Airbus aurait décroché le contrat des avions de recherche et sauvetage du Canada

Pour partager cette publication :

Selon ce qu’a écrit le National Post hier, le gouvernement canadien ferait l’annonce cet-après midi à la base militaire de Trenton en Ontario qu’il a choisi le C295 comme avion de recherche et sauvetage, laissant de côté le C27J de la compagnie italienne Léonardo et le KC-390 de la brésilienne Embraer.

Le contrat d’une valeur de plus de 3G$ porterait sur l’acquisition d’une quinzaine d’appareils ainsi que sur l’entretien et la formation des équipages. C’est la compagnie terre-neuvienne Provincial Aerospace qui serait responsable de l’entretien, alors que la montréalaise CAE se chargerait de la formation. Le C295 est équipé des moteurs PW 127G de Pratt & Whitney Canada et Thales Canada fournirait l’avionique.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

8 réflexions sur “Airbus aurait décroché le contrat des avions de recherche et sauvetage du Canada

  • décembre 8, 2016 à 8:36 am
    Permalink

    ???? les DASH 8 ne ferais pas??? C’est pas logique que pour un service publique que nous n’achetons pas aux maximum chez nous. Ok les moteur son local. Je comprend que les CL-415 ne soit pas un choix. Les cellules des DASH-8 et des ATR sont pas très différente comme volume… autre que les ATR coute 30% plus chère juste en taux de change!!!!

    C’est quoi que je comprend pas là, lâ, lâ. Bombardier avais les doit dans le nez!!!! ou c’est l’équipementier des équipements de recherche qui décide!!!

    C’est qui qui n’a pas été graissé!

    Répondre
    • décembre 8, 2016 à 8:40 am
      Permalink

      Bombardier a proposé le Q400 mais le gouvernement canadien exigeait une porte arrière comme avec les Buffalos ou les Hercules. Modifier le fuselage du Q400 pour le rendre conforme aurait coûté de 500M$ à 700M$ et au lieu de faire comme d’autres pays le Canada a écarté son fabricant.

      Répondre
      • décembre 8, 2016 à 8:47 am
        Permalink

        L’ATR a une porte arrière?
        BBD aurais pue s’enlevé les doits de dedans le nez…

        Répondre
        • décembre 8, 2016 à 8:52 am
          Permalink

          Ce n’est pas l’ATR mais bien le CASA C295 qui lui a une porte arrière qui a été choisi

          Répondre
  • décembre 8, 2016 à 9:07 am
    Permalink

    A Bon, je vais être moins con ce soit au dodo!!!

    Répondre
  • décembre 8, 2016 à 1:00 pm
    Permalink

    Politiquement, le C-295W est un excellent choix car il dispose d’un contenu canadien relativement élevé puisque cet avion sera équipé de moteurs Pratt & Whitney Canada PW127G, et disposera aussi d’une avionique provenant de Thales, qui est déjà solidement implantée au Canada. Par contre je crois que les militaires auraient préféré le Spartan C-27J, qui peut transporter de plus grosses charges. Mais il y a de quoi se réjouir car les 19 Buffalo que les C-295W remplaceront sont déjà âgés de presque 50 ans!

    Il est important de noter que le C-295 dispose de senseurs très perfectionnés qui seront beaucoup plus efficaces pour la recherche et le sauvetage que ce que l’on retrouve présentement sur les Buffalo. La cabine n’est peut-être pas aussi grosse que celle du C-27J, mais elle est cependant plus longue; ce qui permettra d’embarquer plus de postes de travail, de personnels et de passagers/parachutistes/civières. Cette acquisition est pour la version W (C-295W), c’est à dire qu’elle disposera de winglets, d’où la désignation W, ainsi que d’une version plus performante du moteur PW127G qui permettra à l’avion d’opérer dans des conditions extrêmes de température et d’altitude.

    Les seize appareils commandés seront répartis sur quatre bases aériennes différentes (Greenwood, Trenton, Winnipeg et Comox) et seront en mesure de couvrir l’ensemble du territoire car le C-295W a une autonomie de plus de 1,500 km. Le Canada est le 25e pays qui opérera le C-295. J’espère que cet achat important encouragera Airbus à avoir de bonnes dispositions envers le Canada, car cette compagnie est une concurrente directe pour le C Series de Bombardier.

    Répondre
    • décembre 8, 2016 à 10:59 pm
      Permalink

      Bonne analyse. Vous avez oublié de mentionner un sous-traitant important soit CAE. En plus de la livraison de simulateurs, il seront responsable de mettre sur pied l’école de formation à Comox.

      PS. Il y a une correction à faire. L’avionique sera fournie par Rockwell Collins et non pas Thales.

      Répondre
      • décembre 10, 2016 à 2:30 am
        Permalink

        CAE aurait été le fournisseur du simulateur et aurait été chargé de l’entraînement quelque soit l’avion sélectionné. Ce qui n’aurait pas été le cas par exemple pour les moteurs. Pour ce qui est de l’avionique et de l’électronique en général il y aura assurément plusieurs fournisseurs qui seront impliqués. C’est que ce type d’avion a plusieurs systèmes avec des fonctions très différentes. Par exemple c’est L3 qui fournira le système de repérage électro-optique. Il est possible, et même probable, que Rockwell-Collins soit également impliquée, mais je ne saurais dire pour quel équipement précisément. Pour ce qui est de Thales Canada elles est impliquée depuis plusieurs années (2008) dans le développement de l’avionique du C-295 et l’équipement est fabriqué à Montréal, comme en témoigne l’extrait ci-joint qui provient du site de Airbus Defence & Space.

        « EADS [Airbus] and the Canadian aerospace industry have worked closely together for many years, as underscored by the country’s participation in the C295 programme. The C295 is powered by Pratt & Whitney Canada PW127G turboprop engines, and its avionics were developed by Thales Canada and are manufactured at Thales’ plant in Montreal, Quebec. »

        http://www.c295.ca/feature-stories/eads-and-canada-broaden-their-aerospace-cooperation/

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *