Chorus Aviation Capital ajoute cinq Q400 à son portefeuille

Pour partager cette publication :

Chorus Aviation annonce une opération de location avec Flybe visant cinq Q400 et l’atteinte d’un portefeuille comptant 50 avions

HALIFAX, le 21 mai 2019 /CNW/ – Chorus Aviation Inc. (« Chorus ») (TSX: CHR) a annoncé aujourd’hui que Chorus Aviation Capital a conclu une entente d’achat visant l’acquisition de cinq Q400 de Bombardier en milieu de vie qui sont actuellement loués à Flybe, la société aérienne régionale indépendante la plus importante d’Europe. La clôture de l’opération devrait se faire d’ici l’été. L’opération est assujettie aux conditions habituelles préalables à la clôture, notamment la novation des baux actuels ainsi que l’obtention de toutes les approbations ou de tous les consentements réglementaires requis en lien avec l’acquisition de Flybe par Connect Airways Limited. En tenant compte de l’acquisition de ces avions, Chorus Aviation Capital a annoncé, à ce jour, 50 engagements liés à ses activités de location d’avions régionaux.

 

« Nous sommes très heureux de faire évoluer notre relation avec notre cliente actuelle, Flybe, a déclaré Steve Ridolfi, président de Chorus Aviation Capital. En moins de deux ans, nous avons fait passer notre portefeuille de location à 50 avions évalués à 995,0 millions de dollars américains et associés à des produits de location futurs de 765,0 millions de dollars américains. »

 

« En plus d’accroître le portefeuille de location de Chorus Aviation Capital, ces avions en milieu de vie contribuent aux forces du groupe Chorus à titre de société diversifiée offrant des services d’aviation régionale, a commenté Joe Randell, président et chef de la direction de Chorus. À l’échéance des baux, Chorus aura diverses utilisations potentielles pour ces avions, notamment des prolongations des baux, la location ou la vente à de nouveaux exploitants, des conversions en vue d’usages autres que le transport de passagers ou le démontage aux fins de la vente de pièces. Je félicite l’équipe de Chorus pour l’atteinte de ce jalon important et d’avoir adopté notre vision, qui consiste à devenir un fournisseur mondial de services d’aviation régionale intégrés. »

 

À la clôture de cette opération, et à la livraison de sept autres avions à d’autres clients, le portefeuille de Chorus Aviation Capital comprendra 38 turbopropulseurs et 12 jets régionaux loués à treize sociétés aériennes réparties sur six continents. Lorsqu’on ajoute ces avions aux 47 appareils loués aux termes du contrat d’achat de capacité conclu avec Air Canada, le parc d’avions loués de Chorus totalise 97 appareils évalués à environ 1,6 milliard de dollars américains.

 

À propos de Chorus Aviation Capital

Fondée en 2017, Chorus Aviation Capital entretient actuellement des liens avec treize sociétés aériennes régionales établies dans treize pays. Elle vise principalement à bâtir un portefeuille d’avions régionaux neufs ou en milieu de vie, tout en tirant parti des synergies inhérentes à ses sociétés affiliées dans le but d’offrir une gamme complète de services d’aviation régionale.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

10 réflexions sur “Chorus Aviation Capital ajoute cinq Q400 à son portefeuille

  • mai 21, 2019 à 3:45 pm
    Permalink

    Loin d’être mort le DASH8 Q400. Viking Air a surement fait une bonne à faire en achetant le programme des DASH8 serie Q. Pas sur que l’ancienne administration à tous fait pour garder un haut volume de vente.

    Répondre
    • mai 21, 2019 à 3:52 pm
      Permalink

      À 300 M$ BBD aussi a fait une bonne affaire car jamais en 20 ans le Q400 n’aurait généré autant de profit.

      Répondre
      • mai 21, 2019 à 4:23 pm
        Permalink

        300 m$ disons qu’ils l’ont pas donner. Je sais pas si sa serait un bon partenaire avec Bombardier pour la production des CRJ ????.

        Répondre
      • mai 21, 2019 à 7:55 pm
        Permalink

        Pour le programme Q400, je prévois une belle grosse subvention bien juteuse provenant soit de l’Ontario, l’Alberta ou de CB (peut-être le Québec mais j’en doute vu le nouveau proprio) pour couvrir une partie des coûts d’achat et de déménagement s’il y a lieu.

        Répondre
      • mai 22, 2019 à 8:19 pm
        Permalink

        Exactement. Le Q400 étant une machine à pertes pour BBD, c’est tout un exploit de l’avoir vendu pour 300 M$. En contrepartie, Viking, qui sera éventuaellement rebaptisée De Havilland Canada, doit avoir un plan pour rentabiliser cette acquisition… À commencer par le déménagement de la production dans l’Ouest du Canada afin de se défaire du syndicat et de la « faible productivité ».

        Répondre
        • mai 23, 2019 à 10:37 am
          Permalink

          $299,999,999 millions pour le nom DeHavilland et les certificats et $1 pour le programme Q400 …

          Répondre
        • mai 23, 2019 à 11:26 am
          Permalink

          Je crois que Toronto et la province vont tout faire pour garder la production dans cette ville. Le syndicat Unifor và surement mobilisé aussi. Je sais pas la causse du problème de productivité mais quand je travaillais chez pwc déjà dans les années 1980 j’attendais parler de ce fait. Certains disais que c’était présumer d’autres que c’était une fait bien réel et documenté.

          Répondre
  • mai 21, 2019 à 5:43 pm
    Permalink

    Ce sont des appareils d’occasions acheté d’un tier, Viking (et Bombardier) ne font pas un sous avec cette transaction

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *