Une étape importante franchie pour l’aéroport de Saint-Hubert

Pour partager cette publication :

Jeudi matin, l’aéroport de Saint-Hubert a célébré la fin des travaux de réfection de sa piste principale qui ont coûté 17 M$. Grâce à cette mise à niveau, l’aéroport peut maintenant recevoir les avions monocouloirs comme le B737, l’A220 ainsi que l’A320. Histoire de marquer le coup, un B737-200 de Chrono Aviation ainsi qu’un B737-300 de Nolinor Aviation étaient présents.

 

C’est une étape importante que vient de franchir l’aéroport de Saint-Hubert afin de pouvoir y attirer une ou des lignes aériennes. Afin de discuter des plans pour l’aéroport, nous avons eu un entretien avec le président du conseil d’administration de l’Aéroport Montréal Saint-Hubert, M. Charles Vaillancourt. Ce dernier a rappelé que les travaux de réfection de la piste 06G-24DR avaient été rendus possibles grâce à la présence de Pascan Aviation, car un des critères d’admissibilité du Programme Aide aux Infrastructures Aéroportuaires est la présence des vols réguliers de passagers. M Vaillancourt a mentionné que Pascan était essentielle à Saint-Hubert et qu’il est prêt à soutenir l’entreprise dans ses projets de développement.

 

Un des obstacles de taille pour le développement de vols réguliers à Saint-Hubert est qu’elle n’est pas sur la liste des aéroports désignés, Liste des aéroports désignés. Afin d’obtenir l’inscription de Saint-Hubert sur la liste des aéroports désignés aux mêmes conditions que les aéroports qui y sont déjà, les membres du conseil d’administration de l’aéroport ainsi que les élus municipaux font des représentations auprès des élus fédéraux de la région; M. Vaillancourt a bon espoir d’obtenir cette fameuse inscription.

 

L’aéroport de Saint-Hubert peut compter sur un appui de taille dans ses démarches et c’est celui d’Aéroport de Montréal et M Vaillancourt a déjà rencontré son homologue chez ADM M. Philippe Rainville. Rien de concret encore, mais les deux organisations étudient comment elles pourront collaborer dans leur développement respectif.

 

Une des avenues possibles pour Saint-Hubert serait l’arrivée d’un transporteur à très bas prix et c’est pour cette raison que le conseil d’administration tient à garder une structure de coût très compétitive. Des transporteurs ont déjà été approchés et le premier qui voudra se commettre à offrir des vols à Saint-Hubert pourrait avoir la possibilité de faire adapter les plans de l’aérogare à ses besoins particuliers.

 

Il reste encore beaucoup de travail à accomplir avant que les premiers passagers ne franchissent les contrôles de sécurité à l’aéroport de Saint-Hubert et la prochaine étape importante sera la présentation du plan directeur qui sera dévoilé en mars 2019. Ce plan devrait expliquer entre autres quelles sont les meilleures options pour l’emplacement de l’aérogare, le type de financement, les marchés les plus prometteurs. C’est donc un dossier à suivre.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *