ADM aura recourt à la sous-traitance et met à pied 93 employés

Pour partager cette publication :

MONTRÉAL, le 27 févr. 2019 /CNW Telbec/ – La démarche amorcée par Aéroports de Montréal (ADM) en lien avec les postes de préposés à l’accueil et d’agents du bureau des permis s’est poursuivie au cours des dernières semaines selon les étapes prévues à la convention collective. Malgré de multiples échanges et rencontres, l’intervention de médiateurs fédéraux en relations de travail, la modification à la baisse par ADM de ses objectifs de réduction de coûts et la prolongation des délais convenus, les parties n’en sont pas venues à une entente.  ADM a donc décidé de ne pas maintenir ces emplois à l’interne et en a avisé le syndicat et les employés cet après-midi.

 

Sans minimiser les efforts fournis par le syndicat, les propositions présentées n’ont pas atteint les objectifs de réduction de coût recherchés, bien que l’atteinte de ceux-ci aurait maintenu les salaires dans la fourchette supérieure des emplois comparables sur le marché. Les réductions de coûts proposées par le syndicat n’étaient d’ailleurs valides que pour l’année courante.

 

Les employés touchés par cette décision seront notamment soutenus par le biais d’un service d’aide à la recherche d’emploi en plus de recevoir leur salaire habituel pour une durée de 16 semaines et de recevoir une indemnité de fin d’emploi, tel que prévu à leur convention collective. En mettant de l’avant ces diverses mesures, ADM souhaite permettre aux employés de se repositionner rapidement sur le marché du travail.

 

Un modèle similaire aux autres grands aéroports canadiens

À partir du 27 février, des fournisseurs externes s’occuperont de fournir la prestation de service. Les aéroports de Toronto, Vancouver et Calgary utilisent déjà une combinaison de fournisseurs externes et bénévoles pour remplir ces fonctions. Cette façon de faire leur offre une plus grande flexibilité au niveau des horaires, dans un contexte aéroportuaire qui a énormément évolué au cours des dernières années.

 

Déjà défavorisé par un climat plus rigoureux et une fiscalité moins avantageuse, Montréal-Trudeau doit s’inspirer des meilleures pratiques dans l’industrie pour demeurer compétitif et conserver son rôle de plaque tournante.

 

Le contrat pour la fonction de préposé à l’accueil sera donc octroyé à Garda alors que celui pour la fonction d’agent du bureau des permis sera octroyé au Corps canadien des commissionnaires. Ces fournisseurs ont été sélectionnés en fonction de leur expertise, de leur connaissance de l’environnement aéroportuaire et ont une obligation quant au maintien de normes de qualité de service élevées.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *