Bombardier pourrait placer trois autres Q400 usagés au Népal

Pour partager cette publication :

Selon ce que rapporte le Kathmandu Post, les autorités népalaises auraient approuvé l’acquisition de trois Q400 par la compagnie Shree Airlines afin qu’elle puisse les utiliser sur des lignes intérieures.

 

Shree Airlines est en opération depuis un an seulement et compte actuellement deux CRJ-200 et deux CRJ-700 dans sa flotte. Bien que l’article ne mentionne pas clairement qu’il s’agisse de Q400 usagés, le fait que les appareils soient attendus pour le mois d’octobre prochain nous permet de conclure ainsi puisque les délais de livraison d’avions neufs sont d’au moins un an.

 

Cette transaction ajoutera un opérateur de Q400 de plus dans les hautes montagnes du centre sud de l’Asie.

 

Pour lire l’article du Kathmandu Post, cliquez ici

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

24 thoughts on “Bombardier pourrait placer trois autres Q400 usagés au Népal

  • août 15, 2018 at 1:44 pm
    Permalink

    Le Q400 est définitivement plus approprié que n’importe quel concurrent turbo-propulsé dans ce coin du monde.

    Le Q400 peut voler jusqu’à 27000′ (avec l’option des masques à oxigène, sinon 25k’) . Ou 17500′ avec un moteur en moins….

    Reply
  • août 15, 2018 at 2:12 pm
    Permalink

    Les Dash8 serie Q, usagés comme neuf semblent revenir un choix pour des transporteurs. Un vieux Q300 de 22 ans reprend du service…….https://www.ch.aviation.com/portal/news/69951-canadian-north-adds-first-q300 ……..Si sa continu avec les usagés bombardier devra (peut-être) regarder la possibilité de ré-activer l’assemblage de certains d’entre eux avec une retouche de modernité. C’est vieux Q100/200/300 ont beaux êtres increvables, mais après une très longue vie va bien falloir les envoyés a la « retraites ». Le Q400 étant plus récent encore produit et surement pour longtemps.

    Reply
    • août 15, 2018 at 6:23 pm
      Permalink

      Le probleme des Q200/Q300 est qu’ils n’étaient pas assemblés sur la même ligne d’assemblage que le Q400 (pas la même aile). ATR peut offrir le 42 parce qu’il est identique au 72 excepté le fuselage plus court et qu’ils sont assemblés sur la même ligne.

      Même en étant seul sur ce marché, l’ATR72 représente moins de 10% des livraisons d’ATR…

      Reply
  • août 15, 2018 at 10:43 pm
    Permalink

    Le Kathmandu Post? André Allard est vraiment abonné à tous les journeaux!

    Quant à une remise en production du Q300, pour mieux faire compétition à ATR, il faudrait plutôt un avion de 60 places, s’insérant dans le trou entre le ATR-42 et le ATR-72. Il s’agirait d’une version du Q400 à fuselage raccourci, aile d’envergure réduite et moteurs moins puissants. Q360 sonne bien.

    Reply
    • août 16, 2018 at 6:11 am
      Permalink

      LOL, non mais certain de mes lecteurs me partage leurs trouvailles et leur aide est précieuse. Pour le Q300 entre 60 et 70 passagers je suis d’accord. Si BBD applique au Q300 les modifications qu’elle a fait sur le Q400, alors ca donne un appareil d’environs 65 passagers et qui pèse entre 1 500 et et 3 000 livre de moins que l’ATR-72.

      Comme le mentionne Nicolas, le Q200 et Q300 n’était pas assemblés sur la même ligne que le Q400 et cela augmentait le coût de production de beaucoup. Mais comme BBD devra relocaliser le ligne du Q400 dans quelques annes, l’occasion serait bonne pour réorganiser le tout en une seule ligne comme c’est le cas pour le CRJ par exemple.

      Reply
      • août 16, 2018 at 8:19 am
        Permalink

        Le probleme est que le Q400 est déjà un avion lourd pour sa taille, je n’ose imaginer le poids d’un Q350 avec la même aile que le Q400.

        Reply
      • août 16, 2018 at 10:20 am
        Permalink

        L’ATR72-600 a un MTOW de 23000 kg et le Q400 c’est 30500 kg donc 7500 kg de plus. Le MTOW du Q300 est de 19500 kg et il est 7 mètres plus courts que le Q400. Un Q350 disons 3 mètres plus long que le Q300 avec les moteurs et l’aile du Q400 serait au mieux du même MTOW que l’ATR72-600 mais probablement un peu plus lourd.

        Faudrait vraiment que les transporteurs s’engagent pour plusieurs dizaines d’avions pour que Bombardier embarque.

        Reply
        • août 16, 2018 at 1:08 pm
          Permalink

          Depuis que la production du Q300 a été arrêté, BBD a apporté des modifications Au Q400: le Bulkhead a été reculé et l’aménagement des galley et toilettes a été revu permettant l’ajout d’au moins deux rangés de sièges avec un pitch de 28 pouces le Q300 aurait une capacité de 64 passagers sans en augmenter la masse à vide.

          Pour ajouter deux rangé de plus, afin d’arriver à 72 passagers, il faudrait rallonger le fuselage d’environ 1,75 mètres. N’oublie pas que sur le Q400, les nouveaux sièges qu’utilisera SpiceJet représentent une réduction du poids de 400Kg.

          Au risque d’avoir l’air d’un vieux têtu, je maintain qu’il y a une possibilité d’un Q300 à 70 passagers et plus léger que l’ATR72.

          Reply
          • août 16, 2018 at 6:19 pm
            Permalink

            C’est possible, n’empêche que je maintient qu’il faudrait un engagement solide des transporteurs pour que Bombardier se lance dans cette avenue.

          • août 16, 2018 at 7:52 pm
            Permalink

            Pour les sièges du Q400, c’est 400 livres de moins et non 400Kg. Après avoir écrit cette réponse j’ai pris la route et en roulant je me suis mis à faire le calcul, 400Kg de moins pour 80 sièges cela fait 50Kg par sièges et donc 110Lb par sièges et là et me suis dis oups! Je crois que j’ai commis l’erreur de Gimli!

        • août 16, 2018 at 5:37 pm
          Permalink

          Le MTOW des deux avions c’est pour des autonomies assez différentes. Le ATR fait environ 500 mn et le Q400 dans les 800-900 mn. Donc, il faudrait ajuster l’autonomie du Q400 à 500 mn. L’avion embarque plus de 6000 litres de kérosène. Donc, il faudrait enlevé 2500-3000 litres à 80% de la densité de l’eau enlèverait un bon 2000-2400 kg à l’avion.

          Je ne crois pas que le Q300 renaîtra de quelque façon que ce soit parce que ce marché n’est pas riche, les pilotes sont mal payé bien pire que les pilotes de RJ aux USA, et les cie aériennes n’auront jamais ne serait-ce qu’un malheureux $15M US pour un exemplaire et à ce montant il sera impossible pour BBD de dégager un quelconque profit même s’ils en vendaient 1000 copies. L’avenir dans ce marché sera des ATR usagés qui pullulerons sur le marché de l’occasion dans 10 ans.

          Reply
          • août 16, 2018 at 7:56 pm
            Permalink

            D’accord avec toi pour la compétition du marché des usagés dans ce créneau bien précis surtout que pour les avions régionaux la consommation de carburant n’est pas aussi importante que la fiabilité.

            Pour le salaire des pilotes, ce n’est pas très important sauf aux USA. Les turbo prop sont des avions de début de carrière et les nouveaux pilotes n’hésitent pas à accepter les emplois sur ce type d’avions. Si tu savais combien de pilotes Québécois avec 1 000 heures de vols ont accepté une job chez WestJet encore malgré un salaire pas très élevé.

          • août 16, 2018 at 8:04 pm
            Permalink

            Pour ce qui est du marché, il s’agit bien de celui de l’ATR72 et par conséquent une production d’une vingtaine d’appareils par jours si elle s’ajoute à celle du Q400 sur la même ligne de production, alors ca peut devenir rentable pour BBD. à 250 000 $ par sièges, le prix de vente du Q300 de 70 passagers est plus près de 17,5 M $ et encore, si le client en commande quelques exemplaire, comme c’est la cas en Afrique en ce moment, le prix pourrait être à 20 M$. Si la ligne de production Q400 et Q300 sort 40 à 50 appareils par années plutôt que de 20 à 25, les coûts fixes sont divisés par deux.

          • août 16, 2018 at 8:21 pm
            Permalink

            Je croix que $250000 par siège c’est pour les avions de plus de 100 sièges. Dans le plus petit, c’est plus haut que ça vu la grosseur du marché et le fait que c’est pas en vendant un avion deux fois plus petit qu’il va se vendre deux fois moins cher.

          • août 16, 2018 at 8:38 pm
            Permalink

            Alors la valeur du Q300 à 70 passagers passe au dessus du 17,5 M$

          • août 16, 2018 at 8:44 pm
            Permalink

            Et dans l’usagé, un gros ATR de 10 ans même trop gros pour ce que la cie aérienne a besoin fera l’affaire entre $5 et 8 millions.

  • août 16, 2018 at 8:40 pm
    Permalink

    J’avais proposé l’appellation Q360, mais la plupart des autres commentateurs ont repris le nom du Q300…

    Est-ce qu’on pourrait régler pour Q300neo? Est-ce qu’Airbus serait d’accord? 🙂

    Reply
    • août 16, 2018 at 9:03 pm
      Permalink

      Bein tant qu’il n’y a pas de nouveaux moteurs, Q300NEO (New Engines Options) ça marche pas. Pour le Q360, c’est pas par mauvaise volonté mais plus par habitude.

      Reply
  • août 18, 2018 at 10:24 pm
    Permalink

    En 2013 bombardier avait comme projet de construire une ligne d’assemblage en Russie pour les Q400 qui seraient vendus a des transporteurs russes et Europe de l’Est. Mais le projet fût mis sur la glace pour des raisons politiques. Mais je me souviens pas d’avoir attendu bombardier mentionné que se projet était définitivement annulé. ARTICLE 28 AOÛT 2013….https://www.tvanouvelles.ca/2013/08/28/bombardier-assemblerait-des-q400-en russie……Advenant que se projet soit remis en force sa serait un plus pour les Q400 et ses fournisseurs.

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *