Mitsubishi ouvrira le centre Montréalais du SpaceJet

Pour partager cette publication :

C’est à Boisbriand que Mitsubishi ouvrira le Centre Montréalais SpaceJet dès le mois d’octobre prochain. Au cours de la première année, une centaine d’ingénieurs seront embauchés afin de travailler sur la certification du M90

Voici le communiqué de presse de l’annonce:

 

Mitsubishi Aircraft Corporation annonce l’arrivée du Centre Montréalais SpaceJet au Québec

Le Centre Montréalais SpaceJet qui s’établira dans la région de Montréal aura pour objectif de soutenir la stratégie d’expansion mondiale de la compagnie

MONTRÉAL, le 19 sept. 2019 /CNW Telbec/ – Aujourd’hui, Mitsubishi Aircraft Corporation a annoncé son arrivée dans la région de Montréal au Québec (Canada). Après avoir lancé la famille d’avions régionaux Mitsubishi SpaceJet plus tôt cette année et ouvert un siège social aux États-Unis à Renton, dans l’état de Washington, la compagnie prépare la prochaine phase de sa croissance mondiale.

 

« En tant que compagnie japonaise évoluant au sein d’un marché mondial, nous établissons une présence marquée dans le monde afin de placer la famille SpaceJet sur la voie du succès », a déclaré Hisakazu Mizutani, président de Mitsubishi Aircraft Corporation. « Nous avons beaucoup de respect pour les réalisations et les compétences du Québec et sommes emballés de nous installer dans ce marché ».

 

Berceau de l’aviation commerciale au Canada, le Québec a une longue histoire jalonnée d’innovations et d’apports considérables au chapitre des avions régionaux. Il s’agit d’un centre aéronautique de renommée mondiale qui héberge des joueurs de pointe de l’industrie, dont certains sont partenaires de Mitsubishi Aircraft.

Le choix de Montréal

« Notre établissement à Montréal vient renforcer notre présence dans les principaux centres mondiaux du secteur aéronautique, comme à Nagoya et dans l’État de Washington », a affirmé Alex Bellamy, directeur, développement de produits (CDO). « Depuis la présentation de notre gamme de produits en juin dernier, les réactions sont particulièrement favorables, et nous comptons mettre sur pied une équipe qui apportera son plein soutien à nos clients et à nos partenaires transporteurs aériens. Pour nous, le Québec est un choix qui s’impose. »

 

Dès la première année dans la région de Montréal, Mitsubishi Aircraft Corporation entend créer environ 100 emplois axés sur la certification et l’entrée en service. La compagnie prévoit augmenter ce nombre d’embauches les années suivantes. Les bureaux du Centre Montréalais SpaceJet seront aménagés dans le secteur de Boisbriand.

 

« Il s’agit d’un moment exaltant pour la compagnie », a mentionné Jean-David Scott, vice-président du Centre SpaceJet de Montréal. « Je suis fier de faire partie d’une équipe qui se consacre au futur de l’aviation régionale et de contribuer à produire des retombées dans la région. »

 

La compagnie tiendra une journée de recrutement le samedi 21 septembre aux studios MTL Grandé au 1862, rue Le Ber, à Montréal. Elle lance une invitation aux professionnels expérimentés en aéronautique, dont l’intérêt principal est le développement de produits. Pour de plus amples renseignements et pour vous inscrire, veuillez cliquer ici.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

22 réflexions sur “Mitsubishi ouvrira le centre Montréalais du SpaceJet

    • septembre 19, 2019 à 9:56 pm
      Permalink

      Pas vraiment un prêt car il sera remboursé par les impôts payé par les employés, donc éventuellement ce sera une subvention.

      Répondre
      • septembre 20, 2019 à 12:25 am
        Permalink

        Cela reste un prêt tant qu’il n’y a pas embauche d’employés. Il s’agit d’une sorte de police d’assurance en cas de défaut sur l’entente.

        Répondre
      • septembre 20, 2019 à 7:26 am
        Permalink

        Mais Investissement Québec considère ça comme un prêt puisque le 12 millions sera rembourser par Mitsubishi si les embauches de 250 personnes minimum ne sont pas complètés d’ici 5 ans. Si j’ai bien compris le remboursement du 12 millions sera fait à partir des impôts payer par les employé-es embauchés. Le gouvernement sans doute capitalise sur le fait que sans se prêt remboursable Mitsubishi n’avait aucune obligation d’embaucher un minimum de 250 personnes sur cinq ans dont une perte de revenu probable en impôt pour Revenu Québec. On pourrait croire que c’est une forme de subvention puisque ces impôts à auteur de 12 millions vont aller à Investissement Québec au lieu de Revenu Québec donc un manque de revenu pour cette organisme pour un temps donner seulement. Cet non entré d’impôt pour Revenu Québec pour un temps limiter seulement aurait été beaucoup plus grande dans le temps si Mitsubishi ne serait pas obliger d’embaucher un minimum d’employé-es sur cinq ans. C’est une obligation semblable qui à était fait à Bombardier/Airbus pour s’installer à Mobile, soit forcer d’embaucher xx nombres d’employé-es sur xx nombres d’années si non des prêts ou subventions devraient être rembourser de ce j’ai compris et ils avaient aussi d’autres obligations. Investissement Québec peu faire que des prêt je crois. C’est quand même une formule originale pour inciter des companies à s’installer au Québec.

        Répondre
        • septembre 20, 2019 à 11:04 am
          Permalink

          Les employés paieront de l’impôt qu’il y ait prêt ou pas, donc le prêt ne sera pas remboursé, il faut appeler un chat un chat….. Je ne dis pas que c’est mauvais, seulement que la terminologie utilisée est douteuse.

          Répondre
          • septembre 20, 2019 à 4:04 pm
            Permalink

            Cette nouvelle manière de procéder pour de l’aide aux entreprises pourrait bien avoir une meilleur acceptabilité sociale. On la bienvue dans le prêt d’un milliard à bombardier en 2016. C’est un seul ministre qui à eux le courage de sauver la mise paraît-il. L’acceptabilité sociale sa donne au gouvernement une sorte de légitimité à ces prises de décisions et actions. Pour la première étape le gouvernement à sorti l’artillerie légère $$$ pour inciter Mitsubishi à prendre racine au Québec, maintenant c’est fait. Pour la deuxième étape faudra surement sortir l’artillerie lourde $$$$$$$$$ pour convaincre l’avionneur Japonnais de fabriquer des avions au Québec. Les Américains ne manquerons pas de sortir leur très grosse artillerie lourde $$+++++++.Peu importe la terminologie utilisée l’important c’est le résultat que sa donne pour inciter des entreprises à s’installer au Québec. Disont que c’est un prêt pour satisfaire aux règle d’Investissement Québec mais qui pourrait être qualifier de subvention spéciale. Mais pour le peuple c’est mieux que sa soit qualifier de prêt remboursable peu importe la forme. Le 12 millions và revenir dans les coffres d’Investissement Québec.

          • septembre 20, 2019 à 6:35 pm
            Permalink

            Preuve que les québécois sont ignorants, le milliard dans le Cseries est une prise de participation, les chances de récupérer l’investissement sont de beaucoup supérieure, puisque celles avec MITAC sont à peu près nulles.

          • septembre 20, 2019 à 10:44 pm
            Permalink

            Pourquoi les chances que Mitsubishi de rembourser le 12 milions serait à peu près nulles. Que serait la mécanique qui sous-tendrait cette nullité de remboursement possible???.

          • septembre 21, 2019 à 6:25 am
            Permalink

            Il suffit d’embaucher les 250 personnes au salaire prévu dans l’entente et Mitsubishi n’aura rien à rembourser.

          • septembre 21, 2019 à 9:35 am
            Permalink

            Comme je l’ai dit, je ne suis vraiment pas contre ce type d’aide, au contraire si ça fonctionne tant mieux, mais appeler ça un « prêt remboursable » c’est purement pour tromper le public et leur faire croire que ce n’est pas une subvention…

          • septembre 21, 2019 à 3:44 pm
            Permalink

            Le 12 millions vient d’Investissement Québec le gouvernement ne peu pas utiliser le terme « subvention » selon les règles de cette organisme. Le 12 millions và retourner chez Investissement Québec à partir des impôt payer par ceux qui auront été embaucher. Comme porte de sortie pour une « subvention » qualifier de prêt le gouvernement semble dire que si j’aurait pas fait se prêt, mitsubishi aurait peut-être pas embaucher jusqu’a 250 employés minimum sur 5 ans. À la limite l’avionneur aurait pu s’installer au usa. Curieux, cette nouvelle formule semble avoir reçu une meilleur acceptabilité sociale qu’antérieurement, les critiques dans les médias et réseaux sociaux sont presque inexistants. Autrement dit sa passer comme une lettre à la poste. Faut dire que se n’est qu’un maigre 12$ millions. Quand sa sera des centaines de millions ou quelques milliards en utilisant la même formule je sais pas si le public và avoir la même acceptabilité sociale sa reste a voir. En divisant les centaines de millions ou milliards en petits montants sur une période de temps donner sa devrait bien passer. Pour Mitsubishi je crois que c’est qu’un début d’aide si jamais il décide de fabriquer des avions au Québec. À SUIVRE.

          • septembre 21, 2019 à 6:16 pm
            Permalink

            Ok si tu préfères c’est un prêt remboursable qui sera remboursé par le gouvernement du Québec…

          • septembre 22, 2019 à 10:37 am
            Permalink

            Et oui, c’est une façon de créé une acceptabilité sociale pour de l’aide aux industries et en contre-parti les obligés à embaucher des employés pour bénificier de « subvention » sous forme de prêt remboursable selon le terme utiliser. Tant mieux sa semble fonctionner.L’acceptabilité sociale c’est la nouvelle marotte du gouvernement Québécois. La CAQ à bien des tours dans son sac. @@@@@@Rembourser un prêt à même les impôts payer par les employés j’espère que les banques en accord avec le gouvernement vont adopter la même formule pour nos hypothèques résidentielles. 🤣🤣🤣🤣.

          • septembre 22, 2019 à 11:10 am
            Permalink

            L’actuel gouvernement avait été très critique sur la manière dont les libéraux étaient venus en aide à Bombardier. Ici ont tante de créer une nouvelle méthode d’intervention qui force l’entreprise à donner des résultats, dans ce ca çi c’est la création d’emplois bien rémunérés. Le temps nous dira si cette méthode est efficace.

    • septembre 20, 2019 à 8:42 am
      Permalink

      Si ça ouvre la porte à l’implantation d’une usine qui embauche 1000 personnes à environ 70k par année (Oui, des assembleurs peuvent gagner plus que des ingénieurs car j’en suis un); le prêt initial va être remboursé assez vite. Ça c’est dans compter les taxes prélevées sur la vente d’appareils… Le gouvernement sait où aller piger ses revenus et il va tout faire pour conclure un marché; peut importe l’opinion public. Entk, c’est mon avis. MHI ce n’est pas la famille Beaudoin.

      Répondre
    • septembre 20, 2019 à 12:02 pm
      Permalink

      certainement, j’avales cet formule (pour garder des jobs a quebec) mieux que celui de JT pour SNC.

      Répondre
    • septembre 20, 2019 à 12:15 pm
      Permalink

      Selon cet article c’est des salaires à 132k$, donc des top guns pour la certif! Ce sera le retour au bercail de plusieurs exhilés avec l’ajout de personnes clés. Par la suite je présume que tout le personnel in-service du CRJ y sera localisé.

      Est-ce qu’on sait où physiquement sera situé l’édifice??

      Répondre
      • septembre 20, 2019 à 5:03 pm
        Permalink

        132.000$ pas seulement du salaire, ne pas oublier le coût des avantages sociaux. Donc en résumé 1$ de salaire pour 1$ et plus d’avantages, non négligeables pour ceux et celles qui se qualifieront pour décrocher une job bien payé, pas trop de poussière et en plus de travailler dans un environnement extrêmement plaisant.

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *