La syndicalisation des employés de bureau de Bombardier reprend

Pour partager cette publication :

Après les annonces de coupures faites par Bombardier en 2016, des employés de bureau avaient entrepris des démarches auprès de l’AIMTA afin de se syndiquer. Jusqu’en novembre dernier, tout semblait indiquer que cette campagne de syndicalisation était tombée dans l’oubli. Il faut dire que syndiquer les employés de bureau de Bombardier dans la grande région de Montréal n’est pas une tâche facile; ils sont environ 5 000 réparties dans les usines de Mirabel, Montréal, Dorval, Saint-Laurent et le siège social. Cela dit, les annonces de coupures faites au début du mois de novembre jumelé à la vente de certains éléments d’actif ont eu pour effet de relancer les démarches des employés de Bureau.

 

Sous le couvert de l’anonymat, des employés de bureau nous ont affirmés être très préoccupés par la manière précipitée de la démarche et par le fait que les coupures risquent de se faire de manière désordonnée. L’effet démoralisateur sur les employés des annonces de la direction de Bombardier aurait désappointé du personnel dans toutes les divisions de Bombardier, et ce à tous les niveaux hiérarchiques exceptés au sommet de l’entreprise.

 

C’est n’est donc pas surprenant que les téléphones se soient remis à sonner au bureau de l’AIMTA immédiatement après les annonces du 8 novembre dernier. Les nouveaux adhérents au syndicat sont conscient qu’un syndicat n’immunise pas les travailleurs contre les suppressions de poste et les restructurations de son employeur. Cependant, la présence d’un syndicat leur éviterait de se retrouver seul devant leur employeur pour négocier ces conditions de travail. En se syndiquant, les employés se sentent mieux positionnés pour faire respecter leurs droits et négocier de meilleures primes de séparation. De plus, L’AIMTA fait partie du comité qui fut mis sur pied suite à l’annonce de coupures chez Bombardier, ce qui pourrait faciliter le reclassement de plusieurs d’entre eux en cas de mises à pied.

 

Tenant compte des difficultés que pourraient représenter pour le syndicat d’arrivée à rejoindre tous les employés non syndiqués de façon individuelle et du temps qui presse avant que les mises à pied ne soient faites, l’AIMTA procèderait avec des assemblées de cuisines de plusieurs personnes. Par ailleurs, le fait que le syndicat se soit offert une pleine page de publicité dans un grand quotidien de Montréal est sans doute un signe que la campagne connait présentement un regain de popularité. Nous en connaitrons certainement plus à ce sujet dans les prochaines semaines.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

4 thoughts on “La syndicalisation des employés de bureau de Bombardier reprend

  • novembre 29, 2018 at 6:23 pm
    Permalink

    Bravo pour le bon travail que vous effectuer .

    Reply
    • novembre 29, 2018 at 6:47 pm
      Permalink

      Merci

      Reply
  • novembre 29, 2018 at 6:39 pm
    Permalink

    L’Aimta semble avoir une bonne stratégie d’approche pour informer et sensibiliser les employé-es de bureaux à leurs droits de se syndiqués si ils y voient des avantages. Des assemblées de cuisine rien de mieux pour passer un message calmement sans les grandes assemblées souvent très tapageuses. Sa sera pas facile étant donner la répartition géographique des employé-es. En espérant que leurs superviseurs n’emploiera pas des tactiques d’intimidations.

    Reply
  • novembre 29, 2018 at 9:10 pm
    Permalink

    Pour les personnes désireuses d’etre Représenter, d’avoir une voix, vous n’avez qu’à contacter le numéro suivant 514-914-0317 en toute confidentialité!

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *