Pendant ce temps-là chez Bombardier Avions d’affaires

Pour partager cette publication :

Après l’annonce surprise de l’arrivée du Global 5500 et du Global 6500 à Genève au mois de mai dernier, la division des avions d’affaires de Bombardier est retournée dans l’ombre. Voici donc un bref aperçu de ce qui s’y passe en ce moment.

 

Le renouvellement de la convention collective des deux groupes d’employés syndiqués à Downsview permet à l’entreprise de se concentrer sur l’exécution du carnet de commande et en particulier sur la certification et la livraison du premier Global 7500. L’enthousiasme de l’équipe du Centre de Finition Global à Montréal est palpable et tous ont hâte de remettre le premier Global 7500 à son client M. Niki Lauda. Au mois d’avril encore, on parlait d’un échéancier serré pour que cette première livraison ait lieu en 2018. Mais les initiatives prises pour éviter un glissement dans l’échéancier de livraison ont porté fruit de sorte que maintenant l’objectif devrait être atteint. Les plus optimistes parlent même de trois livraisons de Global 7500 en 2018.

 

Les deux nouvelles versions du Global, le 5500 et le 6500, suscitent déjà beaucoup d’intérêt de la part des acheteurs éventuels dans cette catégorie d’avions d’affaires et les ventes fermes devraient commencer à se concrétiser dans les mois à venir. L’effet de ces ventes devrait se refléter dans le carnet de commandes à partir du troisième trimestre de 2018. Notez que les performances améliorées du Global 7500 ont aussi attiré l’attention des acheteurs et que d’autres commandes sont également à venir pour cette variante.

 

Plusieurs articles ont fait mention dernièrement de l’avantage compétitif que la surtaxe chinoise de 25% sur les avions pesant de 15 à 45 tonnes donnait à Bombardier par rapport à son concurrent américain Gulfstream. Mais la réalité est qu’il faudra des années avant que cette surtaxe ne fasse une réelle différence; Bombardier Avions d’affaires ajuste ses cadences de production en fonction des besoins du marché ce qui lui laisse très peu de créneaux de livraisons disponibles. Ainsi un acheteur chinois qui déciderait d’annuler un achat avec Gulfstream pour se tourner vers Bombardier devra probablement attendre deux ou trois ans avant de mettre la main sur son avion. Avant que la décision ne soit prise d’augmenter les cadences de production pour fournir le marché chinois, il faudra une augmentation substantielle des commandes et une fois la décision prise, il faut compter encore un an avant la première livraison.

 

Le plus gros marché des avions d’affaires c’est encore celui des États-Unis, loin devant le marché chinois. Si la guerre commerciale que livre l’administration américaine avec ses partenaires commerciaux en ce moment devait avoir un impact négatif sur son économie, cela aura des conséquences bien plus néfastes sur le carnet de commandes de Bombardier Avions d’affaires que les quelques commandes de plus venant de la Chine.

 

Une compagnie de la taille de Bombardier travaille toujours sur des idées ou projets de nouvel avion et seulement quelques projets se rendent à l’étape de la mise en production. Cependant les rumeurs commencent à se faire persistantes à propos d’un remplaçant du Challenger 650. Il faut dire que son carnet de commandes est encore bien garni puisqu’il s’en est livré 25 l’an dernier. Il serait toutefois imprudent de la part de la direction de Bombardier Avions d’affaires d’attendre que le carnet de commandes se vide complètement avant de plancher sur un remplaçant. C’est donc un sujet que nous suivrons très attentivement au cours des prochains mois.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

2 thoughts on “Pendant ce temps-là chez Bombardier Avions d’affaires

  • juillet 9, 2018 at 7:46 pm
    Permalink

    Ryanair Buys Niki Lauda Airline in Rare Foray Into Dealmaking

    https://www.bloomberg.com/news/articles/2018-03-20/ryanair-buys-niki-lauda-airline-in-rare-foray-into-dealmaking

    « Lauda will become chairman of LaudaMotion and will oversee the rebuilding of Niki, Ryanair said in a statement Tuesday. The Dublin-based company will provide an additional 50 million euros in funds to get the carrier up and running, alongside management support and six aircraft. The airline’s fleet will grow to at least 30 and it should reach profitability by the third year of operations, Ryanair said. »

    Reply
  • juillet 9, 2018 at 10:49 pm
    Permalink

    À propos de Niki Lauda et LaudaMotion.

    LaudaMotion a six avions et prévoit avoir 30 avions en trois années.

    Ryanair Buys Niki Lauda Airline in Rare Foray Into Dealmaking

    https://www.bloomberg.com/news/articles/2018-03-20/ryanair-buys-niki-lauda-airline-in-rare-foray-into-dealmaking

    Lauda will become chairman of LaudaMotion and will oversee the rebuilding of Niki, Ryanair said in a statement Tuesday. The Dublin-based company will provide an additional 50 million euros in funds to get the carrier up and running, alongside management support and six aircraft. The airline’s fleet will grow to at least 30 and it should reach profitability by the third year of operations, Ryanair said.

    Ryanair will initially buy almost 25 percent of LaudaMotion, with a plan to increase ownership to 75 percent over time. Taking control of a majority stake requires approval by the European Union.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *