Pas de tarifs pour l’usine de Mobile

Pour partager cette publication :

Selon ce que rapporte Reuters, la production à l’usine d’Airbus à Mobile en Alabama serait exemptée des tarifs douaniers à venir.

 

Les États-Unis

Le Gouvernement américain s’apprête à donner suite à la décision de l’OMC d’autoriser les tarifs sur l’importation de biens européens. Cette décision est le résultat de la plainte de Boeing contre Airbus pour les subventions aux programmes A380 et A350. Les États-Unis s’apprêtent donc à imposer un tarif de 10% sur les avions gros porteurs d’Airbus.

Les pièces d’avions et sous-ensembles, comme ceux livrés à l’usine d’Airbus à Mobile, seraient exemptés de tarif. La production de l’A220 ne sera donc pas affectée. Cela a pour but d’éviter de taxer les pièces que Boeing importe d’Europe pour fabriquer ses avions. Le gouvernement américain imposera également des tarifs sur une multitude de biens européens jusqu’à la hauteur de 7 G$.

 

L’europe

De son côté, l’Europe a clairement indiqué qu’elle répliquerait avec l’imposition de tarifs sur les biens américains. De plus, la plainte d’Airbus contre Boeing devant l’OMC devrait aboutir dans environ six mois. Il faut s’attendre à un résultat identique qui ne fera qu’exacerber la guerre commerciale.

 

En 2020, l’Europe pourrait décider d’imposer une taxe sur le B737MAX alors que celui-ci sera autorisé à voler de nouveau. Une taxe de 10% ou de 25% sur le MAX en Europe lui fermerait ce marché et compromettrait sa survie. D’autant plus que la Chine est elle aussi en guerre commerciale avec les États-Unis et qu’elle impose actuellement une taxe de 25% sur les avions américains.

 

Boeing

En 2017, Boeing était convaincue de son bon droit dans sa plainte contre Bombardier. Le résultat lui a été catastrophique : elle a perdu le contrat canadien des avions de chasse et les ventes de l’A220-300 dominent outrageusement celles du B737-MAX7.

 

Elle se lance maintenant dans une lutte avec Airbus et toute l’Europe en oubliant qu’elle est subventionnée elle aussi. Rien de bon ne pourra sortir de cette guerre et tout le monde y perdra au change. Mais Boeing semble pratiquer la politique de la terre brûlée.

 

Les révélations des derniers mois ont mis en évidence les carences en ingénierie de Boeing. Suite aux déboires du MAX, Boeing a embauché une pléthore d’avocats afin de l’assister. Si elle avait donné la priorité à l’ingénierie au cours des dernières années, elle n’en serait pas là.

 

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

10 réflexions sur “Pas de tarifs pour l’usine de Mobile

  • octobre 3, 2019 à 8:33 am
    Permalink

    Les Américains décrètent une taxe de 10% sur les avions d’Airbus importés d’Europe. Il semble que ce qui est produit sur le continent soit exempté. Il faudra voir si les importations en provenance de Mirabel seront assujetties aux taxes.

    Cela pourrait ouvrir une porte toute grande à l’introduction d’une version 500 destinée principalement au marché de l’Amérique du Nord. Cette version pourrait représenter une alternative intéressante pour les transporteurs aériens aux prises avec des défis de taille pour satisfaire leurs besoins.

    Répondre
    • octobre 3, 2019 à 9:24 am
      Permalink

      Mettre au point et livrer le premier A220-500 prendra assurément des années et les tarifs seront abolis bien avant. La guerre commerciale déclenchée par les USA ne pourra durer très longtemps.

      Répondre
      • octobre 3, 2019 à 10:04 am
        Permalink

        C’était prévisible. C’est une occasion saisie par le gouvernement américain pour soutenir Boeing dans sa vertigineuse chute. Je ne suis pas certain que ces taxes ne dureront pas longtemps. Je parie même qu’il y aura plus d’interventions salvatrices dans les mois qui suivent.

        Ce qui est triste dans tout ça, c’est que ce sont les consommateurs qui paient la note, à tous les points de vue. On devra se contenter d’un avion scrap, le MAX, et payer davantage pour ses transports aériens. Ça pousse le monde un peu plus au bord de la récession. Pendant ce temps, les gestionnaires et les lobbyistes reçoivent des tonnes de beaux dollars. Vraiment brillant!

        Les États-Unis voleront en Boeing, et le reste du monde en Airbus.

        Ceci dit, j’espère aussi que cette folie prendra fin et que le bon sens prévaudra.

        Répondre
  • octobre 3, 2019 à 4:15 pm
    Permalink

    Pas avant le 18 octobre pour que des sanctions américaines entre en force sur les avions Airbus produit en Europe. Difficile à croire parce que l’Europe và surement appliquer des sanctions sur les avions Boeing. L’avionneur américain và probablement demander au gouvernement us de ne pas appliquer des sanctions puisque que boeing risque d’être doublement pénaliser avec les MAX qui pourraient bien ne pas retourner en Europe de sitôt.

    Répondre
      • octobre 3, 2019 à 5:58 pm
        Permalink

        Airbus cherche à négocier.

        Je pense que les arguments mis de l’avant par Airbus laissent la Maison Blanche de glace. Il y a très peu de considération chez-eux pour la stabilité des échanges commerciaux ou de l’économie mondiale. Le président Trump n’en a que pour Boeing et le secteur secondaire des États-Unis.

        Avec ce qu’on voit dans l’enquête de destitution, on constate bien le type de marchandage qui est priorisé. Du côté de l’administration Trump, on peut imaginer aisément que l’utilisation des taxes sur Airbus puissent servir de monnaie d’échange pour contraindre l’EASA à certifier le MAX selon les critères de la FAA. J’imagine que cela puisse faire partie des attentes, ce qui constituerait un sérieux coup à pouce à Boeing. L’UE tendra-t-elle son bout?

        Pas facile…

        Répondre
  • octobre 7, 2019 à 4:19 pm
    Permalink

    Une solution négociée pour le secteur aérospatiale finira bien par arriver pour éviter le tarif de 10% prévu pour le 18 octobre 2019 sur les Airbus produit en Europe de la part du gouvernement américain puisque les Européens vont surement faire la même chose pour les avions Boeing produit au usa. Les Airbus produit aux États-Unis seront exclus de se tarif selon les autorités américaines.
    Pas de chance pour Boeing qui produit pas d’avion en Europe……..http://airinsight.com/a-deeper-look-at-the-wto-impact-airbus-vs-boeing/

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *