Déclaration de l’AIMTA suite à l’annonce de Mitsubishi

Pour partager cette publication :

Déclaration du Syndicat des Machinistes sur le Centre de recherche et de développement de Mitsubishi Aircraft dans la région de Montréal

Montréal 19 septembre 2019– La création des 250 emplois, rattachée au Centre de recherche est une excellente nouvelle pour le Québec. Pour nous, ça ne fait aucun doute, ce qui a motivé la décision de Mitsubishi c’est la force de notre écosystème aérospatiale, notre savoir-faire et notre expertise.

 

« La décision de Mitsubishi confirme un des éléments que nous avançons dans notre livre sur l’avenir de l’aérospatiale au Québec, souligne David Chartrand, coordonnateur québécois du Syndicat des Machinistes. Notre force d’attraction repose sur les femmes et les hommes qui font la renommée internationale du Québec dans le domaine aérospatial. Ce sont les gestes que nous avons posés pour cultiver et mettre en action nos connaissances qui font en sorte que nous sommes capables de créer et de protéger de bons emplois au Québec. Il est donc nécessaire de continuer de poser les bons gestes pour demeurer des leaders dans le domaine. »

 

Activités d’assemblages des avions régionaux, une expertise à protéger

La création des 250 emplois d’ingénieurs aérospatiales qui devront réfléchir et concevoir l’avion régional de demain est en soi une bonne nouvelle pour le Québec. Cependant, elle ne doit pas cacher le fait que la fin annoncée du programme CRJ nous expose à des pertes d’emplois et d’expertise dans le domaine de l’assemblage d’avions régionaux.

 

« Notre syndicat représente les travailleurs et les travailleuses qui assemblent le CRJ à Mirabel. Selon nous, l’intérêt de Mitsubishi envers notre écosystème aérospatial doit être vu comme une opportunité de sécuriser leurs emplois. Je perçois cette annonce comme le signal qu’il est temps de regarder ce que nous pouvons faire avec eux pour conserver nos emplois et notre expertise dans le secteur des avions régionaux. Que ce soit en tentant de prolonger la production du CRJ ou d’amener Mitsubishi à implanter une chaîne d’assemblage du Space Jet au Québec, nous devons absolument tenter une approche auprès du constructeur. Nous n’avons rien à perdre en allant dans cette direction alors que ce serait de faire preuve de manque d’opportunisme de ne pas tenter le coup», conclut M. David Chartrand.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

3 réflexions sur “Déclaration de l’AIMTA suite à l’annonce de Mitsubishi

  • septembre 19, 2019 à 4:37 pm
    Permalink

    Et oui, tous les efforts doivent êtres faits par le secteur aérospatiale Québécois et différents paliers gouvernementaux et syndicats pour inciter Mitsubishi à fabriquer des avions au Québec. Mais il faut faire vite avant que les usa leurs fassent des offres si c’est pas déjà fait et qu’ils pourraient être difficile de refuser. Du moins je pense que c’est de cette manière de faire qui pourrait peut-être faire pencher la balance en faveur du Québec. Avec les salariés du CRJ déjà expérimentés je crois que Québec à une avance non négligeable.

    Répondre
  • septembre 19, 2019 à 6:53 pm
    Permalink

    Pour bâtir leur centre d’excellence, il y a avait 3 scénario ; le japon, les USAs ou Montréal.
    Selon M. Bellamy, le talent local et l’aide financière proposé par le gouvernement Legault
    a fait pencher la balance vers Montréal (Boisbriand) pour pouvoir s’y implanter rapidement.
    Avec cette entente avec le gouvernement, la communication est déjà bien établie afin d’y
    négocier l’entente pour un plan manufacturier. Boisbriand-Mirabel; c’est pas trop loin.
    Les ingénieurs vont vouloir être sur le plancher pour voir physiquement les avions.
    Et c’est pas mal plus facile que d’aller à Renton.

    Répondre
  • septembre 20, 2019 à 7:08 am
    Permalink

    Je suis un peu déçu ils ont pris Boisbriand comme location. La ville n’est pas bien desservie par le transport en commun

    Mais peut être le gouvernement provincial du Québec souhaite développer les activités économiques dans les Laurentides.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *