Acquisition de Transat, et ONEX?

Pour partager cette publication :

C’est hier que le festival de l’injonction entre Transat et groupe MACH a débuté devant les tribunaux. Pour l’instant, l’attention des médias est tournée vers la judiciarisation de la guerre entre MACH et Transat. De notre côté, nous allons jeter un éclairage sur les enjeux que représente cette saga pour ONEX.

 

 

Westjet

Lorsque Westjet a débuté ses activités en 1996, c’était un transporteur à bas prix. ses fondateurs et investisseurs étaient de Calgary pour la plupart. Son modèle de gestion était inédit dans l’industrie canadienne du transport aérien et un connu un succès immédiat. On peut dire que Westjet a charmé l’Ouest canadien qu’elle a conquis en un rien de temps. Sa rentabilité lui a permis de connaître une forte croissance organique.

 

En 2013, alors qu’elle lançait les opérations de sa filiale Encore, Westjet est sortie de son modèle d’affaires initial. C’est en novembre 2015 qu’elle a inauguré son premier vol avec un gros porteur B767.

 

Mais depuis 2015, les succès et la rentabilité de Westjet ont commencé à se faire plus modestes. Pour comprendre les succès et les difficultés de Westjet, il suffit de regarder le prix du pétrole brut. Le graphique des cinq dernières années de l’action de Westjet et celui du prix du pétrole se ressemblent beaucoup. Le succès de Westjet était donc directement lié au boom pétrolier qu’a connu l’Alberta. Alors que ses liquidités étaient à la baisse, l’entrée en service de ses trois premiers B787 posait une menace.

 

 

L’arrivée d’ONEX

C’est dans un contexte financier difficile qu’ONEX prend possession de Westjet afin de la relancer. L’arrivée d’investisseurs basés à Toronto changera également les orientations stratégiques de Westjet. Plutôt que de prendre des décisions dans un contexte albertain,  ONEX va les prendre dans un contexte pan canadien. Le plan de développement des liaisons internationales à partir de Calgary pourrait être revu en faveur de Toronto et Vancouver.

 

Onex est une société de gestion de capital et sa motivation première c’est de faire fructifier son placement dans Westjet. Il est évident que pour y arriver elle devra concurrencer Air Canada. Mais cette concurrence est un moyen et non pas son but premier.

 

 

L’utilité d’Air Transat

Westjet a toujours eu recours à la croissance organique pour son développement. Les fusions et acquisitions ne faisaient pas partie de ses plans. Pour ONEX c’est une autre histoire, les fusions et acquisitions font partie intégrale de sa culture. C’est un outil qu’elle n’hésitera pas à utiliser afin de faire progresser le rendement et la valeur de Westjet.

Afin de mieux concurrencer Air Canada, Onex devra faire de Westjet un véritable transporteur national et international. Westjet possède des bases d’opération à Calgary, Toronto et Vancouver, mais pas à Montréal. Cette situation l’empêche de servir adéquatement tout l’est du Canada qui représente près de 28% de la population.

 

De son côté, Air Transat a une solide présence à Montréal ainsi qu’à Toronto. Elle est également présente à Calgary et Vancouver. Elle offre également 25 destinations européennes à partir de plusieurs villes canadiennes. L’intégration d’Air Transat dans les activités de Westjet lui permettrait de faire un bond rapide.

 

Si les dirigeants d’ONEX n’ont pas évalué la possibilité d’intégrer Air Transat dans Westjet, alors l’aviation n’est pas pour eux.

 

 

Le dilemme d’ONEX

Si dans la foulée de l’offre à Westjet, ONEX avait également fait une offre sur Transat, Québec l’aurait bloqué. Peu importe l’intérêt d’ONEX envers Air Transat, elle est coincée et ne peut agir seule. Soyez assuré que dans les bureau d’ONEX à Toronto, on suit la situation de Transat de près.

 

À ce jour, aucune information permettant de relier ONEX à l’offre du groupe MACH ne circule. Mais ce que l’on peut affirmer, c’est que si Air Canada fait l’acquisition de Transat, elle entreposera les actions dans un coffre-fort scellé à double tour. Pour ONEX cela ferme la porte à toute alliance, acquisition ou autres entente futures avec Air Transat. Mais à l’opposé, si le groupe Mach parvenait à mettre la main sur Transat, cela ouvrirait tout l’éventail des options favorables à ONEX.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *