maintenant il sait que les Américains peuvent faire n’importe quoi. Les pays européens peuvent imposés des droits aux Boeing. Ce que Boeing reproche à Bombardier, il le fait.

    Reply
  • septembre 26, 2017 at 9:28
    Permalink

    On parle de combien de montant de dollars?

    Reply
    • septembre 26, 2017 at 9:49
      Permalink

      La rumeur la plus solide fait état d’un prix de vente à Delta d’environs 28M$, soit 61,6M$ en pénalité pour un prix de revient à Delta de 89,6M$. C’est plus que le prix liste LOL

      Reply
      • septembre 26, 2017 at 11:29
        Permalink

        C’est normal, il faut ajouter des dommages punitifs …

        Reply
        • septembre 27, 2017 at 8:36
          Permalink

          Même pas, les droits antidumping ne sont pas inclus là-dedans.

          Reply
  • septembre 26, 2017 at 9:47
    Permalink

    J’aimerais bien savoir si Bombardier peut répliquer avec l’argument que l’armée américaine subventionne déjà Boeing en payant pour développer des avions de combat dans lesquels certains instruments par exemples se retrouvent autant dans les avions militaires que ceux commerciaux mais seulement renumérotés avec des codes différents mais qui dans les faits…. sont les mêmes instruments !!

    Reply
    • septembre 27, 2017 at 6:39
      Permalink

      Encore faut-il le prouver. Et de toute façon ce n’est pas du dumping.

      Reply
    • septembre 27, 2017 at 8:42
      Permalink

      Disons qu’en matière de tricherie, Boeing a une longueur d’avance. C’est comme s’ils décidaient eux-mêmes des règles. De gros crédits d’impôts en R et D? C’est ok. Des subventions des villes qui accueillent leurs usines? C’est ok. Des prêts par milliards du fédéral? C’est ok.

      Le gouvernement québécois qui investit dans Bombardier? Pas correct. Malheureusement, malgré l’absurdité de la décision, elle est là, et elle fait très mal. Il y a deux espoirs: que l’organisme qui jugera des dommages subis par Boeing ne soit pas aussi grossièrement chauvin, mais disons que la décision d’hier est épeurante à cet égard. America first! disait l’autre. L’autre espoir, c’est que d’autre avionneurs et d’autres gouvernements passent à l’action et ne fassent pas que protester mais annulent des commandes. Pas sûr là-dessus non plus. Sinon, ça deviendra une guerre qui durera des années. Delta aura peut-être ses avions si elle décide d’aller au front mais aucune autre compagnie américaine n’achètera de CSeries. Faudra compter sur les autres pays. Protectionnisme primaire de grosse brute épaisse.

      Reply
  • septembre 26, 2017 at 10:08
    Permalink

    J’ai le feeling que des compagnies qui attendent des 737 dans quelques années pourraient annuler leurs commandes chez Boeing et reluquer de beaux CS500 tout frais certifiés en représailles à cette tentative de museler la concurrence.

    Reply
  • septembre 27, 2017 at 6:32
    Permalink

    Le CEO d’AirBaltic confirme qu’il achètera 14 CSeries d’ici la fin 2018 et les avions commenceront à être livré en 2020. Des CS300 et quelques CS100. Les Embraers ont été considérés. Enfin une bonne nouvelle. ‘The carrier is set to place the order for CS300 models “definitely before the end of next year,” Air Baltic Chief Executive Officer Martin Gauss said Wednesday in an interview from Riga, Latvia. The airline will switch to an all-C Series fleet, having settled on an additional purchase of the Bombardier jets after also considering Embraer SA’s E2 aircraft family.’ https://www.bloomberg.com/news/articles/2017-09-27/bombardier-nears-1-25-billion-c-series-jet-deal-with-air-baltic

    Reply
  • septembre 28, 2017 at 11:21
    Permalink

    Même le Seattle Time s’en mêle et 2 prestigieux analystes condamnent la plainte de Boeing. Ils défendent le CSeries et évoquent les risques qui guettent Boeing. Magnifique à lire et relire.
    Leading aerospace analysts are highly critical of Boeing’s push to impose steep tariffs on U.S. sales of Bombardier’s small CSeries passenger jet, saying the case will damage the long-term interests of both Boeing and the U.S. aerospace industry.

    https://www.seattletimes.com/business/boeing-aerospace/analysts-pan-boeing-strategy-in-pushing-for-tariffs-on-canadas-smaller-jet/

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *