Air Transat à la croisée des chemins (partie 5)

Pour partager cette publication :

Faire les bons choix

Maintenant que nous avons passé en revue les forces, faiblesses, menaces et opportunités d’Air Transat, il est temps de conclure en regardant les choix qui s’offrent à sa direction. Dans les mois à venir, elle devra prendre des décisions qui seront cruciales pour son avenir.

La direction d’Air Transat devra choisir entre maintenir son plan d’expansion aux États-Unis ou se concentrer sur le marché canadien afin de mieux répondre à la concurrence que lui livrent Rouge et WestJet.

Que faire des Boeing737 ? Les garder ou encore les remplacer par des A320 afin d’harmoniser la flotte et diminuer les coûts d’opération ? Si Air Transat opte pour l’harmonisation de sa flotte, elle aura toujours l’option de retourner les B737 à leurs compagnies de location ou encore de lancer un transporteur régional à bas prix.

Pour ses besoins en capitaux propres, Air Transat devra choisir entre hausser la participation étrangère à 49% ou encore se servir du contexte politique actuellement favorable au maintien des sièges sociaux au Québec. Surtout que des élections provinciales s’en viennent et que le parti libéral du Québec ne voudrait certainement pas voir Air Transat passer aux mains d’intérêts qui sont à l’extérieur de la province avant les prochaines élections.

 

Malgré qu’Air Transat soit la compagnie la moins chère sur les destinations qu’elle offre, son taux d’occupation est inférieur à ses concurrents. Visiblement son réseau de distribution qui l’a si bien servie dans le passé fait de moins en moins le poids contre les sites de réservation sur internet. Il faudra faire le choix de le maintenir ou de s’en départir afin de suivre la compétition qui fait maintenant de plus en plus confiance à internet pour ses ventes.

Rester seule dans son coin ou faire alliance? De nos jours dans le transport aérien, les possibilités d’alliance sont multiples et plusieurs compagnies aériennes y ont trouvé leur planche de salut. C’est à se demander pourquoi Air Transat n’a toujours pas fait de pas dans cette direction.

C’est au plus tard en décembre de cette année qu’Air Transat devrait rendre public son nouveau plan stratégique. D’ici là, la direction d’Air Transat devra faire des choix difficiles qui nous l’espérons, seront les bons, car il serait navrant dans les années à venir de parler d’Air Transat uniquement au passé.

 

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

6 réflexions sur “Air Transat à la croisée des chemins (partie 5)

  • février 26, 2017 à 7:57 am
    Permalink

    Selon moi réussir ça prend des alliance comme Skyteam ou oneworld ça aide pas mal les alliances .

    Comme air berlin dans oneworld est-ce que un jour air transat va entré dans une alliance ? merci

    Répondre
    • février 26, 2017 à 9:51 am
      Permalink

      Je ne peu pas répondre pour AT, mais selon moi ils auraient dû se décider depuis un longtemps déjà.

      Répondre
  • février 26, 2017 à 3:06 pm
    Permalink

    Il y a 3 ou 4 ans j’avais envoyé un courriel à la direction d’air transat de lâché canjet et de faire à propre flotte de moyen courrier et aussi de rénover ses avions et aussi de concurrencer air Canada sur le régulier. Il y a seulement la dernière option qu’il n’on pas encore fait et il commence à ce faire tard car air Canada avec rouge eu l’on fait et air transat a du retard. Pourquoi pas ouvrir un hub à Québec avant que d’autre le fasse et ramasser toute l’est et le centre avec une alliance avec pascan… Il y a un marché de plus de 1.500000 millions de personnes du centre à l’est… et pas grand chose pour bien le desservir. Transat dors au gaz.
    Julien

    Répondre
  • février 26, 2017 à 7:25 pm
    Permalink

    Bien d’accord avec vous les amis je ferai une alliance avec westjet a nouveau comme avant ? Je ferai alliance avec des compagnie Sprit aux État-Unis me semble ça serait bien . Air Transat rêve encore et j’espère il va ce réveillé parce-que Air Canada rouge dort pas non sunwings .

    Ma flotte de rêve est ceci

    9 A321 LR neo
    8 A330-243
    8 b787-9
    18 B737-800

    4 A330-300 phase-out dans

    Répondre
    • février 27, 2017 à 8:35 am
      Permalink

      4 modèles d’avion c’est beaucoup trop pour un petit transporteur comme TS. Il faut former les pilotes et il faut une flotte assez importante pour justifier l’investissement.

      Pour les alliances, qui voudrait s’associer à TS? Ils ne font que de l’international. Les alliances s’associent avec de petits transporteurs locaux lorsque ceux-ci apportent une valeur ajoutée, du genre faire du point-to-point dans son secteur, comme Westjet ou Chorus.

      Répondre
      • février 28, 2017 à 4:08 pm
        Permalink

        Bonjour Nicolas c’est 4 modèles c’est 2 modèles airbus et Boeing le B787-9 remplacerais les vieux A330-300s

        une idée comme ça

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *