MAXGATE, trois mois déjà et ça continue

Pour partager cette publication :

C’est le 10 mars dernier que le vol ETH 302 s’est écrasé entraînant dans la mort les 149 passagers et 8 membres d’équipage qui prenaient place à bord, portant le nombre de décès sur des B737MAX à 346. Nos pensées vont aux victimes et à leurs familles dont la peine s’est certainement transformée en colère en lisant tout ce qui s’est écrit et dit au sujet du MAX et de Boeing au cours des trois derniers mois.

 

En mars dernier, plusieurs intervenants dans le monde de l’aviation et de l’aéronautique estimaient que le problème du MAX serait réglé rapidement et que les appareils seraient de retour en vol au bout de trois mois tout au plus. Mais plus le temps passait, plus on en apprenait sur le MAX et plus il devenait évident que l’interdiction de vol du MAX se prolongerait pour au moins une bonne partie de l’été.

 

Le mois de juin est maintenant bien entamé et Boeing n’a toujours pas soumis à la FAA toutes les modifications nécessaires au MCAS afin de faire lever l’interdiction de vol du MAX; il faut maintenant envisager la fin de 2019 comme échéance probable. Même Boeing commence à avoir un discours plus prudent quant au retour en vol du MAX alors que ses dirigeants déclarent que ce sera avant la fin de l’année plutôt que bientôt ou dans quelques semaines comme cela était le cas en mai.

 

Lorsque l’interdiction de vol du MAX sera levée, il faudra mettre en service près de 600 appareils dont certains auront été entreposés près de six mois:  c’est du jamais vu dans l’histoire de l’aviation moderne ! Il arrive de temps à autre que des avions entreposés pendant plusieurs mois ou plusieurs années reprennent du service, mais cela se fait un appareil à la fois et ce sont de vieux modèles avec peu d’informatique.

 

Le B737MAX est équipé d’ordinateurs qui sont reliés à une multitude de capteurs permettant de connaître l’état de plusieurs systèmes; au moment de remettre en marche tous les systèmes, les capteurs qui ne sont pas conçus pour être inactifs durant des mois, pourraient envoyer à l’ordinateur des messages d’erreur. Le risque ici est que plusieurs capteurs envoient des signaux qui n’étaient pas prévus ou encore qu’une accumulation d’un trop grand nombre de messages fassent planter le système informatique. Au cours de la dernière décennie, les problèmes de logiciel ont causé bien des maux de tête aux fabricants lors de la mise au point de nouveaux types d’avions; il ne faudrait donc pas se surprendre que ce soit le cas avec le MAX.

 

La plupart de ceux qui ont de l’expérience dans l’entretien d’avions s’entendent pour dire qu’il est normal de rencontrer plus d’anomalies lors des premiers vols suivant la remise en service d’un appareil qui a été remisé pour une longue période. Il faut donc s’attendre à ce que les premiers vols des B737MAX soient marqués par un nombre plus élevé d’anomalies que la moyenne qui causeront des retards ou des déroutements. Le problème pour Boeing, c’est que des millions de personnes suivront l’évolution en direct des premiers vols de MAX via les différents systèmes de suivi de vol disponibles sur le net. Les quotidiens à grand tirage et les chaines de nouvelles feront leurs choux gras d’anomalies qui, dans d’autres circonstances, seraient des banalités.

 

C’est à ce moment-là que l’avenir du MAX va se jouer; Boeing aurait intérêt à retenir les services d’une bonne entreprise de gestion de crise. Peu importe l’issue du MAXGATE, cet événement marquera l’histoire de l’aviation.

 

 

 

 

 

 

 

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

19 thoughts on “MAXGATE, trois mois déjà et ça continue

  • juin 10, 2019 at 10:21 am
    Permalink

    LADQ: « il faut maintenant envisager la fin de 2019 comme échéance probable »

    Au début de la saga plusieurs compagnies aériennes ont revu leurs horaires de vol pour juillet, puis ce fut août et maintenant on est rendu à septembre. Il me paraît donc raisonnable d’envisager la fin de 2019 comme échéance.

    L’ironie pour Boeing c’est que vers la fin de l’année Air Canada devrait commencer à recevoir les premiers CSeries qu’elle a commandés à Bombardier.

    Reply
  • juin 10, 2019 at 12:07 pm
    Permalink

    Y semble de plus en plus que le PDG actuel et son équipe qui sont encore en place vont dangereusement hypothéqué l’avenir les ventes de Boeing. Mais quelques uns ont compris et annoncer leurs départs. C’est quand même discutable de continuer à fabriquer des MAXs quand certains transporteurs ont annuler leurs commandes d’autres disent évaluer cette possibilités et d’autres encore ont reporter l’année de livraison de leurs commandes. En bout de ligne c’est surtout les salarié-es de production qui risque dans payer le prix à moyens terme.🤢🤢

    Reply
    • juin 10, 2019 at 1:17 pm
      Permalink

      Pas très logique votre commentaire, si Boeing arrêtait la production du MAX, là il y aurait des milliers de mise à pieds. Et pour annuler une commande sans payer de pénalités il faut beaucoup plus que celà, c’est d’ailleurs pour cette raison qu’il y en a eu très peu, mise à part quelques transporteurs aux finances douteuses qui se sert de ce prétexte pour tenter d’annuler leurs commande d’avions dont ils n’ont plus besoin.

      Reply
  • juin 10, 2019 at 4:11 pm
    Permalink

    Oui je sais que dans l’immédiat avoir arrêter la fabrication des MAXs après les deux crashs sa aurait donner quelques milliers de mises-à-pied. Ce que je veux dire c’est que l’accumulation des MAXs en attendre de livraisons sans avoir une CERTITUDE que tous ces avions sans compter les 371 cloués au sol auront une certification pour les modification, c’est à mon avis une décision discutable puisque de jour en jour la FAA attend toujours des nouvelles de Boeing qui laisse sous entendre toute sortes de dates possible pour le retour en vol. Donc plus les mois passent il và arriver un moment donner que Boeing devra arrêter la production des MAX. Un avionneur ne peu accumuler des milliers d’avions au sol sans savoir quand ils seront livrés et le pire combien ne pourra être vendu. Sa ne sera plus quelques milliers mais plutôt plusieurs milliers de mises à pied. Vos mieux éviter le pire en procédent l’arrêt de la fabrication des MAXs. Faut pas oublier que les enquêteurs affecter au dossier criminel demande des documents à la FAA et Boeing au sujet de la procédure de certification des MAXs et aussi à d’autres compagnies qui fournissent des pièces. Faudrait pas être surpris si un juge émait un mandat pour forcer Boeing à interrompe la production des MAXs en attendre de bien évaluer la documentation de la certification. Pour l’instant on dirait une fuite vers l’avant de la par de la direction ou les dommages pour l’avionneur seront beaucoup plus grand qu’un arrêt immédiat de la production des MAXs. C’est de cette manière que j’évalue cette problématique. Boeing dit qu’il a terminer les modifications pourquoi ne les soumaient-ils pas à la FAA. Voilà la question, pourquoi et pourquoi ?????🤔🤔.

    Reply
    • juin 10, 2019 at 5:29 pm
      Permalink

      Ces avions seront livrés, ce n’est qu’une mise à jour logiciel. Boeing parle de fin d’année simplement pour ne pas avoir l’air d’imposer son calendrier à la FAA.

      Reply
  • juin 11, 2019 at 8:21 am
    Permalink

    «Le 737 MAX ne doit plus jamais voler!» Ralph Nader

    Reply
    • juin 11, 2019 at 8:25 am
      Permalink

      Selon lui : « Ce n’est pas une question de logiciel. C’est un problème de structure : les moteurs de l’avion sont trop lourds pour le fuselage traditionnel »

      Reply
      • juin 11, 2019 at 12:29 pm
        Permalink

        Évidemment il doit être au courant c’est un avocat… sans parler que sa petite-nièce est décédé dans l’écrasement d’Ethiopian, il doit être vraiment impartial…

        Reply
        • juin 11, 2019 at 2:34 pm
          Permalink

          Comme les gens de chez Bowing. L’indépendance et l’impartialité n’existe pas.

          Reply
        • juin 12, 2019 at 4:51 pm
          Permalink

          Retour en vol supposé juin puis juillet/août/septembre selon plusieurs transporteurs suite aux info fourni par Boeing. Maintenant on parle de décembre. Aussi bien dire probable 2020 si et si jamais la FAA fini par approuver les modificatons fait par Boeing ?????. Avec tous les infos publier sur le MCAS depuis le 13 mars 2019 et l’enquête criminel, il serait pas abusif de penser que les B737 MAX ne pourront pas retourner en vol avant une recertification à 100% des MAX. Le temps qui passe n’est pas malheureusement à l’avantage de Boeing. Espérant que non pour les salarié-es de l’avionneur américain……mais et mais…… https://www.cnbc.com/2019/06/12/boeing-737-max-to-fly-again-by-december-report.html…..

          Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *