Mot de l’éditeur

Juin 2019

Un gros mois de juin en perspective : l’AéroSalon, les négociations entre Air Canada et Transat A.T, le salon du Bourget, les négociations entre l’AIMTA et Toulouse sont à l’ordre du jour.

2019 risque fort de passer à l’histoire avec le plus petit chiffre de vente d’avions neufs des dix dernières années. Le Bourget 2019 s’annonce très tranquille côté commandes; s’il y a un gros coup d’éclat cette année durant la grande kermesse annuelle de l’aéronautique, c’est du côté des alliances stratégiques qu’il viendra.

Pour ma part, je compte bien suivre de près la délégation québécoise afin de vous tenir informés des derniers développements.


Mai 2019

Après le dévoilement des résultats financiers de Bombardier le 2 mai, il y aura ceux d’Air Canada le 6 mai, d’ADM le 8 mai et de CAE le 17 mai. C’est un mois qui s’annonce occupé, surtout qu’il y aura l’European Business Aviation Convention and Exhibition (EBACE) à Genève du 21 au 23 mai.

S’il est plus petit que le NBAA, son pendant américain, EBACE est l’événement dans l’aviation d’affaires qui regroupe le plus grand nombre de décideurs ce qui en fait l’endroit par excellence pour y présenter de nouveaux produits. Plusieurs rumeurs concernent Pratt & Whitney Canada dont les projets les plus avancés pourraient y être dévoilés.

Immédiatement après EBACE, il y aura la tenue de l’Aéro Salon les 1er et 2 juin à l’aéroport de Saint-Hubert. Le retour d’un spectacle aérien dans la région de Montréal est une bonne chose pour l’industrie aérospatiale. Il est à souhaiter que la météo collabore à faire de ce spectacle un succès.

Du 5 au 11 mai, je me joindrai à un groupe de journalistes en aérospatiale à Bangkok en Thaïlande où nous aurons l’occasion de nous familiariser avec l’industrie aérospatiale de ce pays. L’horaire très chargé de cette visite organisée laisse peu de temps pour la rédaction de textes mais j’espère être en mesure d’en produire quelques-uns durant ce séjour.


Avril 2019

Lorsque j’ai commencé à couvrir l’industrie aérospatiale et du transport aérien en 2014, mon but était de parler d’avions ;  j’étais loin de me douter que j’aurais à couvrir autant d’intrigues commerciales et industrielles. Or, depuis ce temps, les scénarios hollywoodiens se succèdent et les rebondissements sont souvent spectaculaires.

Les deux tragédies ayant coûté la vie à 346 personnes impliquant le B737MAX8 nous rappellent que les avions sont d’abord conçus, assemblés, entretenus et opérés par des organisations où l’humain est responsable de tout. Par conséquent, les facteurs humains sont encore la cause première des tragédies aériennes et j’ose espérer que l’aviation civile internationale saura tirer les bonnes conclusions de ces deux tragédies afin d’améliorer la sécurité aérienne comme elle l’a toujours fait par le passé.

Le mois d’avril en est un de grands changements pour Les Ailes du Québec et pour moi car le site devient maintenant mon occupation principale, ce qui veut dire que j’aurai encore plus de temps pour couvrir l’industrie d’ici dans le but de vous informer sur ce qui se passe ici.

Comme vous pouvez le remarquer, nous lançons également notre première campagne de publicité que nous avons mise au point nous-mêmes. Notre premier client est la grappe aérospatiale du Vermont qui relève de la Chambre de commerce de cet état. Aéro Montréal et la Chambre de commerce du Vermont ont une entente visant à développer la collaboration entre les deux grappes et c’est pour inciter les entreprises d’ici à participer au sommet sur la chaîne d’approvisionnement du Vermont au mois de septembre que la Chambre de commerce du Vermont nous a accordé ce mandat.

Un nouveau collaborateur se joindra à nous en avril, il s’agit de Gregory Blanc qui est un diplômé de l’ÉNA en entretien; il est un formateur spécialisé en turbine à gaz ainsi qu’en facteurs humains.

Il est le fondateur de Mentor Aero qui dispense de la formation et du soutien technique et travaille avec des compagnies spécialisées en MRO ainsi qu’avec des petits et moyens opérateurs; la gamme des moteurs PW100 n’a plus de secret pour lui. Il aura sa page sur notre site qui s’appellera Le coin à Gregory où il se concentrera sur la diffusion de contenu technique.

Les rumeurs de nouveaux projets chez Pratt & Whitney Canada se multiplient par les temps qui courent. Nous suivons le tout de près, mais on ne s’attend pas à d’autres annonces en avril, à moins que les fuites d’information ne prennent de l’ampleur. C’est fort probablement à Genève au mois de mai lors de l’European Business Aviation Convention & Exhibition (EBACE), que Pratt fera ses annonces importantes.

Au mois d’avril, on devrait connaitre les résultats financiers du premier trimestre d’Air Canada; c’est à ce moment que l’on aura une idée plus précise des impacts du retrait du B737MAX8 de la flotte.

Bombardier devrait également publier ses résultats financiers en avril et c’est également au cours de ce mois que la transaction avec Longview Aviation Capital devrait être conclue permettant le transfert de propriété du programme d’avions Q400.


Mars 2019

Du mois de septembre 2018 au mois de janvier 2019, la croissance moyenne du nombre de passagers du secteur international à Montréal-Trudeau a été de 14,2%. Étant donné qu’à cette période de l’année ce sont surtout les destinations soleil qui sont populaires, on s’attend à ce qu’Air Transat dévoile de très bons résultats pour son trimestre couvrant les mois de novembre, décembre et janvier. On devrait également en savoir un peu plus sur l’arrivée des premiers A321NEO et A321LR dans la flotte d’Air Transat; espérons qu’Airbus n’a pas accumulé d’autres retards.

Cela fait déjà plusieurs semaines que les appels d’offre pour le projet d’agrandissement de 2 G$ à Montréal-Trudeau ont été reçus et ils sont présentement en phase d’analyse ; une annonce du projet sélectionné en mars n’est pas impossible, sinon ce sera en avril à l’occasion de l’assemblée générale annuelle.

L’assemblée générale annuelle de la Direction de l’aéroport Saint-Hubert-Montréal se tiendra d’ici la fin du mois afin de procéder à la nomination des nouveaux membres du conseil d’administration et de renouveler le mandat de ceux qui restent. Le nouveau conseil d’administration prendra connaissance de l’étude sur la construction d’un terminal passager à Saint-Hubert. Ils devront ensuite choisir une date pour sa divulgation au grand public.

En mars, Bombardier devrait être en mesure de fournir plus de détails sur les spécifications du CRJ-550. Il serait surprenant que d’ici le Salon Aéronautique du Bourget en juin, Bombardier soit en mesure de convaincre Delta et American de sortir la plume Mont-Blanc afin de signer une commande, mais à Paris tout est possible.

 


Février 2019

Le 4 février, l’AIMTA présentera un document qui fait le portrait de l’industrie canadienne de l’aérospatiale ainsi que ses recommandations pour une politique à long terme de cette industrie. Il ne faudrait pas se surprendre que plusieurs des recommandations que fera l’AIMTA obtiennent l’appui des organisations patronales, car il semble se dessiner un consensus dans l’industrie surtout autour de la nécessité d’avoir une politique nationale de l’Aérospatiale.

Février est le mois des résultats trimestriels pour plusieurs entreprises en aéronautique;  Héroux-Devtek débutera le bal le 7 février suivi le lendemain par CAE. La semaine suivante, nous aurons les résultats annuels de Bombardier le 14 et Air Canada le 15.

Au dernier trimestre, Héroux-Devtek était en route pour une croissance annuelle de l’ordre de 6% à 7% pour des ventes annuelles entre 460 M$ et 460 M$ et tout indique qu’elle maintiendra le cap jusqu’à la fin de l’année.

Du côté de CAE, c’est la finalisation de l’achat des activités de formation des pilotes de Bombardier qui devrait retenir l’attention. Pour le reste, CAE n’est pas une habituée des coups d’éclat.

Après les annonces surprises de la vente du programme Q400 et des coupures faites au troisième trimestre, il faut s’attendre à une journée plus calme pour Bombardier. C’est du côté du carnet de commandes de la division des avions d’affaires que nous porterons notre attention. Le Global 7500 étant maintenant certifié et en opération, cela devrait avoir un effet d’entraînement sur les ventes.

Si on se fie aux statistiques d’achalandage des aéroports canadiens, Air Canada devrait connaître un très bon quatrième trimestre pour ce qui est du taux d’occupation. L’hiver hâtif dans l’Est du pays a certainement contribué à remplir les vols vers les destinations soleil. Il faudra voir si la compagnie aérienne a été en mesure de profiter de la baisse du prix du carburant.

 


Janvier 2019

Une nouvelle année débute et voici quelques points à surveiller en 2019.

Bombardier ne devrait pas tarder à faire parler d’elle en janvier alors que les premières confirmations de suppression de postes devraient être connues avant la fin du mois. Il faudra voir quelles seront les catégories d’emploi les plus touchées et avec quelle rapidité les entreprises de la grappe aérospatiale seront capables de réembaucher les travailleurs concernés.

Aéro Montréal joint sa voix à celle de l’Association des industries aérospatiales du Canada afin d’établir une vision à long terme et de convaincre les différents partis politiques fédéraux de la nécessité d’avoir un plan stratégique pour l’industrie. Fait à remarquer, au Québec tous les intervenants s’entendent sur la nécessité d’avoir un plan et une vision à long terme; il ne reste plus que le gouvernement fédéral à convaincre. C’est donc un dossier dont on devrait entendre parler d’ici le déclenchement des élections à l’automne prochain.

L’avenir du programme CRJ devrait faire les manchettes à quelques reprises; si Bombardier annnonce son intention de continuer dans le domaine des avions régionaux, elle aura beaucoup de difficulté à renverser la perception actuelle selon laquelle elle serait plutôt en train de quitter ce secteur pour de bon.

Le lancement de la production du Global 7500 ainsi que la fin de la campagne de certification des Global 5500 et 6500 devrait permettre à Bombardier Avions d’affaires de faire les manchettes pour de bonnes raisons.

La certification du PW812D pour le Falcon 6X se poursuit et la prochaine très grosse nouvelle concernant la gamme PW800 pourrait survenir cet été; si le moteur Silvercrest du concurrent Safran ne rencontre toujours pas ses promesses, Cessna devra opter pour le PW800 ou carrément  laisser tomber le programme d’avion Hemispher. En janvier, Pratt & Whitney Canada devrait dévoiler l’acquisition d’un Dash-8-100 ainsi que l’utilisation qu’elle compte en faire.

La production du Bell 505 ayant atteint son rythme de croisière, il faudra surveiller si la cadence se maintient afin de savoir comment les ventes se portent. Au cours de la première moitié de 2019, le Bell 505 devrait franchir le cap des 200 livraisons, un ralentissement de cadence serait un indice que le carnet de commandes commence à s’épuiser.

L’année 2019 marquera le retour d’un spectacle aérien d’envergure dans la région de Montréal alors que l’ÉNA tiendra son salon aérien le 1er et 2 juin.


Accédez à l’historique: