C Series, le vrai test de fiabilité est commencé

C Series, le vrai test de fiabilité est commencé

Il arrive parfois qu’un détail, qui à première vue semble banal, renferme beaucoup plus d’information qu’il n’y parait. Sur Tweeter, CS Fan publie tous les jours un relevé quotidien des vols de tous les C Series en service et de ceux encore à l’essai. Vendredi dernier donc, le relevé quotidien mentionnait que le deuxième CS100 à être entré en service avec SWISS avait effectué 8 vols au cours de la journée. Je croyais que c’était la première fois que cela se produisait, mais CS Fan m’as repris puisque du 31 octobre au 11 novembre les deux plus anciens CS 100 de SWISS avaient chacun réalisé trois journées de 8 vols.

Ce nouveau sommet atteint par le C Series est un plateau important, car pour réussir à faire 8 vols par jour le temps passé au sol durant les escales est réduit à son minimum ce qui laisse peu de temps à l’équipe technique pour régler des anomalies s’il y en a. Pour que SWISS ait choisi de programmer ses CS100 à 8 vols par jour, cela traduit sa confiance en la fiabilité de l’appareil. Il faut prendre en considération qu’en Europe, la règlementation est plus sévère en matière de retards et de compensation envers les passagers ce qui rend donc les retards beaucoup plus dispendieux qu’en Amérique du Nord. La différence entre 6 et 8 vols par jour, c’est la différence entre un bon avion et un excellent avion. Les clients potentiels du C Series regardent ce genre de statistiques de près et particulièrement les transporteurs à rabais, car ces derniers misent entre autre sur un plus grand nombre de vols par jour pour diminuer leurs coûts d’opération.

Bombardier a comme objectif de battre le record de fiabilité à l’entrée en service établi par le Boeing 777; c’est un objectif encore plus difficile à atteindre pour un avion court-courrier comme le C Series par rapport au long courrier comme le B-777. Comme les longs courriers effectuent rarement plus de deux liaisons par jour avec des escales de deux ou trois heures, les équipes techniques ont plus de temps pour résoudre les problèmes. Les avions de la taille du C Series, eux, font de courts vols d’environ une heure avec des escales de moins d’une heure, ce qui laisse beaucoup moins de temps entre les vols et demande donc une fiabilité encore plus grande qu’avec les longs courriers. Pour le C Series et Bombardier, battre le taux de fiabilité du B-777 serait un exploit important. Pour terminer, un gros merci à CS Fan pour les précieuses données que tu nous fournis tous les jours.

6 thoughts on “C Series, le vrai test de fiabilité est commencé

  • novembre 15, 2016 at 10:31
    Permalink

    Article très intéressant. La fiabilité est en effet un aspect très important the l’équation. Lorsque nous faisons l’acquisition d’une voiture l’une des premières choses que nous évaluons est la fiabilité du véhicule. C’est la même chose pour les transporteurs. Dans le cas du C Series sa grande fiabilité dès sa mise en service augure bien pour l’avenir. Si ma mémoire est bonne, Swiss a laissé entendre qu’elle attendrait que cinq appareils soient en service pendant une période de quatre mois avant de nous faire connaître la fiabilité opérationnelle du C Series. Nous devrions déjà être là mais le retard dans les livraisons fait que Swiss n’a même pas encore reçu son quatrième appareil. Nous devrons donc patienter encore quelque temps avant de connaître les chiffres. En attendant je continue d’observer à chaque jour sur FlightRadar, et ce depuis le début, l’évolution des trois appareils qui sont déjà en service. Je dois dire que je suis très impressionné moi aussi. Swiss ne prévoyait pas pouvoir effectuer huit vols par jour aussi tôt après la mise en service, et avec si peu d’appareils. Un quatrième avion devait rejoindre les autres dans quelques jours. En principe Swiss devrait disposer de cinq avions avant Noël. Cela devrait leur permettre d’assurer 40 liaisons par jour pendant la période la plus achalandée de l’année.

    Reply
    • novembre 15, 2016 at 12:39
      Permalink

      Normand Hamel, très heureux de vous voir commenté sur ”Les Ailes du Québec” avec vos nombreuses connaissances sur la C Series!

      Reply
      • novembre 17, 2016 at 10:23
        Permalink

        Merci Claude pour le commentaire. J’avais arrêté d’écrire des commentaires lorsque André a migré son blogue sur Facebook. Heureusement il est depuis revenu à la raison. 🙂

        Reply
        • novembre 17, 2016 at 10:32
          Permalink

          Bon retour à la maison à toi aussi Normand 😉

          Reply
        • décembre 5, 2016 at 8:41
          Permalink

          Moi, j’avais carrément perdu la trace du blog… (je pensais que ce n’était plus que la version sur aéroemploi)

          Reply
          • décembre 5, 2016 at 8:52
            Permalink

            Bon retour aux bercail! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *