Mot de l’éditeur

Je couvre assidument l’actualité aéronautique québécoise et celle du transport aérien depuis près de cinq ans. À elle seule, la saga du C series-A220 pourrait faire l’objet d’un bon roman tellement il y a eu de rebondissements dans cette histoire. À cela il faut ajouter les péripéties de Bombardier des deux dernières années. Depuis 2015, les années se succèdent en s’intensifiant continuellement. Le mois d’août n’a pas encore débuté que 2020 est déjà une année mémorable. J’espère que décembre 2020 mettra fin à ce très long crescendo.

Lentement mais sûrement, les premiers indices de la direction que prendra l’industrie du transport aérien apparaissent. Quelque part en septembre ou en octobre le portrait devrait être plus évident à saisir. À court terme, octobre 2020 sera le pire mois de l’histoire de l’aviation pour ce qui est des mises à pied; c’est à ce moment que la plupart des grandes compagnies aériennes procèderont à leurs importantes coupures.

Pour ma part, je compte prendre quelques semaines de recul afin de mieux aborder la dernière partie de 2020. Au cours des premières semaines d’août, je vais limiter les articles; durant cette période, je vais travailler entre autres sur une analyse de ce que sera le futur de Bombardier Aviation. Bonne vacances!

André Allard

27 juillet 2020