L’A220 continue de dépasser les attentes

Pour partager cette publication :

Lorsque Bombardier a commencé à vendre le C Séries, elle promettait des économies de carburant de 20% par rapport aux avions existants, le B737-700NG et l’A319CEO. Après plus de deux ans en service, le C Series devenu A220 offre de 22% à 24% d’économie de carburant par rapport aux avions d’ancienne génération. En fait plus l’A220 vol sur de longues distances et plus les économies sont importantes de l’ordre de 24% et un peu plus. C’est seulement sur les vols de très courte distance (moins de 500 miles nautiques) que les économies sont de 22%.

 

L’A220 a été conçu pour être capable d’effectuer de 7 à 9 vols par jour et pour y arriver il doit être fiable. Bien qu’Airbus ne dévoile pas les statistiques de fiabilité de l’A220, on nous a informés qu’au moins une des trois compagnies qui l’opèrent obtient un taux de fiabilité dans le haut du 99% (probablement 99,8% ou 99,9%). Pour les deux autres opérateurs, le taux de fiabilité n’aurait jamais descendu en dessous de 98,5%. Les 44 A220 présentement en service ont déjà passé plus d’une centaine de révisions A et aucun problème n’a été décelé à ce jour. Voilà des performances qui sont nettement hors du commun pour un nouvel avion.

 

Bien que les moteurs de l’A220 n’aient pas connu les mêmes problèmes que ceux de l’A320NEO, Pratt & Whitney a quand même décidé d’y apporter les mêmes améliorations que sur ceux de l’A320NEO. Cela a donc perturbé les opérations des compagnies aériennes qui ont été obligées de faire de nombreux changements de moteurs. Pratt & Whitney reprend le dessus et les livraisons devraient s’accélérer en 2019.

 

L’A220 est donc un avion polyvalent puisqu’il est efficace lorsqu’il effectue plusieurs vols courts par jour et également lorsqu’il effectue quelques longs vols.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

3 réflexions sur “L’A220 continue de dépasser les attentes

  • octobre 17, 2018 à 8:12 am
    Permalink

    Bombardier j’ai toujours cru en toi!

    Répondre
  • octobre 17, 2018 à 11:03 am
    Permalink

    N’eut été des embûches politiques et de la concurrence déloyale, la CSeries était promise à un brillant avenir. Un fleuron de Bombardier et du savoir-faire aéronautique québécois.
    Mais, ce n’est que partie remise. Dans ce tournant de l’histoire vers les 2025, où les énergies fossiles seront en voie d’extinction, on verra bien ce que BBD fera avec l’argent qu’il recevra d’Airbus. Bombardier fera peut-être d’autres innovations tout aussi géniales, et peut-être même plus innovantes encore. On est des patenteux, c’est inscrit dans notre ADN.

    Répondre
  • octobre 17, 2018 à 8:16 pm
    Permalink

    Très belle réussite et surtout félicitations pour cette belle avenir et espérant des retomber pour plus tard

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *