Héroux-Devtek publie ses résultats du deuxième trimestre de l’exercice 2019

Pour partager cette publication :

Faits saillants financiers

  • Ventes de 95,7 millions de dollars, en hausse de 6,7 %
  • Résultat opérationnel de 5,3 millions de dollars, en hausse de 13,9 %, et BAIIA ajusté1 de 13,2 millions de dollars, en hausse de 9,5 %
  • Flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation de 11,7 millions de dollars, contre 15,7 millions de dollars à l’exercice précédent, et flux de trésorerie disponibles1favorables de 8,2 millions de dollars, contre 13,3 millions de dollars à l’exercice précédent

 

Faits saillants opérationnels et commerciaux

  • Clôture des acquisitions de Beaver Aerospace & Defense Inc. («Beaver») le 2 juillet 2018 et de Compañia Española de Sistemas Aeronáuticos, S.A. («CESA») après la fin du trimestre
  • Carnet de commandes fermes en hausse séquentiellement depuis le premier trimestre de l’exercice 2019, passant de 454 millions de dollars à 479 millions de dollars
  • Livraison à Boeing des premiers trains d’atterrissage destinés aux avions 777X

LONGUEUIL, Québec, 12 nov. 2018 (GLOBE NEWSWIRE) — Héroux-Devtek Inc. (TSX : HRX) («Héroux-Devtek» ou la «Société»), important fabricant international de produits aérospatiaux, a publié aujourd’hui ses résultats du deuxième trimestre de l’exercice 2019 clos le 30 septembre 2018. À moins d’indication contraire, tous les montants sont en dollars canadiens.

«Le deuxième trimestre représente une étape importante sur le plan de l’expansion internationale de Héroux-Devtek. Non seulement nous avons signé d’importants contrats à long terme avec nos partenaires commerciaux de longue date, Boeing et Lockheed Martin, mais nous avons également conclu deux acquisitions transformationnelles. Grâce à l’acquisition de Beaver et de CESA, nous pourrons élargir notre offre de produits en proposant des systèmes d’actionnement et des systèmes hydrauliques à la fine pointe de la technologie et en fournissant des occasions importantes de ventes croisées avec les principaux fabricants mondiaux d’avions», a déclaré Gilles Labbé, président et chef de la direction de Héroux-Devtek.

«Ces développements importants nous positionnent comme fournisseur de premier plan dans un secteur où les facteurs fondamentaux sont solides et les perspectives de croissance à long terme, positives. Après avoir dégagé de robustes résultats financiers au cours du deuxième trimestre, nous avons confiance en notre capacité de faire croître les produits des activités ordinaires de 20 % pour l’exercice 2019 et nous nous attendons à ce que nos produits des activités ordinaires augmentent de 60 % d’ici 2022, par rapport à ceux de l’exercice 2018. Disposant d’une grande flexibilité financière, nous avons tous les éléments en place afin d’entamer notre prochaine phase d’expansion avec un enthousiasme renouvelé», a ajouté M. Labbé.

 

FAITS SAILLANTS FINANCIERS Trimestres clos les 30 septembre Semestres clos les 30 septembre
(en milliers de dollars, sauf les données par action) 2018 2017 2018 2017
Ventes 95 665 89 677 181 435 176 534
Résultat opérationnel 5 289 4 644 10 146 10 052
BAIIA ajusté1 13 176 12 032 25 420 23 972
Résultat net 3 294 3 163 6 846 7 190
Bénéfice par action – dilué ($) 0,09 0,09 0,19 0,20
Résultat net ajusté1 4 405 4 057 8 191 8 084
Bénéfice par action ajusté ($) 0,12 0,11 0,22 0,22

1 Mesure non conforme aux IFRS. Se reporter à la rubrique intitulée «Mesures non conformes aux IFRS» à la fin du présent communiqué de presse.

RÉSULTATS DU DEUXIÈME TRIMESTRE
Les ventes consolidées ont augmenté de 6,7 % pour atteindre 95,7 millions de dollars, comparativement à 89,7 millions de dollars au trimestre correspondant de l’exercice précédent, traduisant l’apport de Beaver. Cette augmentation reflète la hausse des ventes dans les marchés de l’aérospatiale commerciale et de la défense aérospatiale et une incidence positive nette de 1,7 million de dollars sur les ventes du deuxième trimestre découlant des fluctuations d’un exercice à l’autre de la valeur du dollar canadien par rapport aux devises.

Les ventes commerciales ont augmenté de 11,5 % pour atteindre 47,0 millions de dollars, contre 42,2 millions de dollars au trimestre correspondant de l’exercice précédent. Cette augmentation est en grande partie attribuable à l’augmentation des livraisons pour les programmes des Boeing 777 et 777X, aux ventes de Beaver et à une hausse des ventes de jet d’affaires liée principalement à l’augmentation des livraisons pour le programme Embraer 450/500.

Les ventes liées au secteur de la défense ont augmenté de 2,4 %, passant de 47,5 millions de dollars à 48,6 millions de dollars. Cette augmentation s’explique essentiellement par les ventes de Beaver et une hausse de la demande du gouvernement américain pour des pièces de rechange. Ces facteurs ont été contrebalancés en grande partie par le calendrier de fabrication de produits vendus à certains clients civils et le ralentissement des activités de réparation et d’entretien pour l’armée de l’air américaine.

La marge brute a augmenté pour s’établir à 15,5 millions de dollars, ou 16,2 % des ventes, comparativement à 13,6 millions de dollars, ou 15,1 % des ventes, pour la période correspondante de l’exercice précédent. L’augmentation de la marge brute est principalement attribuable à l’incidence de l’acquisition de Beaver et à une imputation plus importante des coûts liés au programme du Boeing 777 découlant d’un accroissement du volume et d’une amélioration de l’efficacité de production. Ces facteurs comprennent des fluctuations favorables des taux de change, qui ont contribué aux ventes à hauteur de 0,4 %.

Le résultat opérationnel a augmenté pour atteindre 5,3 millions de dollars, ou 5,5 % des ventes, comparativement à 4,6 millions de dollars, ou 5,2 % des ventes, pour la période correspondante de l’exercice précédent, reflétant principalement l’apport de Beaver. Le résultat opérationnel de la période considérée et de la période correspondante de l’exercice précédent comprend des frais liés aux acquisitions de 0,9 million de dollars relativement aux acquisitions de CESA et de Beaver. Le BAIIA ajusté, qui exclut les éléments non récurrents, a été de 13,2 millions de dollars, ou 13,8 % des ventes, comparativement à 12,0 millions de dollars, ou 13,4 % des ventes, pour la période correspondante de l’exercice précédent.

Les frais financiers ont augmenté pour s’établir à 1,6 million de dollars, comparativement à des frais financiers de 1,2 million de dollars pour la période correspondante de l’exercice précédent. Cette variation reflète essentiellement les pertes nettes sur des instruments financiers dérivés liées à l’acquisition de CESA, contrebalancées en partie par une hausse des produits d’intérêts tirés de la trésorerie et des équivalents de trésorerie.

Le résultat net a atteint 3,3 millions de dollars, ou un bénéfice dilué par action de 0,09 $, au deuxième trimestre de l’exercice 2019, comparativement à 3,2 millions de dollars, ou un bénéfice dilué par action de 0,09 $, pour la période correspondante de l’exercice précédent. Le résultat net ajusté, qui exclut les éléments non récurrents, après impôts, s’est chiffré à 4,4 millions de dollars, ou un bénéfice par action ajusté de 0,12 $, contre 4,1 millions de dollars, ou un bénéfice par action ajusté de 0,11 $, pour la période correspondante de l’exercice précédent.

Au 30 septembre 2018, le carnet de commandes fermes de Héroux-Devtek totalisait 479 millions de dollars, comparativement à 454 millions de dollars au 30 juin 2018. Ce carnet comprend les commandes de Beaver, mais ne tient pas compte des commandes de CESA étant donné que la transaction a été conclue après la fin du trimestre, le 1er octobre 2018.

RÉSULTATS DU SEMESTRE
Pour le premier semestre de l’exercice 2019, les ventes consolidées se sont établies à 181,4 millions de dollars, contre 176,5 millions de dollars pour la période correspondante de l’exercice précédent. Les fluctuations d’un exercice à l’autre de la valeur du dollar canadien par rapport aux devises ont diminué les ventes de 0,7 million de dollars. Les ventes commerciales ont atteint 92,8 millions de dollars, contre 85,5 millions de dollars un an plus tôt, tandis que les ventes liées au secteur de la défense ont totalisé 88,6 millions de dollars, comparativement à 91,0 millions de dollars pour la période correspondante de l’exercice précédent.

La marge brute pour le premier semestre de l’exercice 2019 a été de 28,5 millions de dollars, ce qui équivaut à 15,7 % des ventes, comparativement à 26,5 millions de dollars, ou 15,0 % des ventes, pour la période correspondante de l’exercice précédent. Le résultat opérationnel s’est élevé à 10,1 millions de dollars, ou 5,6 % des ventes, ce qui est stable par rapport à celui de la période correspondante de l’exercice précédent. Les fluctuations d’un exercice à l’autre de la valeur du dollar canadien par rapport aux devises ont augmenté le résultat opérationnel de 0,9 million de dollars. Le BAIIA ajusté a atteint 25,4 millions de dollars, ou 14,0 % des ventes, contre 24,0 millions de dollars, ou 13,6 % des ventes pour la période correspondante de l’exercice précédent.

Le résultat net a atteint 6,8 millions de dollars, ou un bénéfice dilué par action de 0,19 $, comparativement à 7,2 millions de dollars, ou un bénéfice dilué par action de 0,20 $, pour la période correspondante de l’exercice précédent. Le résultat net ajusté a été de 8,2 millions de dollars, ou un bénéfice par action ajusté de 0,22 $, contre 8,1 millions de dollars, ou un bénéfice par action ajusté de 0,22 $, pour la période correspondante de l’exercice précédent.

SOLIDES FLUX DE TRÉSORERIE ET EXCELLENTE SITUATION FINANCIÈRE           
Les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation se sont chiffrés à 11,7 millions de dollars au deuxième trimestre de l’exercice 2019, contre 15,7 millions de dollars au deuxième trimestre de l’exercice 2018. Cette évolution reflète principalement une variation défavorable nette des éléments hors trésorerie du fonds de roulement. Par conséquent, Héroux-Devtek a généré des flux de trésorerie disponibles de 8,2 millions de dollars au deuxième trimestre de l’exercice 2019, une baisse par rapport à 13,3 millions de dollars pour la période correspondante de l’exercice précédent. Pour le premier semestre de l’exercice 2019, les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation se sont chiffrés à 20,1 millions de dollars, comparativement à 18,3 millions de dollars pour la période correspondante de l’exercice précédent, tandis que les flux de trésorerie disponibles se sont élevés à 14,5 millions de dollars, contre 13,7 millions de dollars un an plus tôt.

En prévision de la clôture de l’acquisition de CESA, laquelle a eu lieu après la fin du trimestre, le 1er octobre 2018, le bilan de Héroux-Devtek reflétait à la fois une augmentation de la trésorerie et de la dette au 30 septembre 2018. Par conséquent, la trésorerie et les équivalents de trésorerie s’établissaient à 196,7 millions de dollars et la dette à long terme, y compris la tranche à court terme, mais compte non tenu des frais de financement différés nets, était de 251,7 millions de dollars. La dette à long terme comprend un emprunt de 119,1 millions de dollars sur la facilité de crédit de la Société d’un montant autorisé de 250,0 millions de dollars. Par conséquent, la dette nette se chiffrait à 55,0 millions de dollars à la fin du deuxième trimestre, en hausse par rapport à 38,8 millions de dollars au 31 mars 2018, reflétant principalement l’acquisition de Beaver et les flux de trésorerie disponibles générés au deuxième trimestre. Le ratio de la dette nette/BAIIA ajusté était de 0,9x, comparativement à 0,7x six mois plus tôt.

Sur une base pro forma, au 1er octobre 2018, la trésorerie et les équivalents de trésorerie de Héroux-Devtek s’établissaient à 25,8 millions de dollars et la dette à long terme, y compris la tranche à court terme, mais compte non tenu des frais de financement différés nets, était de 286,2 millions de dollars. Par conséquent, la dette nette se chiffrait à 260,4 millions de dollars. Se reporter au rapport de gestion du deuxième trimestre et aux déclarations prospectives figurant à la fin du présent communiqué de presse pour de plus amples détails concernant ces calculs pro forma.

RÉITÉRATION DES PRÉVISIONS
Pour l’exercice 2019, la direction réitère ses prévisions annuelles présentées le 1er octobre 2018, lors de la clôture de l’acquisition de CESA. Pour l’exercice 2019, les ventes devraient se situer entre 460 millions de dollars et 470 millions de dollars, et les acquisitions d’immobilisations corporelles devraient s’établir à environ 20 millions de dollars. À plus long terme, les ventes pour l’exercice 2022 devraient se situer entre 620 millions de dollars et 650 millions de dollars.

Se reporter à la rubrique intitulée «Déclarations prospectives» ci-après et à la rubrique intitulée «Prévisions» du rapport de gestion de la Société pour le trimestre clos le 30 septembre 2018 afin d’obtenir de plus amples détails concernant les principales hypothèses sur lesquelles se fondent les prévisions qui précèdent.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *