Comment est né le site « Les ailes du Québec » ?

photo-andre
André Allard

Passionné d’aviation, c’est à l’automne de 2014 que j’ai fait mes premières expériences d’écriture sur l’aviation ; au fil des écritures et des lectures, le domaine de l’aérospatiale s’est ajouté à mes écrits. Au printemps 2015, alors que Bombardier entrait dans la tourmente, mes analyses et mon point de vue souvent divergents de ceux des médias traditionnels, m’ont valu d’être remarqué par des milliers d’employés des différentes divisions de Bombardier aéronautique ; ces derniers sont devenus des lecteurs assidus.

La déferlante médiatique qui s’est abattue sur le chef de file de l’industrie aérospatiale québécoise à l’hiver 2015 a véhiculé une perception fortement négative de Bombardier, un phénomène exacerbé par le manque de journalistes spécialisés en aviation et en aérospatiale au Québec qui auraient pu apporter un éclairage différent.

Les régions de Seattle aux États-Unis et de Toulouse en France, comptent des hordes de journalistes et de médias qui ne couvrent que l’industrie aérospatiale et sont une source d’information à laquelle les médias traditionnels et généralistes peuvent puiser. La grappe aérospatiale montréalaise, qui est pourtant la troisième en importance au monde, ne compte aucun journaliste qui la couvre à temps plein ; par conséquent, les médias généralistes d’ici et d’ailleurs doivent se tourner vers des sources spécialisées extérieures à Montréal qui n’ont pas la connaissance approfondie du contexte socio-politico-économique d’ici que seuls la proximité et le contact quotidien peuvent fournir.

Il en résulte souvent que les articles sur Bombardier sont d’abord publiés ailleurs par des agences de presse de l’extérieur et finissent par être repris ici. Bien que ce site s’intéresse à toute l’industrie aérospatiale québécoise, Bombardier y occupe une place prépondérante puisque la moitié des employés de la grappe industrielle en dépendent.

En ce qui concerne le transport aérien, le site couvre en priorité les compagnies aériennes qui font du transport de passagers ou de marchandise avec des avions de plus de 19 passagers.

Nous voulons également développer la section histoire portant sur le développement et l’évoluation de l’aviation et de l’aéronautique au Québec.

Au fil du temps, plusieurs lecteurs ont contribué à l’enrichissement du site en soumettant de l’information ou leurs points de vue ; même lorsque vous êtes en désaccord, vos interventions sont toujours les bienvenues, en autant qu’elles soient faites de manière respectueuse. Les règles de politesse doivent s’appliquer aux réseaux sociaux comme elles s’appliquent dans notre quotidien.

Les essais et les erreurs des deux dernières années n’ont pas entamé ma passion et le plaisir que j’ai à écrire sur l’aérospatiale et le transport aérien du Québec. Les ailes du Québec est un des rares sites en français sur le secteur de l’aviation ; vous y trouverez donc de l’information qui est unique et non disponible ailleurs.

Bonne lecture !

André Allard