Air Canada devance le retrait des E-190

Pour partager cette publication :

Dans son communiqué qui annonce ses résultats financiers de 2017, Air Canada mentionne qu’en 2018 elle accélèrera l’amortissement de ses 26 Embraer E-190. La direction a donné plus d’explications sur le plan de retrait des appareils durant la conférence téléphonique qui a suivie.

 

Le plan de renouvellement de la flotte d’Air Canada prévoyait que les B737-MAX8 remplacent les A319 et A320 alors que leur moyenne d’âge est supérieure à 20 ans. Ainsi l’arrivée de chaque nouveau B737 MAX8 dans la flotte libère un A319 ou un A320 et plutôt que de les retirer ils iront remplacer les E-190 qui eux seront retirés de la flotte alors que leur moyenne d’âge n’est que de 10 ans. Air Canada utilisera donc les A319 et A320 sur les routes à faible densité jusqu’à l’arrivée des premiers CS300 vers la fin de 2019.

 

C’est en 2006 qu’Air Canada a reçu son premier E-190 et la présence de ce type d’avion au sein de la flotte d’Air Canada n’aura duré qu’une douzaine d’années.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

22 thoughts on “Air Canada devance le retrait des E-190

  • février 16, 2018 at 5:16 pm
    Permalink

    Air Canada se débarrasse enfin de ces avions-poubelles coutant une fortune en maintenance et dont les packs d’air-clim sont en-dessous des toilettes… Avec leur piètres performances, je prédis que si Embraer laisse pas ses avions commerciaux à Boeing, cette division va faire faillite face à Airbus-Bombardier (meilleurs avions et meilleurs réseaux de ventes)

    Reply
    • février 18, 2018 at 10:18 am
      Permalink

      Il faudrait que tu sache où sont les packs pour affirmer ce que tu dis
      Dans les Embraer les toilettes sont 1 à l’avant et l’autre à l´arriere les packs sont au centre du fuselage au niveau des bords d’attaques

      En passant le coût élever vient du moteur CF 34-10

      Reply
  • février 16, 2018 at 8:23 pm
    Permalink

    It is not a surprise that a Canadian airline would choose a competitor to Bombardier airplane ( because it is more profitable) , use it for more than 10 years, and then replace it only because it gets pressure from the Canadian govern that provides financing for a Canadian product, that nobody was buying…
    E-jets… They’re so bad product, they almost took Bombardier out of the market…
    Just imagine if they were good !

    Reply
    • février 16, 2018 at 10:01 pm
      Permalink

      Tiens, un troll brésilien. Même Jetblue une compagnie à rabais, dit que les Embramarde vieillissent mal

      Reply
    • février 16, 2018 at 10:06 pm
      Permalink

      Cseries orders = 640… Embramarde 195 > 100…

      Reply
      • février 17, 2018 at 7:40 pm
        Permalink

        I know it’s hard to believe an airline from Canada bought a Bombardier competitor in 2006. But it did. And there is a good change you flew in it, and you did not have a choice. You had to take the brazilian troll, the Embramarde… and you payed the ticket. Too bad. I’m sure you will enjoy the CSeries too. I did.

        Reply
        • février 18, 2018 at 11:07 pm
          Permalink

          Back then, the choice was CRJ-1000 or the E190. (No CSeries back then).

          Embraer dumped it’s E190s at below costs and won.

          An AC pilot who went to Sao Paulo for a delivery flight (and authorizing the payment) said it was sold at insanely low price.

          Reply
          • février 19, 2018 at 10:55 am
            Permalink

            One of those AC pilots was probably me. I found out it’s a common market practice to adjust the price tag to financing availability. Now it’s CSeries turn to be sold at insanely low price. I’ll tell you more when we get the plane from Mirabel…

        • février 19, 2018 at 11:48 pm
          Permalink

          Air Canada bought the Ejet because Brazil government went to cry to WTO… and they are crying again because of Cseries..

          Reply
  • février 16, 2018 at 11:13 pm
    Permalink

    Semblerait qu’un certain nombre des petits Airbus seront également utilisés par Rouge. L’arrivée du 737, et un peu plus tard le C Series, donneront plus de flexibilité à Air Canada, tout en multipliant les possibilités d’utilisation.

    Et dans le contexte actuel il est particulièrement bien vu que notre transporteur national se débarrasse de ses Embraer au moment où il se prépare à accueillir dans sa flotte un « produit local » qui a aussi pour avantage d’être le meilleur au monde dans sa catégorie.

    http://www.lapresse.ca/affaires/economie/transports/201802/16/01-5154206-air-canada-ajoute-des-avions-a-la-flotte-de-rouge-pour-des-vols-nationaux.php

    Reply
  • février 17, 2018 at 4:19 pm
    Permalink

    Ils de aient pas recevoir des C-Series?

    Reply
    • février 17, 2018 at 5:38 pm
      Permalink

      la première livraison à Air Canada est prévue pour la fin 2019 et le CS300 doit remplacer les E-190. Visiblement les E-190 coûtent plus chère à entretenir que ce qu’avais prévu Air Canada et elle s’empresse de s’en débarrasser.

      Reply
  • février 17, 2018 at 7:23 pm
    Permalink

    Vous ne vous souvenez probablement pas en 2006, lorsque Air Canada a choisi l’E-jet, il n’y avait pas de CSeries, car il a fallu seulement 15 ans pour être développé, et le concurrent direct était le CRJ. Air Canada passe maintenant à la CSeries 300 (et non à la 100) parce qu’elle est plus grande, qu’elle prend plus de passagers et qu’elle a une plus grande portée que n’importe quel E-Jet. Cela ne rend pas le CSeries meilleur ou pire que les E-jets. C’est sûr que c’est moins cher parce qu’il a un financement canadien … (notre argent de l’impôt). Les coûts d’exploitation ne sont comparables que si vous prenez des paires de villes et des passagers par vol d’avions du même âge.

    Reply
    • février 19, 2018 at 1:08 am
      Permalink

      « C’est sûr que c’est moins cher parce qu’il a un financement canadien … (notre argent de l’impôt). »

      Ce n’est certainement pas le cas pour Air Canada. En fait toutes les compagnies qui veulent acheter des C Series ont droit à du financement garanti par le gouvernement canadien sauf les compagnies canadiennes. Et si ces dernières n’ont pas droit à du financement garanti par le gouvernement c’est que le but de ce programme est de favoriser les exportations. De plus, ce financement s’autofinance à même les intérêts qui sont chargés aux bénéficiaires. Le gouvernement n’a donc pas besoin d’avoir recours à l’argent de nos impôts pour défrayer les coûts de ce programme.

      Reply
  • février 19, 2018 at 10:41 am
    Permalink

    Le gouvernement a utilisé nos fonds publics pour maintenir le programme CSeries dans son ensemble: 51% de CSeries … N’est-ce pas un financement déguisé? (avant qu’Airbus ne le prenne gratuitement)

    Reply
  • février 19, 2018 at 12:35 pm
    Permalink

    US$1B pour 49.5% du programme, ça donne une valeur de $2B. Une bonne dévaluation par rapport aux coûts de $5.4B du programme.

    En plus, ça venait avec obligations de maintien d’emplois etc. J’ai déjà vu pire en fait de financement déguisé.

    Avec l’annonce du partnership avec Airbus, les marchés ont demontrés que « l’apport » de Airbus avait une valeur supérieur à la dilution de 50% (de l’équité) que subiraient BBD et le gvt du Québec.

    Il est donc faux (« misleading ») de prétendre que l’apport d’Airbus a une valeur nulle (« prenne gratuitement » comme vous dites).

    Reply
    • février 19, 2018 at 6:15 pm
      Permalink

      Vérifiez vos chiffres: U$B 1,375 pour 49,5% des CSeries, et ils demandent encore d’Ottawa. 14500 emplois ont été supprimés ces deux dernières années. BFTC (Service d’essai de 300 employés) a été entièrement transféré à Wichita, aux États-Unis … et après la prise de contrôle d’Airbus, Bombardier détiendra 31% et l’agence d’investissement du gouvernement du Québec détiendra 19%, contre 49,5%.

      Reply
  • février 20, 2018 at 9:51 am
    Permalink

    Jean Martin;

    Quebec a investit US$1B pour acquérir 49.5% du CSeries. Pas US $1.375.

    FWIW: https://www.ctvnews.ca/mobile/business/quebec-rules-out-more-government-aid-for-bombardier-1.3634593 )

    Comparez ça maintenant aux milliards que l’ont a perdu (Oui, flusher, contre rien en retour) pour sauver des usines d’assemblages de GM Canada et Chrysler Canada, des enterprises américaines qui ne font presqu’aucune R&D au Canada.

    BBD a été un investissement governemental infiniment plus rentable.

    Reply
  • février 20, 2018 at 10:38 am
    Permalink

    À Jean Martin: (suite)

    « après la prise de contrôle d’Airbus, Bombardier détiendra 31% et l’agence d’investissement du gouvernement du Québec détiendra 19%, contre 49,5%. »

    C’est exactement le dilution de 50% que je parlais.

    Les marchés ont demontrés qu’ils considéraient la valeur ($) de l’apport de Airbus supérieur à la dilution de 50% de l’équité (du CSeries) qu’ils possèderont après la prise de contrôle.

    Comme actionnaire, je considère cette prise de contrôle comme une valorisation nette de mes actions de BBD – même si ce même BBD perd 50% de la propriété du CSeries. La même logique s’applique pour le gvt du Québec.

    Reply
    • février 20, 2018 at 1:02 pm
      Permalink

      C’est exactement ça! D’ailleurs, l’action approche actuellement la cible des 4,00$. Ce partenariat offre un bon effet de levier qui non seulement a le potentiel de satisfaire les investisseurs mais également de rassurer les clients de la C Séries. CSALP est en voiture.

      Reply
  • février 21, 2018 at 1:41 pm
    Permalink

    Comme je ne suis pas actionnaire (et la plupart des Canadiens ne le sont pas), je considère que cette prise de contrôle est vraiment mauvaise pour les contribuables puisque BBD perd 50% de la propriété CSeries. La même logique s’applique au gouvernement du Québec. Même les actionnaires de longue date n’ont rien gagné avec les actions BBD si l’on considère les 3 dernières années … Il est maintenant au même prix que 2015 …

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *