Déclaration de David Chartrand de l’AIMTA au sujet de la rémunération des dirigeants de Bombardier

Pour partager cette publication :

Montréal, 30 mars 2017- « Nous avons appris au même moment que la majorité des Québécois la teneur des augmentations des dirigeants de Bombardier. Pour le moment, nous nous réservons nos commentaires pour nourrir notre argumentaire qui servira sur les différentes tables de négociations avec Bombardier. Pour le moment, une prise de position sur la place publique de la part de notre organisation n’apporterait rien de nouveau aux arguments qui circulent déjà », explique le coordonnateur québécois de l’AIMTA, David Chartrand.

Ce sera la seule déclaration que nous ferons à ce sujet pour le moment.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

84 réflexions sur “Déclaration de David Chartrand de l’AIMTA au sujet de la rémunération des dirigeants de Bombardier

  • mars 30, 2017 à 7:56 pm
    Permalink

    Sage décision de l’AIMTA…….en attendant une réaction des dirigeants de bombardier. Ces messieurs vont surement refuser cette offre que le comité de rémunération de bombardier suggère. Du moins j’espère.

    Répondre
    • mars 30, 2017 à 11:07 pm
      Permalink

      Il serait plus intelligent de débattre de la rénumération des dirigeants par rapport à leur rendement, et en comparaison avec l’industrie. (même logique que pour les employés d’ailleurs).

      Si on est plus cheap que nos compétiteur, et que ça cause le départ éventuel de cadres compétents … On serait vraiement cave!

      Répondre
      • mars 31, 2017 à 10:17 am
        Permalink

        E.Tremblay…….Oui ils doivent être bien rémunérés comparativement autres cadres dans l’industrie de l’aérospatiale/aéronautique. Mais bombardier est dans une phase de restructuration de (5) ans et les ventes du Cserie tardent à ce concrétisées. Les actions en bourse font du surplace. Disons que le moment est elle mal choisi pour ne pas dire plus. Quand bombardier aura sortie complètement sa tête de l’eau, alors il sera le bon moment pour revoir la rémunération des dirigeants par rapport à leurs rendements. À ce moment si…… sa donne de la crédibilité aux arguments de ceux qui dénigres bombardier par apport à l’investissement gouvernemental. Dommage !!!

        Répondre
      • mars 31, 2017 à 10:49 am
        Permalink

        Mais l’industrie chez Bombardier n’est pas que l’aviation. Il faut penser a Bombardier Inc. pour comparer.

        Répondre
        • mars 31, 2017 à 12:41 pm
          Permalink

          Oui…,, quand le timing sera bon il faudra que les messieurs et dames du grand public avant de publier sur les réseaux sociaux regardes les deux divisions de bombardier qui justifie une nouvelle rémunération de certain dirigeants. Souvent dans les commentaires TRÈS RÉDUCTEURS sur les réseaux sociaux se fait est sous-estimé.

          Répondre
          • mars 31, 2017 à 1:40 pm
            Permalink

            la division ferroviaire va mieux que la division aviation mais ce n’est pas le Pérou non plus, marges très faibles et les ventes stagnes. 5 milliards de contrat ce n’est même pas l’équivalent d’un an de chiffres d’affaires et plusieurs procès pour corruption en vue en Europe.

  • mars 31, 2017 à 12:18 am
    Permalink

    Une rémunération carrément abusive et indécente. Le 11 mai prochain soyez certain que l’on se fera entendre à l’assemblée des actionnaires qui rappelons-le, y a des limites à se faire fouer de la sorte!

    Répondre
    • mars 31, 2017 à 2:42 pm
      Permalink

      Veuillez apporter goudron et plumes !!!

      Répondre
    • mars 31, 2017 à 10:51 am
      Permalink

      ??? La vente de quoi? D’avions? De Trains?

      Répondre
  • mars 31, 2017 à 7:39 am
    Permalink

    Je pense que ces augmentations sont troublantes. Elles sont liées à des performances individuelles de vents dans certains cas mais j’aimerais des détails. Si on a fait des ventes à rabais pour avoir le boni, ça commence à faire un boni qui coûte cher.

    J’espère qu’ils vont lier les prochains bonis aux livraisons qui fait très cruellement défaut à cette compagnie. Incuquer la culture de la livraison à temps semble être un must tant dans la division train que la division avion.

    Répondre
  • mars 31, 2017 à 7:40 am
    Permalink

    La « game » de la rémunération est à peu près toujours la même d’une compagnie publique à l’autre : Des consultants sont engagés pour étudier les rémunération dans d’autres entreprises pour des fonctions comparables. Ils établissent un minimum, un maximum, une moyenne, un médiane. Des recommandations sont faites au comité de rémunération.

    Évidemment, aucune entreprise n’évalue que ses dirigeants sont moins bons que la moyenne. Ainsi, les comités proposent presque toujpurs des rémunérations en haut de la moyenne.

    Inmanquablement, ce pattern se répète dans presque toutes les entreprises, ce qui a pour effet de pousser rapidement la rémunération des dirigeants à la haussse.

    Le cycle recommence : les consultants établissent de nouveaux paramètres… personne ne veut être sous la moyenne… C’est un cercle vertueux pour les dirigeants, mais vicieux pour ceux qui payent les dirigeants, soit les actionnaires.

    Sous des apparences d’objectivité et d’impartialité, cette dynamique explique que la rémunération des dirigeants d’entreprises publiques augmente beaucoup plus rapidement que celle des autres employés.

    Répondre
    • mars 31, 2017 à 11:16 am
      Permalink

      Bernard: « La « game » de la rémunération est à peu près toujours la même d’une compagnie publique à l’autre. »

      Bombardier est une entreprise publique à deux titres. Elle est d’abord une entreprise publique parce qu’elle est inscrite en bourse. Jusqu’à maintenant c’est un désastre total pour les actionnaires, et depuis très longtemps déjà. Elle est également une entreprise « publique » parce que la Caisse de dépôt possède environ un tiers des actions de Bombardier Transport, le gouvernement du Québec possède environ la moitié du programme C Series, et le gouvernement du Canada est indirectement impliqué via divers prêts face auxquels le publique canadien s’est toujours montré très hostile.

      Les dirigeants de Bombardier n’ont tenu compte de rien de tout cela. D’une part le cours de l’action est resté bas depuis plus de quinze ans, et a même récemment failli devenir un penny stock. D’autre part l’encre de la signature du ministre fédéral qui a octroyé un chèque de 372,5 millions de dollars à Bombardier a à peine eu le temps de sécher que les dirigeants s’octroient très prématurément de très grosses augmentations de salaire. C’est complètement débile, hallucinant, scandaleux et inacceptable. Pas à mes yeux bien entendu, mais à ceux du « publique » justement.

      Répondre
      • mars 31, 2017 à 11:42 am
        Permalink

        En fait ils ont un coup de chance avec le CRJ et Bombardier transport est en fait une cie allemande.

        Répondre
  • mars 31, 2017 à 9:00 am
    Permalink

    Je vous met au défi de trouver un président de conseil d’administration qui fait 7 M$ par année, surtout quand celui-ci a été 2x fois PDG de cette même compagnie et tellement incompétent qu’il a mis la merde dans les finances à chaque fois.

    Répondre
  • mars 31, 2017 à 9:53 am
    Permalink

    Prenons le cas de Alain Bellemare par exemple (le plus gros salarié à US$9.48 millions, incluant l’augmentation de 47%)

    Quelle est la valeur salariale d’un cadre de cet envergure? Est-ce le bon champion, au bon poste, au bon salaire? Est-ce que M. Bellemare a livré la marchandise à date? À t’il pris les bonnes décisions stratégiques?

    Je ne suis pas encore prêt à crucifier M Bellemare (ou son équipe) pour sa rémunération. Il me manque de l’information.

    => Avoir été trop cheap voici 2 ans, et ne pas avoir embauché M Bellemare, pas sûr que l’on serait heureux en ce moment. On peut prétendre une économie salariale de US $9.48 millions/an, pas eu ce ré-enlignement stratégique judicieux, pas eu trop de mise à pieds! Wow, la belle économie!!!

    BBD serait en liquidation en ce moment!!!
    Les programmes vendues au plus offrants, et déménagés dans des pays à faibles salaires (Brésil, Chine?)

    => Il faut analyser la rémunération des cadres dans ce contexte, et non avec émotions, via des titres de journaux tapageurs <=

    Répondre
    • mars 31, 2017 à 10:07 am
      Permalink

      Bombardier ne peut délocaliser l’assemblage final de ses avions, il y a des ententes avec des syndicats et des gouvernements un peu partout dans le monde pour garantir celà, surtout pour les nouveaux programmes.

      Ceci dit, qu’est-ce qui justifie une augmentation de salaire de 50% ? Vous voyez une améliorations ? des pertes de 1 milliard au lieu de 5 en 2015, toute une performance. Et la seule et unique raison pour laquelle Bombardier a évité la faillite, c’est l’aide gouvernementale, aucunement la performance des gestionnaires, surtout Pierre Beaudoin qui aurait été congédié depuis longtemps s’il n’était pas de la famille.

      Répondre
      • mars 31, 2017 à 10:33 am
        Permalink

        L’aide gouvernementale… En fait, Bellemare à réussi à negocier la vente 50% de BBD Transport (à la CDPQ) à un prix approprié, dans un contexte cauchemardesque.

        Même chose pour le programme CSERIES. Aurait – t’il été mieux de vendre (pour $1) le programme à Airbus?

        La subvention remboursable du Fédéral a été faite dans les limites acceptables de l’OMC, ni plus, ni moins. (Et ce, dans le contexte anti-BBD / anti-Québec « canadian » habituel).

        A mon avis, cette « aide » gouvernementale n’enlève rien aux accomplissements et à la compétence de M Bellemare (ainsi qu’à son équipe), bien au contraire.

        Concernant Pierre Baudoin, ça aurait pu être bien pire; il aurait pu rester accroché à son poste de PDG…

        Répondre
        • mars 31, 2017 à 10:44 am
          Permalink

          les limites acceptable de l’OMC ? la plainte vient d’être déposé (par les USA et le Brésil, l’Europe suivra bientôt) et n’a pas encore été traité.

          Répondre
          • mars 31, 2017 à 1:40 pm
            Permalink

            Cette opération n’a qu’un seul but: garder un environnement d’incertitude autour du CSeries.

        • mars 31, 2017 à 10:57 am
          Permalink

          « A mon avis, cette « aide » gouvernementale n’enlève rien aux accomplissements et à la compétence de M Bellemare (ainsi qu’à son équipe), bien au contraire. »

          Justement, Bellemare est peut-être compétent mais n’a absolument rien accompli.

          Pendant ce temps, le patron de Boeing a fait 15 M$ en 2016 en gérant une entreprise de 150 000 employés, des revenus de 95 milliards $US et 5 milliards de profits. Même le patron d’Apple, Tim Cook, s’est contenté de seulement 11 M$ (-1,5 M$ par rapport à 2015) en 2016 parce que les profits sont en baisse de 60,3 à 60,0 milliards $US…

          Répondre
        • mars 31, 2017 à 11:01 am
          Permalink

          Bombardier transport a été vendu a 30% à la CDPQ pour $1.5 milliards.

          Répondre
          • mars 31, 2017 à 4:53 pm
            Permalink

            Bombardier transport n’a pas été vendue pas une miette, mais la DPQ a fait un investissement de $1.5 milliards. La section Transport vaut PLUSIEURS milliards de US$

          • mars 31, 2017 à 8:50 pm
            Permalink

            Bombardier a vendu 30% de Bombardier Transport à la CDPQ pour $1.5 milliard.

            Voilà c’est écrit correctement.

        • mars 31, 2017 à 12:01 pm
          Permalink

          La réponse est NON !!! Le CSeries et le Global sont les seuls programmes chez BBD aéro qui ont un avenir à long terme et raisonnablement profitable. Tous les autres programmes seront des aventures avec profit microscopique s’il y en a.

          Répondre
        • mars 31, 2017 à 1:32 pm
          Permalink

          Concernant M Beaudoin, il faut apprécier son humilité d’avoir laisser la place à M. Bellemare. (Pierre Beaudoin avait fait de belles choses précédemment, à BRP)

          Il faut aussi le remercier d’avoir lancé le CSERIES. Selon moi, il l’a fait plus pour les travailleurs et l’économie Québécoise (malheureusement, au détriment de s’enrichir via un meilleurs rendement de ses actions BBD)

          Répondre
      • mars 31, 2017 à 11:45 am
        Permalink

        Ce qu’il faut comprendre c’est que la cie leur appartient donc ils font ce qu’ils veulent et ils sont assez gros se faire torcher par le gouvernement lorsque qu’ils se sont mis dans la m.

        Répondre
        • mars 31, 2017 à 12:18 pm
          Permalink

          En fait la famille n’a que 12% des actions mais 54% des droit de vote.

          Répondre
    • mars 31, 2017 à 10:24 am
      Permalink

      Éric, objectivement je suis entièrement d’accord avec ce que tu dis dans ce commentaire, ainsi que dans le précédent. Cependant, dans ce cas précis on doit mettre de côté toute considération objective car nous sommes ici dans un contexte particulier.

      D’une part Bombardier a frôlé la failllitte et c’est le gouvernement, avec l’argent des contribuables Québécois et Canadiens, qui a sauvé la compagnie. D’autre part la restructuration de Bombardier a nécessité de faire d’importantes mises à pied chez les travailleurs de l’entreprise, et peut-être même un certain gel des salaires, je n’en suis pas certain. Or, ce qui se produit quelques semaines seulement après avoir reçu l’aide du fédéral est que les dirigeants de Bombardier s’octroient de très grosses augmentations de salaire. Dans un tel contexte c’est tout simplement indécent.

      La question n’est pas de savoir si ils le méritent ou non. je crois personnellement que oui, pour toutes les raisons que tu as énumérées. Cependant, cela démontre un manque de sensibilité politique, et surtout un grave manque de jugement, car le contexte actuel n’est pas favorable à des récompenses trop hâtives.

      Il aurait été préférable d’attendre un peu et de laisser le temps au cours de l’action de remonter de manière appréciable, et de faire progresser les ventes; ce qui est l’inverse de ce qui se produit présentement, car le niveau de l’action reste bas et le chiffre d’affaires de Bombardier continue de diminuer.

      Ce n’est donc pas une question de mérite, mais plutôt de jugement.

      Répondre
        • mars 31, 2017 à 11:47 am
          Permalink

          « Bonus en fonction des performances de l’entreprise. »

          Si je comprends bien le bonus en question ne s’applique qu’à la haute direction, n’est-ce pas? 😉

          Répondre
          • mars 31, 2017 à 12:19 pm
            Permalink

            non je parle des bonus des salariés. Pour la haute direction, les bonus ne sont définitivement pas reliés aux performances de l’entreprises…

          • mars 31, 2017 à 12:38 pm
            Permalink

            Je le sais bien, c’était une blague.

          • mars 31, 2017 à 12:34 pm
            Permalink

            @Nicholas

            Je n’avais pas consulté ce même lien que tu avais fourni avant moi, car je croyais qu’il concernait les salaires.

      • mars 31, 2017 à 12:05 pm
        Permalink

        En fait, ils ont vendu une partie de leurs actifs. C’est n’est pas une subvention. Ils devront tout racheter un jour.

        Répondre
        • mars 31, 2017 à 12:21 pm
          Permalink

          Sauf qu’aucune entreprise privé n’aurait investit aux conditions que le gouvernement a accepté.

          Répondre
          • mars 31, 2017 à 1:47 pm
            Permalink

            Oui et BBD avait chercher des investisseurs mais personne ne s’est montrer. La logique du gouvernement c’est de garder une activité économique dans le but de taxer les hamsters qui courent dans la roulette.

          • avril 1, 2017 à 2:39 pm
            Permalink

            Ça reste que le CSeries est un excellent avion et c’est ce qui compte. Bon, ils ont encore 7 à 10 ans pour sortir complètement du trou. Après cela BBD sera l’avionneur avec la plus grande croissance.

    • mars 31, 2017 à 11:28 am
      Permalink

      Si Bellemarre avait été embaucher en 2009, les choses auraient très différentes. Il fallait dormir sur la switch pour ne pas voir ce qui s’en venait.

      Répondre
      • mars 31, 2017 à 3:56 pm
        Permalink

        G. Minet D’accord avec toi….c’est là que virage aurait dû être fait. Fort probablement que les commentaires d’aujourd’hui seraient différents dans sur les réseaux sociaux.

        Répondre
  • mars 31, 2017 à 10:17 am
    Permalink

    Sans oublier que le portfolio de Bombardier, surtout pour les avions d’affaires, commence à faire réellement pitié. Il y a le Cseries, le Global 7000 et le Challenger 350, tout le reste (Q400, CRJ700/900/1000, CL650, Learjet 70/75, Global 5000/6000) doit être sérieusement modernisé ou carrément remplacé pour survivre, tout celà pendant qu’ils dépensaient 2,5 milliards pour un Learjet 85 de 17 millions $ pièce (bonjour le retour sur investissement) qu’ils ont finalement abandonné. Tout ça sous l’ère Pierre Beaudoin qui est toujours là à siphonner 7 M$ pour une réunion par mois…

    Répondre
    • mars 31, 2017 à 11:10 am
      Permalink

      Je crois que le 85 n’a pas passer les test statiques. Ils ont découvert des fissures dans la structure. C’est pour ça que le new Learjet a été abandonner pour toujours à moins qu’un nouveau proprio n’en remette dans le pot.

      Quand ce sont des familles qui contrôle un cie de cette grosseur il faut que le patriarche fasse 15-20 enfants pour espérer qu’il y en ai 2 ou 3 qui soient capable de se trouver le derrière avec ses deux mains.

      Répondre
      • mars 31, 2017 à 11:30 am
        Permalink

        oubliez ça le L85 est mort et enterré, incertifiable, il faudrait repartir de zéro ou presque. Il n’aurait d’ailleurs jamais du volé, pas pour rien qu’ils ont eu de la difficulté à trouver des pilotes.

        Répondre
        • mars 31, 2017 à 11:47 am
          Permalink

          Les pilotes ont eu peur et pourquoi ???

          Répondre
        • mars 31, 2017 à 11:54 am
          Permalink

          Oui je me souviens. La FAA ne voulait rien savoir de leur technique de fabrication «out of autoclave» qui ne garantissait pas l’absence de bulle d’air.

          Répondre
          • mars 31, 2017 à 12:41 pm
            Permalink

            voici une brève description en anglais des problèmes du L85:

            « …they had major structural problem with the monocoque fuselage (without frames and stringers). During the production of the first two planes, they realized that the fuselage was not stiff enough, so they decided to add frames and stringers like a traditional fuselage. Result: too heavy aircraft, interior dimensions way too small (even for a Learjet), impossible to meet customers requirements (range, timeline, etc), cracks all around after first flights. Some pilots refused to fly again after their first flight. And that’s only what I know, I let you imagine what I don’t know.

            In addition, both prototypes are not certifiable, it was a just a circus. »

        • mars 31, 2017 à 1:49 pm
          Permalink

          Au départ le Learjet 85 devait être conçu et fabriqué par Grob en Allemagne avec sa propre technologie. Mais Grob s’est rapidement retrouvée en faillite. C’est à ce moment là que Bombardier aurait dû tirer la plug. Mais ils ont plutôt décidé de repartir à zéro avec une technologie développée à l’interne. Résultat: un flop monumental dans lequel près de 3 milliards de dollars ont été engloutis.

          Répondre
    • mars 31, 2017 à 11:33 am
      Permalink

      Chose sûr ils ont bien fait de ne pas perdre de temps les CRJ. Le marché est encombré ce qui fait que les profit sont très minces. LE Cseries a été la seule bonne décision de Beaudoin mais l’exécution a été lamentable.

      Répondre
  • mars 31, 2017 à 10:38 am
    Permalink

    Pour ce qui est de la délocalisation, ça serait définitivement arrivée, graduellement.
    Par exemple, en commençant avec un 2e site d’assemblage, relié/conditionel à un quelconque contrats de ventes.

    Répondre
  • mars 31, 2017 à 10:55 am
    Permalink

    Pas de bon sens , il devrait avoir honte d’accepter d’être augmenter de salaire, J’ai moi même acheté 830 actions de bombardier , car entant que québécois je voulais aidé a la réussite de la c series.Triste de constater que l’argent ne sert qu’à enrichir des gens sans srupule .Sincèrement il devrait les congédier toute la gang .Et engagé les gestionnaires de wallmart …

    Répondre
  • mars 31, 2017 à 11:21 am
    Permalink

    Les dirigeants BBD nous ont mal préparer a ce choc de leurs augmentations salariales.
    Premièrement, nous pensons tous a ce que BBD a reçu de nos gouvernements, mises à pieds, revenus pas encore aux rendez-vous etc… En d’autre mots c’est a pa rapport à Bombardier aviation que nous réagissons négativement.
    Deuxièmement, BBD ne mentionne nullement qu’ils ont, avec Bombardier Transport, eus des contrats de transports pour près de $5milliards en Europe et ça, ça du mérite.
    C’est il faut penser que ces salaires sont pour Bombardier Inc. et c’est très gros, immense! Combien font le dirigeants de compagnies mondial d’une compagnie semblable? BBD sont-ils sous-payé?
    Commentaire de @Denis Girard dans un article de Radio-Canada ” Bellemare n’arrive qu’en fév. 2015 alors arrêtez de lui mettre sur le dos tous les déboires de la cie. On lui donne le mandat de trouver de l’argent et des contrats. C’est en plein ce qu’il a fait depuis son arrivée. Plus de 5 milliards de contrats et des partenariats pour plus de 3 milliards.”
    Donc la réaction des Médias, des Québécois (que je comprend) risque aussi de grand danger si les Gouvernements fassent des lois qui empêchent de telle augmentations, que la ou les compagnies déménagent leurs Sièges Sociaux, de province ou de pays!!
    Donc Bombardier Inc. en communications a complètement raté sa chance.

    Répondre
    • mars 31, 2017 à 11:39 am
      Permalink

      « Donc Bombardier Inc. en communications a complètement raté sa chance. »

      C’est ce que l’on appelle un désastre de relations publiques, et bien pire que ce que nous ont récemment démontré Air Canada et Air Transat.

      Répondre
      • mars 31, 2017 à 11:47 am
        Permalink

        Exact Normand, Je cherchais le mot juste ” relations publiques ”.

        Répondre
  • mars 31, 2017 à 11:52 am
    Permalink

    Mais vous n’avez pas compris!!! Ils ont sauver BBD de la faillite. Ça vaut beaucoup d’argent pour les sauveteurs !!!

    Répondre
  • mars 31, 2017 à 12:21 pm
    Permalink

    Jean-Philippe Décarie: « J’ai toujours été un ardent défenseur de Bombardier, la plus grosse entreprise industrielle, la plus innovante et celle qui génère le plus d’emplois manufacturiers au Québec. Mais comme tous les Québécois, j’ai été sidéré d’apprendre que l’entreprise – qui émerge laborieusement d’une crise qui a failli l’emporter – avait consenti une bonification de 50 % de la rémunération à ses six plus hauts dirigeants. Un non-sens. »

    http://affaires.lapresse.ca/opinions/chroniques/jean-philippe-decarie/201703/30/01-5084020-gros-bonis-gros-malaises.php

    Répondre
  • mars 31, 2017 à 12:55 pm
    Permalink

    « limites acceptable de l’OMC ? la plainte vient d’être déposé… »

    Nicholas, le dépôt d’une plainte n’est pas garant de son bien fondé.

    Prend le Brésil / Embraer; ils ont perdu avec fracas l’ensemble des plaintes logées contre le Canada/Bombardier. Même la dernière décision (programme « ProEX »), l’OMC avait donné au Canada 10 fois plus de droits punitifs (en $) que le Brésil.

    Répondre
    • mars 31, 2017 à 1:43 pm
      Permalink

      et l’inverse est aussi vrai. Ce n’est pas moi qui présume du verdict de l’OMC mais vous.

      Répondre
      • mars 31, 2017 à 2:30 pm
        Permalink

        Tu as raison, les mots que j’ai utilisés semblait aussi présumer de la conformité (ou non) aux règles de l’OMC.

        Disont que je suis à tout le moins optimiste, si le passé est garant de l’avenir. Surtout que le fédéral connaît les exigences parfaitement dans ce domaine, et qu’ils avaient été averti préalablement par certains pays…

        Répondre
  • mars 31, 2017 à 1:18 pm
    Permalink

    Alain Bellemare est partie prenante du conseil d’administration. Quelle a été sa réaction lorsque le comité des Ressources Humaines/Rémunération présidé par Jean Monty, ex-PDG-Bell a présenté une résolution avec le détail de sa rémunération ? Jusqu’à ce jour, Bellemare a été un manager exemplaire. Il a fait un sans faute. Sauf que, avec cette mauvaise lecture politique du contexte actuel, voilà déjà une première tâche à son tableau. 1 millions cette année et 10 millions saupoudrés sur les prochaines années (avec d’autres résultats positifs), personne n’aurait rien vu et rien dit. On doit à Pierre Beaudoin la CSeries. Il est actuellement un PDG de conseil dit « exécutif », donc il travaille comme un gestionnaire à la stratégie de l’entreprise. Sa rémunération se justifie mais est-ce qu’un tel salaire+bonis est pertinent ? Même chose: mauvaise lecture stratégique de l’ambiance. Quelqu’un au conseil a raté la « Big Picture », la vue d’ensemble. L’impair revient au conseil d’administration. Et puis, couper 14 000 têtes d’employés, demander des réductions d’impôt de 500 millions pour frais de re-structurations, puis vendre à perte des CSeries, et demander encore 500 millions de déductions pour créer une perte fiscale (qui permet de réclamer des impôts déjà payés ou à payer dans l’avenir), bof: on est quelques-uns ici à pouvoir faire çà, non ? Pour combien ?

    Répondre
    • mars 31, 2017 à 2:09 pm
      Permalink

      un conseil d’administration ne sert plus à rien depuis longtemps, c’est seulement un truc pour donner un nananne aux petits amis pour services rendu. C’est quand la dernière fois que vous avez vu un CA s’opposer au CEO, toute entreprise confondue ?

      Répondre
  • avril 1, 2017 à 3:15 pm
    Permalink

    Sans une annonce de nouvelle commande , je prévois la démission de Alain Bellemare d’ici peu.

    Répondre
    • avril 1, 2017 à 4:24 pm
      Permalink

      Ta prévision est plutôt un très gros poisson d’avril…..Tu a sans doute oublier qu’on est le (01) avril. Si ta prévision se réaliserait faudra faire une croix sur bombardier. Alain Bellemare est la pour bien des années encore. Quand on connait un peu son parcoure c’est pas un lâcheux comme on dit.

      Répondre
      • avril 1, 2017 à 7:29 pm
        Permalink

        IL est 19h29……les (5) autres dirigeants nous font languirent……..silence radio sur leurs décisions.

        Répondre
      • avril 1, 2017 à 8:20 pm
        Permalink

        La partie difficile de son travail a été la renégociation des contrats avec les fournisseurs avec des prix à la baisse sans nécessairement une monté des commandes. Je crois qu’il mérite son salaire même augmenter.

        Répondre
  • avril 2, 2017 à 10:28 am
    Permalink

    Le comité de rémunération n’aurait jamais dû faire une suggestion ou recommandation d’augmentation dans un tel contexte. Dommage il commençait à avoir une éclaircie dans les nuages noirs au dessus de bombardier Maintenant la machine est parti que faire. Seuls les (5) autres dirigeants peuvent corriger le tir. Un la fait il faut plus. La confience des acheteurs d’actions est sûrement mise à l’épreuve. Mais moi je crois que sa mais pas en doute le plan de redressement de bombardier qui est bien engagé et va ce poursuivre comme prévu. C’est plutôt la perception du public alimenté par les réseaux sociaux et certains politiciens qui pousses leurs pions en vue des prochaine élection qui est cause.

    Répondre
  • avril 2, 2017 à 3:27 pm
    Permalink

    Présentement il y a des Parti politique qui demande de renégocier l’entente sur l’investissement du gouvernement dans la Cserie. C’est complètement irresponsable. Sa va risquer d’annuler le bout de chemin que bombardier a fait pour sécurisé ces clients surtout pour la Cserie. J’ose espérer que les employé-es et leur syndicat vont donner leur juste à ces politiciens de tout parti confondu. Il y a des limites que pour des considérations politiques on joue avec des milliers d’emplois. Oui il fallait dénoncer ces augmentations non justifier. Maintenant c’est fait. Un dirigeant à rectifier le tir jusqu’à maintenant, et les employé-es et leur syndicat devrait convaincre le (5) autres de faire de même. Les politicien ont souvent des agendas qui cacher. J’espère que les employé-es de bombardier seront pas dupes.

    Répondre
  • avril 2, 2017 à 9:04 pm
    Permalink

    Une belle arnaque des journalistes.  Fred Cromer a engagé le 9 avril 2015. Donc en 2015 il a eu un salaire pour 9 mois que l’on compare avec 12 mois de salaire en 2016. La hausse n’est pas de 36% mais de 2%. John Di Bert a commencé en aout 2015, 2015 donc 5 mois en 2015  pour 3,8 millions versus 5.3 millions pour 12 mois. David Coleal engagé en juin 2015 donc 7 mois pour 3.8 millions en 2015 versus 6 millions pour 12 mois. Les présidents des 3 grandes divisions ont le même salaire de 6 millions chacun. John De Bert a été nommé président en décembre 2015. En 2015 il était chef de la technologie et chef de l’exploitation de Transport. C’est normal que son salaire ait doublé. Finalement la seul augmentation qui pose problème est celle de Pierre Beaudoin. Pour les autres c’est de la désinformations.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *