Mot de l’éditeur

Janvier 2019

Une nouvelle année débute et voici quelques points à surveiller en 2019.

Bombardier ne devrait pas tarder à faire parler d’elle en janvier alors que les premières confirmations de suppression de postes devraient être connues avant la fin du mois. Il faudra voir quelles seront les catégories d’emploi les plus touchées et avec quelle rapidité les entreprises de la grappe aérospatiale seront capables de réembaucher les travailleurs concernés.

Aéro Montréal joint sa voix à celle de l’Association des industries aérospatiales du Canada afin d’établir une vision à long terme et de convaincre les différents partis politiques fédéraux de la nécessité d’avoir un plan stratégique pour l’industrie. Fait à remarquer, au Québec tous les intervenants s’entendent sur la nécessité d’avoir un plan et une vision à long terme; il ne reste plus que le gouvernement fédéral à convaincre. C’est donc un dossier dont on devrait entendre parler d’ici le déclenchement des élections à l’automne prochain.

 

L’avenir du programme CRJ devrait faire les manchettes à quelques reprises; si Bombardier annnonce son intention de continuer dans le domaine des avions régionaux, elle aura beaucoup de difficulté à renverser la perception actuelle selon laquelle elle serait plutôt en train de quitter ce secteur pour de bon.

Le lancement de la production du Global 7500 ainsi que la fin de la campagne de certification des Global 5500 et 6500 devrait permettre à Bombardier Avions d’affaires de faire les manchettes pour de bonnes raisons.

La certification du PW812D pour le Falcon 6X se poursuit et la prochaine très grosse nouvelle concernant la gamme PW800 pourrait survenir cet été; si le moteur Silvercrest du concurrent Safran ne rencontre toujours pas ses promesses, Cessna devra opter pour le PW800 ou carrément  laisser tomber le programme d’avion Hemispher. En janvier, Pratt & Whitney Canada devrait dévoiler l’acquisition d’un Dash-8-100 ainsi que l’utilisation qu’elle compte en faire.

La production du Bell 505 ayant atteint son rythme de croisière, il faudra surveiller si la cadence se maintient afin de savoir comment les ventes se portent. Au cours de la première moitié de 2019, le Bell 505 devrait franchir le cap des 200 livraisons, un ralentissement de cadence serait un indice que le carnet de commandes commence à s’épuiser.

L’année 2019 marquera le retour d’un spectacle aérien d’envergure dans la région de Montréal alors que l’ÉNA tiendra son salon aérien le 1er et 2 juin.

 


Accédez à l’historique: