Chorus Aviation Capital Louera 5 A220-300 à Air Baltic

Pour partager cette publication :

La filiale de crédit-bail de Chorus Aviation vient juste d’annoncer la signature d’une entente avec Air Baltic. L’entente prévoie que Chorus Aviation Capital financera par crédit-bail deux A220-300 d’Air Baltic livrable avant la fin 2019. Trois autres appareils seront livrés avant la fin du troisième trimestre de 2020.

 

Avec cette entente, Chorus Aviation Capital s’aventure donc dans le financement d’avions de plus de 120 passagers. Son portefeuille d’appareils en gestion s’élèvera à 60 avec ce contrat. C’est aussi la première fois qu’elle financera des avions d’Airbus. Créée dans le but de diversifier ses revenus, la filiale de crédit-bail est en voie de devenir la principale source de profits de Chorus Aviation. C’est la deuxième entente de Chorus Aviation avec Air Baltic puisqu’elle effectue aussi la maintenance lourde de ses Q-400.

 

Pour Air-Baltic, ces cinq appareils porteront à 35 sa flotte d’A220-300. Probablement qu’elle financera d’autres livraisons en 2020 avec d’autres créanciers. Au début de 2019, le président d’Air Baltic, M. Martins Gauss, souhaitait lancer un nouveau transporteur à rabais en Europe. Il voulait utiliser l’A220-300 et il disait avoir besoin de temps afin de trouver du financement. Puis on en a plus entendu parler alors que l’objectif était de lancer ce nouveau transporteur en 2020. Sommes-nous prêts d’une annonce?

Sur une note plus légère : Air Baltic achète des avions fabriqués au Canada, elle trouve du financement ici, elle fait entretenir des avions ici et elle emplois même des pilotes canadiens. C’est à se demander quand elle ouvrira la liaison Montréal-Riga.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

4 réflexions sur “Chorus Aviation Capital Louera 5 A220-300 à Air Baltic

  • novembre 20, 2019 à 12:25 pm
    Permalink

    L’achat d’avions par des firme de crédit-bail est semble-t-il au niveau mondial plus important que les achats directement par les transporteurs. Sa semble plus facile pour certains transporteurs d’acquérir des avions ou pour leur location selon leurs choix.

    Répondre
  • novembre 21, 2019 à 10:14 am
    Permalink

    Selon l’auteur de l’article suggéré par GM ( http://www.lesailesduquebec.com/transports-canada-doit-evaluer-le-stabilisateur-horizontal-du-max/#comment-35384 ), un appareil comme le MAX 8 constituerait un investissement très hasardeux pour les sociétés de crédit-bail. Que pourrait valoir cet appareil dans une dizaine d’années?

    Extrait :
    « The problem with the aviation finance business is uncertainty on what valuations will be at the end of a lease in 5-10 years time.  It’s never been a transparent market. I’ve been speaking with my chums at Ishka Global who’ve introduced a new Transactions Economics Platform to analyze aircraft valuations.  It is well worth a look. 
    Their data shows the spreads between the highest and lowest valuations on 10-year old aircraft can vary by over 50% – even for the most “liquid” aircraft types. That makes for tremendous pricing volatility.  Their data platform gives market views on values backed up by real transaction info.  Its absolutely critical information for analysing potential deals. »

    Dans ce contexte, l’A220 de BBD/Airbus constitue un meilleur investissement… même si l’appareil coûterait plus cher au départ.

    Répondre
  • novembre 22, 2019 à 9:14 pm
    Permalink

    André, il y a une photo choquante d’un fuselage sans ailes et sans queue tout blanc d’un CS100 à Wichita. L’avion semble avoir été partiellement démantelé. Il pourrait s’agir du FTV1 ou FTV4 ou FTV5. Pourquoi démantelé un avion à Wichita alors qu’il pouvait encore voler. Normalement le prototype qui a fait le premier vol d’un nouvelle avion est conservée précieusement. Heureux d’avoir lu ton commentaire que le FTV1 ne serait pas envoyé à la déchiqueteuse. Est ce qu’il revolera un jour ou est il juste bon pour le musé.
    https://twitter.com/FlyingRationale/status/1197600015155421186

    Répondre
    • novembre 22, 2019 à 9:51 pm
      Permalink

      Il faut se souvenir qu’au début de la production, Pratt avait de la difficulté à fournir des moteurs et que certains FTV ce sont probablement retrouvés sans moteurs. J’ai échangé à ce sujet avec une personne bien au fait du dossier. J’ai reçu la garantie que FTV1 serait préservé car le premier prototype a une valuer symbolique importante. On refuse pour l’instant de me dire où se retrouvera FTV1 mais c’est à suivre. Si je savais où va se retrouver FTV1 je publierais, mais là avec une information partielle ca risque plus de créer de la confusion et d’énerver tout le monde.

      Mais c’est certain que normalement, FTV1 serait à sa place dans un musée.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *