Airbus fait le point sur le C295 canadien

Pour partager cette publication :

Airbus rend compte de progrès substantiels pour ce qui est du travail réalisé au Canada en lien avec le projet des ARSVF

OTTAWA, le 3 déc. 2018 /CNW/ – Airbus est en bonne voie pour respecter ses engagements à fournir à l’industrie canadienne la quantité requise de travail de haute qualité en lien avec le programme de soutien en service (SES) pour le projet de remplacement d’aéronefs de recherche et de sauvetage à voilure fixe (ARSVF).

Dans son premier rapport annuel sur la proposition de valeur pour le SES des ARSVF qui a été remis au gouvernement du Canada plus tôt cette année et portant sur 2017, la société a déclaré que plus de 80 % du travail de SES était déjà effectué au Canada par l’industrie canadienne. L’information a été validée et acceptée par le gouvernement du Canada.

 

L’activité menée par Airbus et son partenaire canadien d’intégration SES, AirPro (une coentreprise avec PAL Aerospace), génère rapidement du travail et des emplois auprès de partenaires comme CAE et Accenture.

 

Déjà, AirPro a recruté presque 20 employés permanents hautement qualifiés pour le projet de SES pour les ARSVF, tout en ajoutant aussi des ressources dans divers secteurs liés à l’aéronautique, y compris l’ingénierie, l’architecture, la construction, les technologies de l’information et la gestion de projets.

 

En 2017, plus de 125 000 heures de travail ont été effectuées par cinq entreprises au Canada. Aussi, ce chiffre augmentera rapidement à mesure que d’autres entreprises se joindront au programme à titre de fournisseurs. De plus, l’activité d’AirPro augmentera significativement lorsque l’avion Airbus CC295 entrera en service et que les activités de SES, comme l’entretien journalier et la maintenance, commenceront.

 

Simon Jacques, président d’Airbus Defence and Space Canada, a déclaré : « Nous sommes fiers d’avoir amorcé avec succès le développement et le transfert des compétences au Canada et du travail de haute valeur qui y est rattaché. Le rôle actif d’AirPro dans la phase de mise en place lui assurera une solide fondation pour son rôle de SES dans la phase d’exploitation. De plus, cette nouvelle expertise sera potentiellement utile à d’autres programmes canadiens. »

 

Les politiques canadiennes des retombées industrielles et technologiques (RIT) s’appliquent au contrat du projet des ARSVF et font en sorte que la valeur totale du contrat est mise à profit, assurant ainsi des emplois à valeur élevée dans l’économie canadienne. Le projet des ARSVF soutient 2,5 milliards de dollars en retombées industrielles et technologiques au Canada, et ce, grâce au partenariat de grande valeur et à long terme avec l’industrie canadienne.

 

« Le travail fait au Canada pour le projet d’achat d’aéronefs de recherche et de sauvetage à voilure fixe démontre les avantages tangibles de nos politiques des retombées industrielles et technologiques pour l’industrie canadienne, exprime l’honorable Navdeep Bains, ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique. Ce projet offrira aux Forces armées canadiennes l’équipement et les services nécessaires pour assurer la sécurité du Canada, et les politiques des retombées industrielles et technologiques font en sorte d’assurer des emplois aux Canadiens de la classe moyenne et de favoriser l’essor de notre économie. »

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *