CRJ, une surprise n’attend pas l’autre

Pour partager cette publication :

 

Le moins que l’on puisse dire à propos de Bombardier, c’est qu’elle est passée maitre dans l’art d’envoyer des signaux contradictoires. Le dernier en liste concerne le programme CRJ alors que tous s’attendent à ce que Bombardier vende le programme. Les Ailes du Québec a appris d’au moins deux sources différentes qu’au cours des derniers mois Bombardier Avions Commerciaux et Rockwell Collins ont travaillé sur une mise à niveau de la suite avionique du CRJ. L’aspect technique et l’évaluation des coûts auraient été complétés. Avant les annonces du 8 novembre dernier, Bombardier négociait avec Rockwell Collins le prix de la mise à jour qui serait de l’ordre de 60 M$ US.

 

Pour nous il s’agit d’une indication de plus que jusqu’à tout récemment, Bombardier n’avait pas l’intention de se départir du CRJ. Il est fort possible que la direction de Bombardier ait changé son fusil d’épaule dernièrement, si c’est le cas la mise à niveau de l’avionique du CRJ sera mise de côté.

 

Déjà certains intervenants du secteur de l’aérospatiale québécoise ont commencé à se pencher sur la question de la vente du CRJ afin de trouver une solution permanente qui garantirait la survie de ce programme et sa production dans la région de Montréal.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

6 thoughts on “CRJ, une surprise n’attend pas l’autre

  • novembre 12, 2018 at 6:00 pm
    Permalink

    Ce genre d’études est fréquent et n’abouti pas toujours. Ce sont souvent que des discussions préliminaires pour estimer les coûts d’un éventuel projet. De toute façon, la seule solution à long terme pour le CRJ serait un nouveau moteur et aucun n’existe en ce moment sans augmenter significativement le poids de l’avion.

    Reply
  • novembre 12, 2018 at 6:42 pm
    Permalink

    Le Q400 est un avion marginal dans un marché marginal.

    Si BBD vend le CRJ, ils ne pourront jamais revenir dans le marché. Être réduit à fabriquer des jets Gros Q va les mettre en difficulté si jamais la tech supersonique arrive dans ce marché. Ils n’auront jamais l’argent pour rivaliser. C’est pour ça qu’ils hésitent parce que je suis pas mal certain qu’ils auraient pu vendre le CRJ en premier.

    PS: Le CRJ a reçu un nouvel intérieur mais pas le Q400 pourtant les deux ont le même diamètre ou presque. Ce n’aurait pas été difficile de le proposer au Q400. C’était peut-être l’indice qui indiquerait que BBD allait vendre le Q400.

    Reply
  • novembre 12, 2018 at 6:52 pm
    Permalink

    Et pourquoi pas un achat par une cie Montréalaise ??? Le problème c’est que je ne connais personne à Mtl qui peut et veut acheter ça … Un spinoff à la BRP ???

    Reply
    • novembre 12, 2018 at 9:19 pm
      Permalink

      Les CRJ ne valent rien. Même avec un nouveau moteur le succès ne serait pas garanti, les passagers préféreront toujours la cabine des Ejet et MRJ. Si ce n’était des scope clause US, la production serait arrêtée depuis au moins 5 ans. Celui qui achètera le programme arrêtera la production et se concentrera sur le service après-vente de la flotte en service.

      Je suis même à peu près sur que l’entente avec Airbus inclus éventuellement la cession complète de l’usine Mirabel pour l’A220.

      Reply
      • novembre 13, 2018 at 7:54 am
        Permalink

        Le 737 et le 747 ont 50 ans. Ce que pensent les passagers a très peu d’influence sur le choix d’un avion. C’est le prix du billet qui compte. Le seul avion que je connaisse où les gens fuyaient était le DC10. Le CRJ peut faire plusieurs années si le prix baisse suffisamment. En Asie, les gens sont plus petits et la petitesse du fuselage du CRJ n’est pas un problème pour eux et c’est là que la croissance de ce marché est.

        Je ne serait pas surpris que la poursuite contre Mitsubishi finira par la cession du programme CRJ à ce dernier.

        Reply
  • novembre 13, 2018 at 7:31 am
    Permalink

    Je vais faire un Louis Martineau de moi meme et publier un lien ☺ : https://leehamnews.com/2018/11/12/pontifications-writing-had-been-on-the-wall-for-years-for-q400-sale-crj-is-next/#more-28605.
    Je crois que ca comence a sentir la fin pour le CRJ. Restera les jets d’affaires a Bombardier. En voyant Cesna monter dans les ventes et Embraer qui a annoncer 2 nouveaux avions au NBAA (les preator) le marché se reserre la aussi ce qui devraient amener les prix vers la bas et les marges aussi.En esperant que le supersonique arrive pas trop vite !

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *