Bombardier sécurise le lancement de la production du Global 7500

Pour partager cette publication :

En janvier 2017 nous avions publié le texte suivant qui résume comment Triumph s’est retrouvé à être le fabricant des ailes du G450 et du G650 de Gulfstream ainsi que celles du Global 7500 de Bombardier: Bombardier et Triumph sur les ailes de la discorde

 

Mais l’expérience de Triumph en tant que fabricant d’ailes n’aura pas duré car en avril 2018, Gulstream a racheté la fabrication des ailes du G450 et du G650. L’annonce de Bombardier du rachat de la production des ailes du Global 7500, met un point final à la tentative de Triumph dans la fabrication d’ailes.

 

Au cours des deux dernières années, nous avons entendu toutes sortes de rumeurs concernant les problèmes de Triumph et sa capacité à produire des ailes. Le rapatriement à l’interne de la production des ailes du Global 7500 permet donc à Bombardier de mettre un terme à ces rumeurs et d’en reprendre le contrôle de la production.

 

Quant à savoir si cette aventure aura été coûteuse à Bombardier, impossible de se prononcer puisque l’entente qui avait été signée entre les deux parties en avril 2017 est demeurée secrète, pas plus que nous ne savons combien Bombardier versera à Triumph pour le rachat de la production des ailes.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

20 réflexions sur “Bombardier sécurise le lancement de la production du Global 7500

  • janvier 24, 2019 à 5:38 pm
    Permalink

    Vont-ils déménager le truc à Wichita ?

    Répondre
    • janvier 24, 2019 à 6:03 pm
      Permalink

      Pas à court terme car BBD a signé un bail de location pour l’usine actuelle, au Texas.

      Répondre
      • janvier 25, 2019 à 11:55 am
        Permalink

        Un bail, ça s’annule. Et il court sur combien de temps ?

        Répondre
      • janvier 25, 2019 à 11:57 am
        Permalink

        A beau mentir qui vient de loin … Ils font une promesse tout de suite et 3-5 ans plus tard ils changent d’idée.

        Répondre
    • janvier 24, 2019 à 6:53 pm
      Permalink

      Pour l’instant aucun changement, même usine et même employés

      Répondre
  • janvier 25, 2019 à 6:47 am
    Permalink

    Est-ce qu’ils vont dépenser du cash pour l’achat ?

    Répondre
    • janvier 25, 2019 à 7:19 am
      Permalink

      J’espère qu’il vont pas emprunter.

      Répondre
  • janvier 25, 2019 à 8:35 am
    Permalink

    Prix symbolique ($1?) qu’ils ont dit.

    Cependant ça sera beaucoup plus de $$$ à investir pour le ramp up…

    Répondre
    • janvier 25, 2019 à 10:58 am
      Permalink

      Est-ce que Triumph est aussi lourdement endettée, auquel cas même à $1 symbolique ça pourrait ajouter des dettes à Bombardier.

      Répondre
      • janvier 25, 2019 à 4:01 pm
        Permalink

        oui la dette de Triumph est de 1.4 millliards avec une CA annuel de 3.2 milliards.

        Répondre
        • janvier 25, 2019 à 6:32 pm
          Permalink

          Zut alors. Est-ce qu’elle faisait des profits ? Est-ce que son free cash flow était positif ?

          Répondre
        • janvier 27, 2019 à 9:54 am
          Permalink

          C’est bizarre parce qu’ils ce sont mis sous le chapitre 11. Normalement dans ce cas une partie de la dette est effacée et une bonne partie du reste est transformé en part dans la cie. Après ce processus les dettes s’il en reste sont modérées par rapport au C.A.

          Répondre
          • janvier 27, 2019 à 12:36 pm
            Permalink

            Si c’était si simple tout le monde se mettrait sous chapitre 11…

          • janvier 27, 2019 à 1:06 pm
            Permalink

            Ben non. Se faire diluer n’est pas très intéressant. Quand on est sous le 11, les anciens propriétaires finissent souvent avec un avoir dilué 3-4 fois. Évidemment, quand on est gros on peut se torcher une bonne faillite.

    • janvier 26, 2019 à 5:53 pm
      Permalink

      Nicolas,

      L’information est très intéressante.

      Comme l’entreprise est achetée, je suppose les dettes sont aussi « achetées » ?

      C’est étrange que cette entreprise est reprise parce que ça ne représente rien de bien. Au moins que le seul but est d’empêcher qu’elle se mette en banqueroute et le programme d’avion sur lequel l’entreprise ne meure pas avec.

      Répondre
      • janvier 27, 2019 à 12:28 am
        Permalink

        Bombardier n’a racheté que la partie fabrication des ailes, pas toute l’entreprise

        Répondre
        • janvier 27, 2019 à 3:21 am
          Permalink

          Okay, ça fait plus de sens si Bombardier n’achète que l’activité de fabrication des ailes de Global.

          Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *