JetBlue, une information surprenante

Pour partager cette publication :

Dans son communiqué de presse annonçant la commande de 60 A220, JetBlue mentionne que de passer de l’E-190 à l’A220-300 lui permettra de faire des économies d’environ 40% de carburant par siège disponible.

 

C’est beaucoup surtout si on compare cela aux économies de l’ordre de 20% que l’A220 permet de faire par rapport à l’A320CEO ou au B737NG. On peut aussi en déduire que la consommation de carburant de l’E-190 est nettement supérieure aux avions de sa génération ce qui explique l’empressement des compagnies aériennes à vouloir les retirer de leur flotte.

 

Pour vous donner un ordre de grandeur, 40% d’économie de carburant c’est ce qu’obtiendra Air Transat en passant des A310, qui ont plus de 25 ans d’âge, à l’A321NEO-LR.

 

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

28 thoughts on “JetBlue, une information surprenante

  • juillet 11, 2018 at 2:42 pm
    Permalink

    Bonne publicité gratuite envers les autres transporteurs. Embraer et son nouveau ami et futur conjoint si le mariage a lieu fin 2019 comme prévu, les patrons de ces deux avionneurs vont surement avoir un attaque cardiaque. Airbus/Bombardier doivent rire dans leur barbe ou fausse barbe.

    Reply
  • juillet 11, 2018 at 2:46 pm
    Permalink

    Peut être faudrait-il référence au coût en carburant par siège? Donc le 40% serait la somme des nouveaux moteurs, de la structure de cserirs, du FBW et du plus grand nombre de sièges…

    Reply
    • juillet 11, 2018 at 2:52 pm
      Permalink

      C’est bien ce que dit la première phrase du texte, c’est coût du carburant par siège. 40% d’économie c’est beaucoup.

      Reply
      • juillet 12, 2018 at 11:27 am
        Permalink

        Je vient de lire l’article et ils parlent de 40% d’économie en carburant ET EN ENTRETIEN. Là je suis moins étonner avec le vieux CF34.

        Reply
  • juillet 11, 2018 at 7:03 pm
    Permalink

    Finalement, on peut conclure que JetBlue n’a pas acheté des A220-300 mais bien des CSeries, CS300.

    Reply
  • juillet 11, 2018 at 9:35 pm
    Permalink

    Je ne trouve aucun article qui nous dirait comment JetBlue va se débarrasser des 24 E-190 toujours en commande.

    Reply
    • juillet 11, 2018 at 9:39 pm
      Permalink

      C’est le grand mystère pour le moment, j’ai posé la question à des journaliste américains et eux non plus ne la savent pas.

      Reply
  • juillet 11, 2018 at 9:38 pm
    Permalink

    C’est clair que c’est toute une prise pour Airbus. Ça va ouvrir le marché américain au A220 pour de bon.

    Reply
  • juillet 11, 2018 at 9:41 pm
    Permalink

    Le E2 est en sérieuse difficulté aux USA maintenant. Airbus connait ses marchés et sait donner des coup pied dans les couilles de ses adversaires. Ha! Ha! Ha!

    Reply
    • juillet 12, 2018 at 6:24 am
      Permalink

      Bof, Embraer aura probablement la commande de United plus tard cette année.

      Reply
      • juillet 12, 2018 at 9:34 am
        Permalink

        Qu’est-ce que UNITED achèterait d’Embraer ?

        Reply
      • juillet 12, 2018 at 10:58 am
        Permalink

        Si c’était encore Bombardier qui était à la tête de l’A220, la probabilité que United choisisse cet avion serait très faible que les relations entre les deux compagnies ne sont pas très fortes. Par contre la relation entre Airbus et United est bien meilleur. EN ce moment United achète des A319CEO usagés pour à peine 5 M$, c’est le même prix qu’un Q300, tant et aussi longtemps que United croit que le prix du baril de pétrole restera bas rien ne l’incitera à les remplacer. Mais depuis quelques mois le prix du carburant remonte et il faudra voir si United va avoir les moyens de continuer bien longtemps à faire voler de vieux coucous usagés, même Delta planche en ce moment sur le remplacement des Mad Dogs.

        Reply
        • juillet 12, 2018 at 11:04 am
          Permalink

          Ces prix très bas cache souvent qu’il faut les passer dans une phase d’entretien majeur qui est très couteux: entre 5 et 10 millions. Juste les moteurs c’est au moins 3 millions chacun. Ces cie détestent les dettes. Donc, les rafiots volant sont très appréciés. Quand les choses tourne mal, ils peuvent les envoyer dans le désert à faible coût.

          Reply
    • juillet 12, 2018 at 5:43 pm
      Permalink

      Les gens de JetBlue eux-mêmes ont avoués que la compétition avec l’E195-E2 avait été très serrée. J’ai l’impression que l’arrivée d’Airbus à permis au final d’offrir un meilleur prix, sinon ils auraient choisi Embraer.

      Reply
      • juillet 12, 2018 at 6:13 pm
        Permalink

        La conversion de la commande de 25 A320NEO en A321NEO aura probablement fait la différence. C’est certain que ce fut une bataille serrée, c’était une campagne qu’Embrasser ne savait pas perdre et c’est un dur coup pour l’E2. Ne pas être capable de garder ses clients existants de la taille de JetBlue c’est très mauvais.

        Reply
  • juillet 12, 2018 at 8:15 am
    Permalink

    Un » CS500″ de 160 places d’environ 2500nm aurait été un vrai hot dog au USA.

    Reply
    • juillet 12, 2018 at 8:54 am
      Permalink

      Faudra attendre que le carnet de commande de l’A320NEO baisse à moins de 500 pour voir cela.

      Reply
      • juillet 12, 2018 at 11:17 am
        Permalink

        Airbus l’a dit il n’y a pas longtemps que le CS500 cannibaliserait le A320 et ils ne veulent rien savoir de ça. Pour moi c’est une erreur. Ça renforcerait encore plus l’offre d’Airbus. Je commence à croire que les dirigeants dans la fabrication d’avion sont tous des idiots. À commencer par Mitsubishi qui ont merder d’une façon spectaculaire avec le MRJ ainsi que BBD avec le CS. Boeing qui a dit non au CSeries et maintenant Airbus qui ne semblent pas voir que le A220 pourrait servir de plateforme pour tout ce qui est entre 100 et 200 sièges.

        Reply
        • juillet 12, 2018 at 11:35 am
          Permalink

          Airbus à mis la main sur le C Series parce qu’elle sait très bien que cette avion serra sa gamme d’avion monocouloir dans le futur. Mais si elle devait l’avouer maintenant, les clients de l’A320NEO se mettrait à réclamer l’A220-500 maintenant et aux prix de l’A320NEO et cela cannibaliserait le carnet de commande de l’A320NEO. Il faut d’abord épuiser ce carnet de commande pour ensuite passer à la prochaine étape. Un programme d’avion comme l’A220 peut durer 40 ans mais à la condition de ne pas gaspiller toutes les munitions tout de suite. Patience, il faut de la patience. On ne lance pas les nouvelles versions d’avions comme on lance les nouvelles version de l’IPhone. C’est aux 5 à dix ans pour les avions, l’A220 n’a que deux ans depuis son entrée en service.

          Reply
          • juillet 12, 2018 at 12:13 pm
            Permalink

            À mon avis, il faudrait qu’ils soient prêt pour un changement dans le marché. Le CS500 serait un autre coup de pied dans les parties de Boeing-Embraer. Ils ne sont pas obliger de le vendre à bas prix. Qu’ils le vendent plus cher mais qu’il soit dispo le plus vite possible.

  • juillet 12, 2018 at 5:18 pm
    Permalink

    Pour clarifier les coûts pour Embraer, voici une partie d’un article de Motley Fool de Mars 2017:

    https://www.fool.com/investing/2017/03/20/is-jetblue-ready-to-dump-its-smallest-planes.aspx

    Costs spiral out of control
    JetBlue underestimated unit costs for the Embraer fleet in two ways. First, pilot costs have increased significantly in recent years due to a growing pilot shortage. The top-of-scale wage for JetBlue’s E190 pilots has more than doubled over the past decade.

    JetBlue does pay its E190 pilots about 10% less than A320 or A321 pilots with comparable seniority, but that’s still much more on a per-seat basis. The higher pilot costs go, the greater the advantage of larger planes.

    Second — and even more importantly — JetBlue’s Embraer fleet has had high maintenance costs. This has been an ongoing cause of frustration for management. The oldest E190s in its fleet (which were among the first E-Jets that Embraer built) have caused the biggest reliability issues.

    However, all of JetBlue’s E190s have had unusually high engine maintenance costs. Other Embraer E190 operators have had issues as well. That’s why American Airlines recently decided to retire its entire E190 fleet by 2019, after just a dozen years of service.

    In total, between 2004 (the year before the first E190s arrived) and 2016, JetBlue’s cost per available seat mile surged more than 60%, from 6.1 cents to 9.9 cents. Higher-than-expected costs for the E190 fleet played a significant role in driving those unit cost increases.

    Reply
    • juillet 12, 2018 at 6:11 pm
      Permalink

      Le communiqué de JetBlue parle bien d’une consommation de carburant inférieure de 40% avec l’A220 par rapport à l’E-190. Le texte de Motley Fool parle d’un écart de 60% du coût par siège par mile incluant l’entretien plus élevées.

      Reply
    • juillet 14, 2018 at 11:01 am
      Permalink

      J’espère pour Embraer que les E2 seront plus fiable. Inimaginable de voir des flottes entières assez jeunes être retirées du service actif pour cause de non fiabilité et coûts d’entretien élevés. On entend pas ça à propos des CRJ. Si les E2 se plantent aussi, se sera peut-être le début de la fin pour ces avions.

      Reply
      • juillet 14, 2018 at 11:20 am
        Permalink

        Les problèmes de l’E-jet expliquent probablement l’hésitation des clients à passer à l’E2. J’ai surnommé l’E-Jet E-190: « l’E-Ject-190 » ou encore j’aime dire qu’Embraer a surnommé l’E2 « the profit hunter » pour faire oublier que l’E-Ject est un « profit killer ». 🙂

        Reply
    • juillet 13, 2018 at 7:51 pm
      Permalink

      Attention, cet article est basé sur les listes des évaluateurs et non sur des informations privilégiés qu’il aurait obtenue. Cela dit, 28 M$ c’est à peu près ce qu’a payé Delta Airlines.

      Reply
      • juillet 13, 2018 at 9:11 pm
        Permalink

        Pour des A220-100 bridé à 1000 nm.

        Reply
        • juillet 14, 2018 at 6:21 am
          Permalink

          C’est vrai et Air Canada aurait payé environ 33 M$ pour ses A220-300, le prix payé par JetBlue doit être près de cela.

          Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *