Le jeu dangereux de la direction de Boeing doit cesser

Pour partager cette publication :

Décision du Département du commerce américain attendu ce lundi

Le jeu dangereux de la direction de Boeing doit cesser

Montréal, 15 décembre 2017 – En s’acharnant sur Bombardier, les dirigeants de Boeing perdraient actuellement des opportunités de contrats représentant des dizaines de milliards de dollars. La décision finale du Département du Commerce américain, attendue pour lundi, nous indiquera si cette mascarade se poursuivra ou non. Sachez cependant, que peu importe cette décision, le Syndicat des Machinistes continuera d’agir et d’exiger qu’une solution juste et respectueuse soit trouvée.

« Les récents évènements nous montrent le ridicule de la démarche des dirigeants de Boeing, et l’inefficacité de nos mécanismes de règlement de litiges commerciaux, soutient le coordonateur québécois du Syndicat des Machinistes, David Chartrand.C’est aussi un exemple que le courant protectionniste mis de l’avant par l’administration Trump est un danger pour notre stabilité économique. Si elle se poursuit, cette guerre commerciale entre multinationales demandera tôt ou tard des sacrifices et ce sera aux travailleurs et travailleuses des deux côtés de la frontière à qui l’on demandera des concessions pour réparer les pots cassés. Que ce soit les travailleurs et travailleuses de Bombardier de Montréal, Belfast ou Wichita ou ceux de Boeing de Winnipeg, Seattle ou Saint-Louis, aucun d’entre eux n’a avantage de voir perdurer les hostilités indéfiniment. Notre rôle dans cette situation sera de continuer à défendre les emplois et les conditions de ceux qui ajoutent une valeur réelle à cette industrie, c’est-à-dire ceux qui imaginent, réfléchissent et fabriquent des avions.»

Contrats que la plainte de Boeing contre Bombardier compromet, ou pourrait compromettre

  • Achat de 100 avions par Delta (option sur 100 appareils supplémentaires): Entre 19,3 et 32,6 milliards
  • 18 Super Hornets en remplacement temporaire des CF-18 canadien : Entre 5 à 6 milliards
  • 88 avions de chasse pour le Canada : Entre 15 et 19 milliards
  • Valeurs estimées totales en dollar canadien des contrats en fonctions des prix communiqués : Entre 39,3 et 57 milliards
Dassault Aviation intensifie sa présence au Québec

Dassault Aviation reconnu pour ses avions de chasse, viens tout juste d’annoncer que son nouvel avion dont l’entrée en service est prévue pour 2022 sera motorisé par le moteur PurePower PW800 de Pratt & Whitney Canada. Ce moteur est assemblé et testé au Centre aéronautique de P&W Canada de Mirabel. Notons aussi que les trains d’atterrissage pour la gamme d’avions Falcon SMS (Super Mid-Size) de Dassault sont fabriqués depuis 2013 par Héroux-Devtek à Longueuil. La confiance de Dassault envers l’industrie aérospatiale du Québec fait une fois de plus la démonstration que notre savoir-faire en aérospatiale et celui de nos travailleurs et travailleuses est de calibre international.

Le Syndicat des Machinistes (AIMTA) représente environ 650 000 membres à travers l’Amérique du Nord. Avec ses 150 000 membres dans l’industrie aérienne et aérospatiale (16 000 au Canada), l’AIMTA est le plus important syndicat au monde dans l’industrie aérospatiale. Au Québec, le syndicat compte 15 000 membres et au Canada, plus de 50 000 membres.

Dates importantes concernant la plainte de Boeing contre Bombardier

27 avril : Dépôt de la plainte de Boeing contre Bombardier devant le Département du Commerce américain.

26 septembre : Décision préliminaire du Département du Commerce américain sur l’imposition de 220% de droits compensateurs sur la vente de la C-Series aux États-Unis.

6 octobre : Décision préliminaire du Département du Commerce américain sur l’imposition d’une taxe antidumping de 79,82% sur la vente de la C-Series aux États-Unis.

16 octobre : Airbus prend part dans la C-Series.

À venir

18 décembre: Date annoncée pour l’annonce de la décision finale du Département du Commerce américain sur les droits compensateurs et sur taxe antidumping.

1 février 2018 : Décision de la Commission du commerce international des États-Unis qui déterminera si Boeing a subi des préjudices suite à la vente de C-Series aux États-Unis.

8 Février 2018: Mise en application des jugements (conditionnel à un jugement qui démontrerait que Boeing a subi un préjudice)

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

One thought on “Le jeu dangereux de la direction de Boeing doit cesser

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *