Rouge est devenue l’avantage compétitif d’Air Canada

Pour partager cette publication :

Les débuts

C’est en juillet 2013 que la filiale à rabais d’Air Canada, Rouge a débuté ses opérations.

 

Afin de réduire les coûts d’exploitation de Rouge, Air Canada est parvenue à négocier une entente avec le syndicat qui représente ses pilotes à la fin de 2014; selon cette entente, les pilotes de Rouge gagnent moins cher que les pilote d’Air Canada et surtout ils font plus d’heures de vol. L’entente prévoyait que le parc aérien de Rouge serait limité à 50 appareils, mais des modifications et des dispositions spéciales ont permis à Rouge de dépasser ce nombre. Tous les employés de Rouge ont des conditions de travails inférieures à celles de leurs collègues d’Air Canada.

 

La plupart des avions de la flotte de Rouge sont de vieux appareils qui étaient dans la flotte d’Air Canada dont les baux ou contrats de financement sont venus à terme. Ces appareils libres de lien sont amortis et leur coût en capital est très bas, voir quasiment nul. Cette réduction dans les frais de capitaux dépasse largement la consommation supérieure de carburant des vieux avions.

 

Les coûts d’opération chez Rouge sont inférieurs de 30% à ceux d’Air Canada. Sa compétitivité lui a permis de connaître une expansion rapide sur le marché des destinations vacances. À peine quatre ans après le début de ses opérations Rouge a atteint la limite de 50 appareils en exploitation.

 

La deuxième phase

Au début de 2018, la direction d’Air Canada a annoncé qu’elle entendait utiliser les appareils de Rouge sur des liaisons intérieures pour faire compétition à Swoop, la filiale à bas prix de WestJet. L’arrivée des vols de Rouge sur des lignes intérieures n’a causé aucun problème avec le syndicat des pilotes puisqu’ils viennent remplacer des avions opérés par les transporteurs régionaux affiliés à Air Canada.

 

Sur certaines liaisons régionales, le succès des vols de Rouge a été immédiat et a dépassé les attentes; les liaisons Québec-Toronto et Québec-Montréal sont un très bon exemple. La cabine des A319, A320 et B767 de Rouge offre beaucoup plus d’espace et de confort et permet d’offrir une plus grande gamme de services et d’optimiser les revenus, mais avec un coût d’exploitation inférieur.

 

La rentabilité des vols régionaux exploités par Rouge donne une plus grande flexibilité à Air Canada qui est alors en mesure de faire une utilisation optimale de sa flotte et de son réseau. À chaque fois qu’Air Canada décide d’utiliser un appareil de Rouge sur une liaison régionale, elle libère entre 1.5 et deux avions régionaux pouvant être redéployés ailleurs sur le réseau, là il y a de la place pour la croissance.

 

Selon ce qu’a publié Air Canada lors de la divulgation de ses résultats annuels, la flotte de Rouge comptera quatre A321 et six A320 de plus d’ici la fin de l’année, portant le total d’avions qu’elle exploite à 63. La rentabilité de Rouge ainsi que sa flexibilité permet à  Air Canada de l’utiliser sur des vols régionaux, transfrontaliers et internationaux, c’est un très gros avantage compétitif pour Air Canada.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *