Pratt & Whitney parle ouvertement de ses problèmes

Pour partager cette publication :

 

Le Président et chef de la direction de United Technologies inc., Greg Hayes, a parlé ouvertement des problèmes de mise en production des moteurs PWG de la filiale Pratt & Whitney dans une entrevue qu’il a accordée à la revue Air Transport World lundi dernier. M. Hayes mentionne que sur les quelques 800 pièces qui composent les nouveaux moteurs à turbosoufflante à engrenage de Pratt & Whitney il y en a cinq dont le délai de production entraîne des retards dans la livraison aux clients. Les moteurs de la série PWG équipent l’A320neo, le C Series, l’E2 d’Embraer, le MRJ ainsi que le MC-21 d’Irkut. Parmi les cinq pièces à problème il y a les ailettes des aubes dont nous avons parlé la semaine dernière. L’actuelle cadence de production des ailettes serait de 60 jours alors qu’elle aurait dû être de 30 jours à ce stade-ci, des difficultés liées à la courbe d’apprentissage seraient en cause.

 

La courbe d’apprentissage est un phénomène bien connu dans le domaine industriel et voici ce que nous avions publié le 15 mai dernier à ce sujet : « La mise en production de quelque bien industriel que ce soit comporte ce que l’on appelle une courbe d’apprentissage. Ce phénomène est lié au fait que plus un être humain reproduit la même tâche de fabrication, plus il devient efficace. Ce qui veut dire que le nombre d’heures nécessaire à la fabrication d’une unité va aller en décroissant et que la productivité et la rentabilité vont augmenter avec le nombre d’unités produites. La courbe d’apprentissage n’est pas unique à l’industrie aéronautique. Elle existe dans tous les domaines de fabrication. Selon les études compilées au cours des années, on peut dire qu’en général, en aéronautique, la courbe d’apprentissage fait en sorte que les coûts de production diminuent de 15% chaque fois que le nombre d’unités produites est doublé. »

 

Dans le cas précis des ailettes, cela veut probablement dire que leur fabrication est plus complexe que prévu et que les employés ont besoin de plus de temps pour en maîtriser la technique de fabrication. Pratt & Whitney est confiante de pouvoir apporter les solutions nécessaires afin de combler les retards de livraison ;  pour l’année 2016, de 100 à 150 moteurs PWG (probablement près de 150) seront livrés, au lieu des 200 prévus. En 2017, de 350 à 400 moteurs devraient être livrés ce qui permettra de résorber le retard.

 

  1. Hayes est bien conscient des mécontentements que cela provoque et a reconnu la responsabilité de Pratt & Whitney et qu’éventuellement des pénalités devront être versées aux fabricants et aux compagnies aériennes ! Par contre le problème du long délai de démarrage sur les moteurs de l’A320neo serait réglé et Pratt peut donc se concentrer sur le problème de mise en production et d’accélération de la cadence.

 

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *