Des MRJ Space Jet assemblés à Mirabel, c’est possible

Pour partager cette publication :

Maintenant que l’on sait que des discussions sont en cours entre Bombardier et Mitsubishi, il convient de commencer à se poser des questions sur les intentions de Mitsubishi envers le programme CRJ.

 

Les problèmes de Mitsubishi

Mitsubishi a beau être une multinationale aux poches profondes, les six ans de retard et les excédents de poids dont est affublé le MRJ nuisent considérablement à sa réputation. Elle aura beau procéder à une refonte en profondeur de son programme MRJ pour le rebaptiser Space Jet, les acheteurs vont se montrer méfiants.

 

Le prix du pétrole refuse de grimper et tous les indicateurs pointent vers une stabilité des prix, cela veut dire que même si les nouveaux avions qui arrivent sur le marché sont munis de moteurs très peu énergivores, les économies de carburans ne sont pas suffisantes pour justifier un prix plus élevé. Malgré les innovations, les nouveaux avions se vendent au même prix que ceux de la génération précédente.

 

Pour réussir à commercialiser ses avions régionaux, Mitsubishi ne peut pas se fier uniquement à la valeur ajoutée des économies de carburant et doit absolument réussir à produire à moindre coût. Or, le Japon est l’un des endroits où il est le plus dispendieux de produire sur la planète; ce n’est pas pour rien que l’industrie automobile japonaise est l’une des plus délocalisée. Pour réussir à réduire le coût de production de ses avions régionaux, Mitsubishi doit se résoudre à faire la même chose qu’elle a fait pour ses voitures et pour bien d’autres produits.

 

Ce que l’acquisition du CRJ apporte

Le programme CRJ est bien implanté surtout aux États-Unis, là où se font 70% des ventes et Bombardier dispose d’un réseau de service et de support. Ce réseau convient parfaitement aux besoins de Mitsubishi qui autrement, devrait débourser plusieurs centaines de millions de dollars pour mettre le sien sur pied.

 

Avec l’acquisition du programme CRJ, Mitsubishi aura accès au groupe d’ingénieurs et de personnel de vente bien qualifiés; notez qu’au cours des dernières années,  ces employés ont dû ronger leur frein pour le développement de nouvelles variantes faute de moyens. Une fois libérer de la contrainte monétaire, ce groupe sera en mesure de fournir une évaluation précise à Mitsubishi des besoins du marché et de l’aider à mettre au point des appareils de la bonne taille.

 

Les employés de Bombardier qui assemblent le CRJ sont certainement capables de s’adapter pour la prochaine version du MRJ qui devrait s’appeler Space Jet; il serait moins dispendieux de le produire au Québec qu’au Japon. Le fait d’arriver avec un nouveau programme d’avion permettrait également à Mitsubishi de revoir en profondeur les méthodes de production afin de rencontrer les standards de 2019. Par exemple un fournisseur comme Stelia pourrait faire l’assemblage des fuselages et l’intégration des systèmes avant de les livrer à Mitsubishi comme elle le fait pour le Global 7500 de Bombardier.

 

Mirabel pourrait très bien s’occuper de la fabrication des Space Jet de 50 et 70 passagers alors que le Japon ferait l’assemblage des 90 places. Mais pour que cela se réalise, le gouvernement du Québec doit veiller au grain et obtenir les assurances nécessaires de la part de Mitsubishi avant d’autoriser la vente du CRJ.

 

Pour ajouter è ce sujet, M. Addison Schonland d’Airinsight a écrit le texte Mitsubishi and the CRJ et nous vous invitons à lire son article.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

33 thoughts on “Des MRJ Space Jet assemblés à Mirabel, c’est possible

  • juin 6, 2019 at 5:11 am
    Permalink

    Je ne pense pas que Mitsubishi va s’installer au Canada. Ils vont faire comme les autres ie: s’installer en Alabama ou en Caroline du sud. Avec POTUS qui impose des tarifs douaniers à gauche et à droite, MHI ne prendra pas de chance.

    L’achat du CRJ par MHI est logique parce que le marché est trop petit pour trois joueurs. En plus, le deal entre MHI et Bowing est tombé à l’eau dû à la fusion de ce dernier avec Embraer. MHI devait se revirer de bord assez rapidement. MHI a fait une pierre deux coups ou même trois coups. Comme ils ont merdé royalement avec le développement de leur avion, ils pourront se cacher derrière des gens qui sont bien connus dans le milieu et respectés on le suppose.

    Reply
  • juin 6, 2019 at 9:48 am
    Permalink

    Bombardier n’avait pas les liquidités pour développer le CRJ. Par contre Mitsubishi est une très grosse compagnie qui aurait les moyens de le faire si telle était sa volonté.

    Je m’attends à une annonce conjointe au Bourget entre Bombardier, Mitsubishi et le Gouvernement du Québec. Ce dernier pourrait alors annoncé une subvention pour construire un nouveau hangar dédié au CRJ afin de libérer l’espace pour le A220.

    Reply
    • juin 6, 2019 at 10:10 am
      Permalink

      L’arrivée de MHI à Mirabel signifie effectivement qu’il y aura une injection de capital dans l’aérospatiale d’ici. Il faut lire entre les lignes: Mitsubishi a fait son deuils de la première version du MRJ dont elle livrera quelques dizaines d’exemplaires du MRJ 90 à ses deux clients japonais par principe et pour dire qu’ils ont finalement réussi à livrer un avion de ligne conçu et dessiné au Japon mais ca ne devrait pas aller beaucoup plus loin.

      La forte croissance des dernières années dans l’industrie aérospatiale a accentuer la pénurie de main d’oeuvre dans ce secteur où la formation est longue et rigoureuse. L’acquisition de programme MRJ permet à MHI de pratiquement doubler ses effectifs et donc d’augmenter sa capacité d’ingénierie, de marketing et de production.

      L’arrivée à Montréal du MHI signifie l’arrivée d’un nouveau OEM qui aura besoin de fournisseurs, donc des occasions d’affaire pour les PME d’ici.

      Pendant des années, MHI s’est collé à Boeing avec un résultat très décevant, l’acquisition du CRJ signifie que Mitsubishi s’éloigne du giron de Boeing et s’approche de celui d’Airbus. Personne chez Airbus n’accepte de commenter à propos des négos entre BBD et MHI et à mon avis Airbus comprend bien que c’est une opportunité pour elle.

      Dans la catégorie « on jase là »: imagine qu’Airbus implante une ligne d’assemblage de l’A350 à Mirabel, est-ce que NHI voudrait pas en profiter pour devenir fournisseur de ce programme? Évidemment, je n’ai aucune information pour appuyer cette thèse, mais si on peut pas faire de la spéculation hautement spéculative sur un blog, à quoi bon avoir un blogue.

      Reply
    • juin 6, 2019 at 10:33 am
      Permalink

      Je ne comprends pas l’idée d’étirer la vie du CRJ avec un nouvel édifice à Mirabel quand ils ont un avion qui sera près à le remplacer. Si c’est pour assembler le MRJ au Canada encore une fois j’ai de très gros doute. De toute façon MHI n’a pas besoin de subvention. Déjà que leur programme foireux est payé en grande partie par le Gouv du Japon. Ils peuvent faire comme AIRBUS et s’installer dans un trou à rat comme l’Alabama et ramasser les mêmes subventions et embaucher des gens de partout aux USA à $16-18/hr.

      Reply
    • juin 7, 2019 at 10:31 am
      Permalink

      «Je m’attends à une annonce conjointe au Bourget entre Bombardier, Mitsubishi et le Gouvernement du Québec. Ce dernier pourrait alors annoncé une subvention pour construire un nouveau hangar dédié au CRJ afin de libérer l’espace pour le A220.»

      Faudrait savoir la signification de négociations avancées. Est-ce que le GQ est impliqué présentement ??? Si non, je doute une annonce impliquant une intervention dite publique. Est-ce le GQ pourrait inciter MHI de déménager leurs installations en Ontario vers Mirabel ??? Ça ferait une belle grosse bâtisse !!!

      Reply
  • juin 6, 2019 at 10:39 am
    Permalink

    La question est , dans dix va t’il resté quelque chose de Bombardier aéronautique???

    Reply
    • juin 6, 2019 at 11:51 am
      Permalink

      Chose sûre, c’est Learjet le prochain …

      Reply
      • juin 6, 2019 at 12:54 pm
        Permalink

        Le Learjet n’a pas été radié des livres de comptabilité de Bombardier.

        Reply
        • juin 6, 2019 at 1:15 pm
          Permalink

          Est-ce que Learjet est vendable ??? Chose sûre ils ont radier le Learjet 85 de leurs comptabilité. Donc il ne reste plus grand chose. Le programme CSERIES à mis plusieurs programmes en déshérence chez BBD.

          Reply
          • juin 6, 2019 at 1:24 pm
            Permalink

            La marque lLearjet compte une des plus grande flotte d’appareil en service aux USA et BBD a beaucoup travaillé sur le service après vente afin de tirer profit de cette situation. S,il est vrai qu’en 2015 Learjet était à vendre, je ne suis pas certain que ce soit encore le cas car elle génère des profits des services après vente maintenant.

          • juin 6, 2019 at 1:50 pm
            Permalink

            On est donc dans la même situation que le CRJ avec le LearJet.

            J’imagine que le challenger 650 va prendre la poubelle avec la vente du CRJ ou plus précisément la fin du programme.

          • juin 6, 2019 at 2:27 pm
            Permalink

            BBD livre 25 650 par année et ce programme est rentable

          • juin 7, 2019 at 10:33 am
            Permalink

            Le 650 doit être remplacer. Un MRJ version jet privée vendu par BBD ???

  • juin 6, 2019 at 9:08 pm
    Permalink

    Déménager l’assemblage des 350 aux usa…Tucson/Wichita, tout en continuant à générer des profits avec le service après vente du Learjet…mais cesser la production. Puis après, combien d’année reste t’il au 650? Vraiment pas beaucoup…pas de nouveaux programmes en vue. Alors il aura une petite place dans l’usine de Dorval(en attendant la mort) à côté du Global qui occupera toutes les usines de Dorval. Donc, la division de 650/350 va disparaître de Dorval(avec son syndicat et ses employés) pour laisser place au Global…donc Montreal sera Global!…puis Mirabel à Airbus! Voilà! On parle pour parler là! 😉

    Reply
    • juin 7, 2019 at 6:25 am
      Permalink

      Le nombre de syndiqué AIMTA du local 712 est à peu près le même en ce moment qu’en 2015 quand Bombardier a annoncé sa première coupure. Si MHI arrive au Canada et qu’elle maintient les activités à Mirabel je vois pas en quoi cela est néfaste pour les travailleur.

      En plus de fabriquer le MRJ, à son usine de Mississauga MHI fabrique les ailes les fuselages des Global 5000, 5500, 600 et 6500 ainsi que les ailes du Challenger 350. Cette usine fabrique aussi des composantes pour le B787 et le MAX. MHI est à réorganiser la production du MRJ en amérique du nord ce qui veut dire qu’elle aura besoin de Mirabel, ce pourrait-être pour l’assemblage du MRJ mais ce pourrait aussi être pour lui confier l’assemblage du fuselage ou des ailes du MRJ qui seraient ensuite envoyés aux USA pour l’assemblage final.

      Jusqu’à maintenant les deux premier programme d’avions que BBD a vendus n’ont amené de perte d’emplois pour la région de Montréal, c’est la réorganisation à l’interne de Bombardier qui en aura crée, mais ca aurait été encore pire si BBD avait garder les avions commerciaux.

      Bombardier s’est départis de sa division qui perdait de l’argent au moment où les commandes d’avions commerciaux sont au plus bas, ne pas les vendre aurait signifié la mort de BBD.

      Reply
      • juin 7, 2019 at 6:39 am
        Permalink

        Bombardier a essayé d’assembler des CL350 (CL300 à l’époque) à Wichita et ça n’a pas fonctionné, la production a rapidement été transféré à Dorval après une vingtaine d’exemplaires.

        Reply
        • juin 7, 2019 at 8:33 am
          Permalink

          Me je souviens vaguement de cette histoire, mais je ne me souviens de la raison du déménagement. Faut dire qu’à l’époque je ne suivais pas l’actualité aéronautique de près.

          Reply
        • juin 7, 2019 at 10:10 am
          Permalink

          Le programme 300 a commencé aux usa…production et tests, puis est déménager à Dorval dans les nouvelles installations du plan3. À l’époque c’était prévue comme ça…puis il y avait beaucoup d’enthousiasme avec les nouveaux programmes Learjet aux usa à ce moment là…le contexte était complètement différent. Alors aux usa, ils ont les installations pour accueillir le 350…et de plus en plus de raisons de s’installer là bas, puis à Dorval, le Global a besoin de place! Y’a t’il des avantages à déménager le 350…sûrement, y’a t’il des avantages à faire affaires avec un seul syndicat à Montréal…sûrement, y’a t’il des avantages à utiliser les installations de Dorval pour augmenter la production des Global…sûrement.
          On jase pour jaser là!

          Reply
          • juin 7, 2019 at 10:25 am
            Permalink

            Si je comprend bien, la délocalisation du Challenger 350, l’arrête de la production du Challenger 650 ne semble pas vous déranger pourvu que cela permette qu’un seul syndicat représente les employés de BBD dans la région de Montréal. Autrement dit, vous souhaitez des pertes d’emplois du côté de l’AIMTA ainsi la possible délocalisation de certains fournisseurs du Challenger 350 vers les USA avec les pertes de PIB et les autres pertes d’emplois que cela implique. Belle mentalité!

            Je ne suis pas certain que votre syndicat actuel soit très comptant de votre discours. À moins que cela fasse son affaire à lui aussi?

          • juin 7, 2019 at 11:08 am
            Permalink

            Mais absolument pas!!! Pour moi, c’est tout sauf réjouissant ce scénario! Belle interprétation de votre part…alors au lieux d’interpréter ce que je penses, demandez vous donc si ce scénario pourrait être possible…pcq justement, ça pourrait être catastrophique pour l’économie, les emplois et tout le secteur! Mais si on pense business wise, je pense que ça pourrait être une option…pcq à la fin, c’est la rentabilité qui compte….
            A quoi sert un blogue si on ne peut pas discuter des senaros très possible qui se dessine dans le secteur aéronautique…à part ce faire donner de mauvaise intentions par le gestionnaire de ce blogue? Vous monsieur Allard, votre emploi est il menacé? Justement, les employés et les syndicats vont être les premiers perdants…pas vous! De tout façon, à quoi sert votre blogue? Aussi bien attendre les nouvelles! Si de nouveaux projets étaient sur la table et qu’il y avait un plan bien défini à moyen terme, on en parlerait…en attendant ce sont les employés qui perdent leur job et nos syndicats qui perdent leur membres! I’m out of here…

    • juin 7, 2019 at 10:37 am
      Permalink

      J’ai le fantasme que BBD rassemble toute les activités d’assemblage du GLOBAL vers Mirabel avec la complicité de MHI.

      Reply
  • juin 7, 2019 at 8:51 am
    Permalink

    Les moteurs des CRJ ne sont-ils pas assemblé au Japon?

    Reply
    • juin 7, 2019 at 9:02 am
      Permalink

      IL sont fabriqués à Durham en Caroline du Nord. Les moteurs du MRJ sont partiellement assemblés à Mirabel et l’assemblage final se fait au Japon de sorte que si des MRJ sont fabriqués ici, Pratt Mirabel peut faire l’assemblage complet des moteurs.

      Reply
      • juin 7, 2019 at 10:24 am
        Permalink

        «Les moteurs du MRJ sont partiellement assemblés à Mirabel et l’assemblage final se fait au Japon de sorte que si des MRJ sont fabriqués ici, Pratt Mirabel peut faire l’assemblage complet des moteurs.»

        C’est peut-être un argument pour l’assemblage du MRJ70 à Montréal. MHI est presque obligé d’assembler le MRJ70, version clause de limitation friendly, quelque part en AN because avion bâti pour le marché US exclusivement.

        Reply
  • juin 7, 2019 at 11:32 am
    Permalink

    Et si vous porter des intentions et accusations à propos d’un commentaire laissé sur votre blogue, ayez donc l’obligeance de publier la réponse à ces accusations…à ce que je saches, je n’ai pas manqué de respect envers personne ici…ni porter de commentaire désobligeant…je ne faisais qu’exprimer une crainte par rapport à un scénario probable.

    Reply
    • juin 7, 2019 at 11:45 am
      Permalink

      J’ai is du temps à publier votre réponse car je ne suis pas devant mon écran 24 su 24 et aucun commentaires n, est publié sans avoir été lu car je reçoit environs une centaine de spam genre à propos du viagra tous les jours.

      Un blogue ca sert effectivement à débattre et il y a des déclarations qui choquent plus que d’autre. La manière dont vos commentaires étaient formulés donner prise à ce genre d’interprétation. Quand on écrit il faut aussi assumé toutes les interprétations qui peuvent êtres faites et corriger au besoin.

      Reply
  • juin 7, 2019 at 7:27 pm
    Permalink

    Article 07 mai 2019 …..le nouveau propriétaire éventuel và t-il donner suite au programme CRJ550. Bombardier Aviation semblait pourtant enthousiaste à lancer ce programme et les transporteurs qui ont fait ou auraient fait des projections que vont-ils
    dires ??? C’est pas demain qu’ils vont pouvoir acheter un MRJ70 si jamais le programme est continuer. Moi j’ai l’impression que le programme CRJ và continuer sur une nouvelle plateforme et Bombardier và y rester impliquer sur une forme quelconque mais Mitsubishi en sera le fabricant majoritaire dans la grande région Mirabel/Montréal. Pour l’instant c’est une impression/souhait en attende que Mitsubishi et Bombardier délie leurs lanques au salon de Bourjet/France qui ouvre le 17 juin 😁😁….. ……https://www.ch-aviation.com/portal/news/77819-skywest-airlines-sees-crj-550-as-compelling

    Reply
    • juin 8, 2019 at 9:46 am
      Permalink

      Le CRJ550 ce n’est rien d’autres qu’un nouvel aménagement cabine pour aider les transporteurs qui ont des CRJ700 à libérer de la capacité pour ajouter des appareils de 76 placés. Je serais très surpris qu’il y ait des ventes de CRJ550 neufs, en tout cas ce sera très peu s’il y en a.

      Reply
      • juin 8, 2019 at 12:58 pm
        Permalink

        Oui mais chaque CRJ 700 qui est convertis en CRJ 550 laisse un vide dans le 70 places qu’il faudra éventuellement combler.

        Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *