L’entrée en service de l’A220-300 chez Air Canada

Pour partager cette publication :

Cette semaine, on parle de l’entrée en service de l’A220-300 chez Air Canada, d’électro-Kut, de Bombardier et de Boeing.

Les Ailes du Québec se joint à Mentoraero pour produire l’Aéropod  des podcast sur l’actualité aéronautique.

 

André Allard des Ailes du Québec et Gregory Blanc de Mentoraero sont les commentateurs. C’est Claudia Ouellet qui anime et discipline les deux avgeek.

 

La formule de l’Aeropod se rapproche de celle du blogue alors que nous discutons de sujets d’intérêt. Si vous avez des commentaires ou des corrections à apporter, nous vous invitons à le faire. Éventuellement, il sera possible d’enregistrer vos commentaires pour les faire entendre sur l’Aeropod.

Le seizième enregistrement est maintenant disponible

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

9 avis sur “L’entrée en service de l’A220-300 chez Air Canada

    • janvier 23, 2020 à 7:05 am
      Permalink

      Dans le bas du texte de l’article, il faut cliquer sur le mot seizième qui est en bleu.

      Répondre
  • janvier 23, 2020 à 12:52 pm
    Permalink

    Haha Andr3, « seizième », pas sexisme…

    Répondre
    • janvier 23, 2020 à 1:02 pm
      Permalink

      LOL! L’auto correcteur et moi qui ne vérifie pas, tous les deux ont fait une belle paire pour des gaffes.

      Répondre
  • janvier 23, 2020 à 1:02 pm
    Permalink

    A Davos, Legault commente le demande de fonds supplémentaires qu’Airbus demande à IQ et BBD afin d’accélérer la xadence de production du CSeries.

    –>> Mais Legault mentionne explicitement que c’est aussi pour le CS500…

    http://www.journaldemontreal.com/2020/01/23/legault-inquiet-de-lavenir-financier-de-lex-c-series

    PS: J’espère que cette demande de fonds supplémentaires n’est pas une astuce d’Airbus afin d’acquérir les 49.9% restant à rabais. (Ça me rappelle la saga des Expos et le marchand d’oeuvre d’art qui avait ramassé les Expos poir des peanuts)

    Répondre
  • janvier 23, 2020 à 1:42 pm
    Permalink

    Cet empressement à augmenter encore plus la cadence de production semble possiblement indiquer que certaines grosses commandes sont en attente.

    Je pense surtout à Delta – qui devra changer sa grosse flotte de MD80. (Donc on parle içi de CS500).
    FWIW, ces MD80 sont souvent « en repos » en periodes creuses, notamment les mardis&mercredis.

    Pour Delta, ces A220s devront obligatoirement provenir de Mobile. Je peux comprendre alors les hésitations de Legault…

    Répondre
    • janvier 23, 2020 à 1:51 pm
      Permalink

      pas certain que les A220-500 de Delta seraient obligatoirement fabriqués au USA. En ce moment l’avion est déjà américain à 60% et surtout grâce à UTC qui est fournisseur de 50%* de son coût de production. Si Spirit (qui achète l’usine de Belfast et le procédé) décidait de fabriquer les Ailes du 500 à Wichita, c’est plus de 70% de sa valeur qui proviendrait des USA. Dans le contexte de la crise du MAX et de sa chaine d’approvisionnement en difficulté, faire du protectionisme sur l’A220-500 serait une bien mauvaise idée. Remarque que c’est moi qui parles, pas sur que tous appliquent la même logique aux USA.

      *en écrivant ce texte, je me suis fait la réflexion suivante, étant donnée la position dominante d’UTC sur l’A220. Est-ce possible que cette dernière demande des augmentations de cadence substantielles avant de baisser ses prix. « On jase là »

      Répondre
  • janvier 23, 2020 à 1:44 pm
    Permalink

    Pour l’accélération de la cadence, il y a deux aspects à considérer. Bombardier en tant que sous-traitants pour la fabrication de pièces (Cockpit, ailes, fuselage). Pour cet aspect, il ne semble pas avoir de problème, BBD a annoncé un agrandissement de 60% à Belfast et je suppose qu’il fera de même à Montréal avec la possibilité de vendre des unités de productions si nécessaire. Le 2e aspect est au niveau du partenariat dans Airbus Canada. Investir dans les FALs et le lancement du 500. C’est peut être à ce niveau que Bombardier réfléchi.

    Répondre
  • janvier 23, 2020 à 2:05 pm
    Permalink

    Claude: « Investir dans les FALs et le lancement du 500. C’est peut être à ce niveau que Bombardier réfléchi »

    Notamment concernant la rétention éventuelle des employés chez BBD… Imaginez que l’on double ou triple le nombre d’employés à Airbus Mirabel. (« on jase là »)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.