Mot de l’éditeur

Jusqu’à maintenant, l’année 2019 a été fertile en surprises et rebondissements dans l’industrie aérospatiale. Tout indique qu’il y en aura d’autres d’ici le 31 décembre prochain.

Les deux prochains mois seront déterminants pour l’avenir de l’industrie aérospatiale : Boeing doit soumettre ses dernières modifications du MAX  à la FAA. Par la suite, la communauté internationale devra également se pencher sur la sécurité du MAX. Les décisions qui se prendront d’ici la fin de l’année influenceront la manière dont se fera la certification des avions pour la prochaine décennie, à tout le moins. Le pire des scénarios serait l’absence d’un consensus.

Le retrait d’Airbus de l’appel d’offres pour le remplacement des CF-18 est un signal évident que le choix est déjà fait. Puisque ce sera le CF-35 alors aussi bien s’y résoudre et commencer les représentations afin d’obtenir que son entretien soit fait au Québec. Surtout que les élections fédérales approchent à grands pas.

Mitsubishi est l’autre nom dont nous reparlerons dans les prochains jours. Le géant japonais s’intéresse au Québec et à son potentiel.

André Allard
1er septembre 2019