Déplacement des B737MAX, Air Canada doit se décider

Pour partager cette publication :

Les 24 B737MAX d’Air Canada sont entreposés dans les six aéroports suivants : 8 à Windsor Ontario, 5 à Winnipeg, 5 à Trois-Rivières et deux aux aéroports de Calgary, Hamilton et Vancouver.  Air Canada a déjà évoqué la possibilité de tous les déplacer dans le désert américain.

 

Le retour de l’automne au Canada signifie le retour des nuits fraîche avec de fortes rosée matinales. Les mois de septembre, octobre et novembre y sont particulièrement propices. Les avions remisés pour une longue période de temps sont très sensibles à l’humidité. Elle s’incruste dans les moindres recoins d’un appareil et peut causer plusieurs problèmes. Tous les tissus deviennent alors vulnérables à la moisissure et peuvent êtres endommagés.

 

Pour Air Canada, il s’agit d’évaluer si l’exposition prolongée à l’humidité lui coûtera plus cher que les frais de déplacement. Regrouper la flotte au même endroit est un avantage quand vient le temps de tous les remettre en service. Le Canada est un très mauvais endroit pour remiser un avion à long terme et cela vaut également pour les 24 B737MAX d’Air Canada. D’ici la fin de septembre, Elle doit se décider si elle les déplacent ou pas.

 

Nos remerciements à Frédérick Tremblay pour la photo.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

7 réflexions sur “Déplacement des B737MAX, Air Canada doit se décider

  • septembre 2, 2019 à 11:00 am
    Permalink

    Je sais pas si entreposer dans une tente à température contrôler serait une alternative ???.

    Répondre
  • septembre 2, 2019 à 11:08 am
    Permalink

    Sa và prendre des pilotes braves pour les déplacements. Les correctifs pour éviter un crash comme les deux dernier se sont pas encore complètés.

    Répondre
    • septembre 2, 2019 à 11:23 am
      Permalink

      Pas vraiment, il y a des Max qui volent à chaque jour un peu partout. Les problèmes sont connu et documentés, les pilotes savent tres bien quoi faire.

      Répondre
    • septembre 2, 2019 à 11:31 am
      Permalink

      Suffit de tirer les deux disjoncteurs du trim pour avoir la paix. Bon il faut activer la roulette à la main, mais ce se fait

      Répondre
  • septembre 2, 2019 à 1:02 pm
    Permalink

    A bit off topic, but if it is so bad for an aircraft to sit around for so long, how is it that Bombardier let the CS100 50018 sit outside for almost two years before completing and delivering it? Was Swiss taking a risk in accepting that plane?

    And what does that mean for 50019 and the CS300 55017? Are they junk now?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *