À propos du certificat de type commun pour le CRJ et le Challenger 650

Pour partager cette publication :

Des lecteurs ont porté à notre attention que le certificat de type du CRJ et du Challenger 650 était le même et que son transfert à Mitsubishi pourrait causer des problèmes pour Bombardier si des modifications au Challenger 650 s’avéraient nécessaires.

Vérifications faites, les deux modèles d’avions sont sous le certificat de type A-131 de transports Canada et nous avons donc creusé la question afin de voir de quoi il en retourne.

 

Qu’est-ce qu’un certificat de type

Le certificat de type est le premier document permanent qui est émis pour un programme d’avions. Toutes les informations sur les performances et caractéristiques d’un avion y sont consignées ainsi que leur conformité avec les règles de certification et de navigabilité. Il a pour but de garantir la sécurité d’un type d’avion. Le rôle, la fonction et le fonctionnement de chacun des systèmes installés y sont également expliqués dans les moindres détails.

Le certificat de type contient également toutes les informations et spécifications techniques de toutes les pièces qui entrent dans la fabrication d’un avion. Il décrit la méthode de fabrication et d’assemblage de tous les systèmes qui sont installés ainsi que la méthode d’assemblage de l’avion. Cela a pour but de garantir que chacun des avions fabriqués sous un certificat de type sont identiques et qu’ils auront tous exactement le même comportement en vol ou lorsque soumis à des contraintes extrêmes.

Il est strictement interdit de modifier un avion sans avoir rempli une demande de certificat de type supplémentaire (CTS) et de l’avoir soumis aux autorités compétentes pour approbation. Par exemple : un constructeur ne peut changer le type de rivet pour l’assemblage d’un avion sans avoir soumis un CTS. Lorsque des robots sont utilisés pour assembler les sections de fuselage, la marque, le modèle et le numéro de série des machines sont consignés dans le certificat de type.

Le certificat de type pour des avions de la taille du Challenger 650 et du CRJ est un document extrêmement complexe qui fait des centaines de milliers de pages et qui contient tous les schémas et plans d’un avion. En théorie, vous pouvez toujours faire une demande de CTS sans avoir accès à ce document, mais dans les faits cela est virtuellement impossible. Pour obtenir in CTS, le détenteur du certificat de type d’un avion de la taille du Challenger 650 chargera un prix qui varie d’une centaine de milliers de dollars à plusieurs millions selon la complexité du changement à apporter et sa valeur marchande.

Toute différence entre un appareil et le certificat de type entraine la suspension du certificat de navigabilité de celui-ci qui ne peut plus voler tant que sa conformité n’aura pas été validée.

 

Le cas du Challenger 650 et du CRJ

Nous avons posé la question aux relations média Bombardier et c’est finalement le responsable des relations média de Bombardier Avions d’affaires M. Mark Masluch qui nous a répondu ce qui suit :

« Nous confirmons que Bombardier travaille avec Transport Canada pour diviser/dé-fusionner le certificat. La famille Challenger aura donc son propre certificat sous la responsabilité de Bombardier Aviation, de même que MHI qui aura un certificat propre au CRJ.

 Ceci dit, d’un point de vue ingénierie et personnel de soutien, les programmes sont soutenus par des groupes différents depuis quelques temps. La transition à l’interne ainsi que celle pour les clients se fera en douceur. »

Techniquement, Bombardier doit faire une nouvelle demande de certificat de type afin de le dé-fusionner du CRJ. Mais dans les faits, il s’agit du même avion qui a déjà fait tous les essais nécessaires afin de valider ses spécifications. Transports Canada peut utiliser les documents originaux pour la nouvelle demande sans que le public ne soit mis en danger. Au pire Bombardier devra soumettre la documentation originale (ainsi que la poussière qui vient avec) afin d’obtenir un certificat de type juste pour le Challenger 650.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

7 réflexions sur “À propos du certificat de type commun pour le CRJ et le Challenger 650

  • juin 27, 2019 à 2:39 am
    Permalink

    Je me pose la question sur l’étendu de transfert de la propriété intellectuelle de CRJ vers Mitsubishi. Est-ce que les documents concernant l’avion ainsi que les dessins ou les représentations numériques de l’avion appartiendront à Mitsubishi en plus du certificat de type?

    Ce qui est intéressant à imaginer est le fait que Mitsubishi pourrait éventuellement décider de développer un avion d’affaire basé sur le CRJ raccourci avec un nouveau moteur approprié.

    Il doit y avoir des japonais qui savent faire l’intérieur de cabine des avions d’affaire.

    Répondre
    • juin 27, 2019 à 7:25 am
      Permalink

      Que MITAC ait accès au plans et documents du Challenger 600 n’est pas très important car j’espère que les avocats de Bombardier ont inséré une clause de non concurrence dans les avions d’affaires et que ceux de MITAC on fait de même pour les avions régionaux.

      Répondre
      • juin 27, 2019 à 10:58 am
        Permalink

        Bah, Bombardier me reviendra pas dans l’aviation commerciale dans les 20 ans à venir au moins qu’Airbus leur revend le C Séries.

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *