ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE D’AÉRO MONTRÉAL 2019

Pour partager cette publication :

 

La grappe aérospatiale du Québec mise sur l’innovation

 

 

Montréal, le 17 mai 2019 –À l’occasion de son Assemblée générale annuelle, Aéro Montréal, la grappe aérospatiale du Québec, a fait état d’un bilan exceptionnel pour l’année 2018. L’événement a eu lieu au MILA Québec, le nouveau campus de l’intelligence artificielle. Cette assemblée a réuni 150 hauts dirigeants de l’industrie aérospatiale québécoise.

 

Un nouveau plan stratégique qui mise sur la convergence des savoirs

Pour demeurer concurrentielles, nos PME doivent investir en innovation. Notre rôle est de les accompagner dans cette démarche. La transformation numérique et l’intelligence artificielle plus spécifiquement, constituent un ensemble de technologies qui ne peuvent plus être négligées et qui doivent être intégrées rapidement aux processus manufacturiers de nos entrepreneurs.

 

« C’est dans cette optique que nous nous sommes dotés d’un nouveau plan stratégique 2019-2022, en nous entourant de nos membres industriels et d’experts du secteur », explique Suzanne M. Benoît, présidente-directrice générale d’Aéro Montréal. « Le succès de la grappe aérospatiale passe par davantage de convergence avec des secteurs connexes au notre, dont notamment celui de l’intelligence artificielle (IA). Nous devons profiter de la chance que nous avons à Montréal de posséder un réseau d’entreprises, de chercheurs et d’instituts de recherche aussi développé en IA pour créer des synergies avec nos compagnies et ainsi proposer des solutions toujours plus innovantes ».

 

La révolution 4.0 a le potentiel de générer une nouvelle valeur économique. Des gains de productivité et de qualité, ainsi qu’une plus grande adaptabilité face aux nouveaux besoins des clients seront générés grâce aux nouvelles méthodes amenées par le 4.0. « L’industrie aérospatiale, qui est une industrie où l’innovation est constante et qui possède les plus hauts standards de qualité et d’exigences règlementaires au monde, doit être plus rapide dans son virage vers le 4.0 », affirme Mme Benoît.

 

Fort de sa nouvelle vision, soit devenir la grappe la plus innovante au monde, Aéro Montréal envisage l’avenir avec optimisme, convaincu que l’industrie aérospatiale du Québec saura maintenir sa place dans le giron des capitales aérospatiales internationales.

 

 

 

 

Faits saillants 2018 :

 

  • L’Initiative MACH FAB 4.0a été lancée en 2017 et a pour objectif l’implantation des technologies numériques et de la fabrication avancée au sein des PME participantes. En 2018, deux appels à projets pour MACH FAB 4.0 ont été lancés et 15 entreprises supplémentaires ont été recrutées. Également, Aéro Montréal a travaillé à développer avec Hamburg Aviation une nouvelle échelle de maturité pour les technologies numériques qui viendra à terme bonifier l’offre de ce programme.

 

  • Deux nouvelles initiatives lancées en 2018 pour propulser nos PME vers de nouveaux marchés :
  • L’Accélérateur 360˚: Cette initiative vise à soutenir la croissance et susciter les collaborations entre les PME sur les marchés internationaux en aidant à la commercialisation au sein des chaines d’approvisionnement mondiales.

 

  • StartAéro 360˚: Cette initiative a comme objectif d’accompagner les PME technologiques aérospatiales du Québec dans la phase de précommercialisation de leurs produits innovants.

 

  • En 2018, s’est tenue la sixième édition du Forum innovation aérospatiale, organisé dans le cadre de la Semaine internationale de l’aérospatiale – Montréal 2018. Plus de 1 000 décideurs de l’aérospatiale canadienne et internationale ont participé à cet événement tenu sous le thème « L’aérospatiale à l’ère des technologies de rupture ».

 

  • Mise en place de deux nouveaux comités : Véhicules aériens télépilotés et MRO. Ces deux comités de travail illustrent l’importance que ces secteurs représentent au Québec. Nos PME doivent se positionner maintenant pour diversifier leur offre sur ces marchés en devenir.

 

  • D’ici 10 ans, ce sont maintenant près de 37 000 postes qui devront être pourvus. En 2018, la campagne Ose l’Aéroa permis à Aéro Montréal et à ses partenaires de lancer des actions de relations publiques et de relations médias, ainsi que de développer des outils de communication pour rejoindre les jeunes et les encourager à privilégier des carrières en aérospatiale. Suite aux différentes campagnes réalisées, la participation aux activités portes ouvertes de l’École nationale d’aérotechnique et de l’École des métiers de l’aérospatiale de Montréal, ont pratiquement doublé.

 

  • Notre outil de recrutement, l’AéroPortaila également été mis à profit dans cette optique de recrutement avec le développement d’une section carrière afin de permettre aux entreprises de déposer leurs offres. À ce jour, l’AéroPortail fait état de près de 900 offres publiées.

 

  • En 2018, l’entreprise APN a reçu le Prix PME de l’année à l’occasion de la remise des Prix Gilles-Demers 2018. Chaque deux ans, les Prix Gilles-Demers récompensent les PME aérospatiales qui se sont le plus distinguées dans diverses catégories.

 

Toutes ces actions ont été rendues possibles grâce à la grande implication des membres de l’industrie sur les différents Chantiers et comités de travail et le soutien financier des trois ordres de gouvernement ainsi que de nos partenaires institutionnels. Cette implication représente plus de 490 heures de travail, pour un total estimé à près de 1 million $ en contributions par prestation.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

One thought on “ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE D’AÉRO MONTRÉAL 2019

  • mai 17, 2019 at 4:37 pm
    Permalink

    L’EMAM de Mirabel n’a pas accueillie de nouveaux élèves en montage de structure depuis Septembre 2018.
    Les classes sont vides et les étudiants de la rive nord doivent aller à Montréal se faire former ou participer
    à des Fast-Tracks pour des emplois à 16$/hre. Il y a énormément de travail à faire et sur le terrain ça se voit.
    Le talent est rare et l’attachement envers les compagnies encore de plus car on engage juste des contracteurs
    et non des employés permanents (chez Airbus) Il va falloir que la stratégie d’embauche des compagnies changent
    afin de garder des emplois de qualité et non devenir une main d’oeuvre de cheap labour facilement remplaçable..

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *