Plainte de dumping, Boeing n’ira pas en appel

Pour partager cette publication :

La date limite pour que Boeing puisse en appeler de la décision du département du commerce américain d’annuler les droits compensatoires sur le C Series était hier. Or selon les informations qui circulent, Boeing n’aurait pas rempli les documents nécessaires.

 

La saga des droits compensatoires contre le C Series serait donc terminée. Possiblement que dans les deux années à venir, Boeing va s’abstenir de toute nouvelle démarche légale contre le C Series puisqu’elle cherche à décrocher le contrat des 78 avions de chasse du gouvernement canadien.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

21 thoughts on “Plainte de dumping, Boeing n’ira pas en appel

  • mars 23, 2018 at 3:26 am
    Permalink

    Depuis le début, la plainte a été ridicule. La décision initiale d’imposer des droits de douane sur le C Series était encore plus ridicule que la plainte d’origine, mais cette décision a été motivée par le fait bombardier n’avait pas fourni de réponse suffisamment complète.

    Quand l’explication était finalement donnée de façon claire par Bombardier, le département du commerce des États Unis ne pouvait qu’annuler la décision. Faire appel à cette dernière décision d’annuler des droits de douane serait se couvrir de ridicule encore plus profondément.

    Ceci étant dit, probablement Boeing se réserve le droit de porter plainte encore une fois si certains conditions sont réunies. Je ne sait pas de quoi s’agit cette condition.

    Je trouve la tactique de Bombardier de ne pas répondre amplement à la première audition était absolument géniale. Ça a permis de faire beaucoup de bruit pour un cas qui n’était pas du tout raisonnable.

    Reply
  • mars 23, 2018 at 8:00 am
    Permalink

    Pourquoi aurait-il fait appel dans un tribunal international alors qu’ils ont perdu dans un tribunal Américain! Il y a une limite à faire rire de soi.

    Reply
  • mars 23, 2018 at 8:57 am
    Permalink

    D’aileurs, je n’ai toujours pas compris pourquoi ils doivent toujours ouvrir une usine aux USA alors qu’ils ont gagné leur cause …

    Reply
    • mars 23, 2018 at 9:01 am
      Permalink

      Pour éviter que Boeing dépose d’autres plaintes dans le future, si les C Series vendus aux USA sont assemblés aux USA Boeing ne pourra pas pleurnicher. C’est pour cette raison qu’Airbus a une chaine d’assemblage en Alabama.

      Reply
      • mars 23, 2018 at 9:28 am
        Permalink

        Boeing n’a pas d’usine d’assemblage en Europe …

        Tant que Mirabel ne sortira 30 avions par mois il ne peut pas y avoir de dumping.

        Reply
        • mars 23, 2018 at 2:41 pm
          Permalink

          Le Dumping c’est vendre a un prix plus bas que tu vend dans ton propre pays. Meme si tu vend un seul avion.c’est ce que Boeing argumentait pour la vente a Delta. Ca ne peut s’appliquer a Boeing pour la vente a United pour les 737 vendu a un prix derisoire pour bloquer la cseries(de l’aveu meme de Boeing) puisque la vente est d’une cie americaine qui vend au USA. Donc si boeing decide de vendre des avions a $1 a une compagnie aerienne americaine c’est pas du dumping. D’ou la stupidité de la notion de dumping en premier lieu!

          Reply
          • mars 24, 2018 at 12:09 am
            Permalink

            Il y a aussi dans le dumping, la notion de noyer le marché au point où les cie locales peuvent être sérieusement en difficulté au point de faire faillite. On n’est pas là du tout avec le Cseries avec 2 avions par mois …

          • mars 24, 2018 at 9:48 am
            Permalink

            Ils ont vendu des CS100 à qui au Canada ???

      • mars 23, 2018 at 5:42 pm
        Permalink

        Il ne faut pas exagérer non plus. Très peu d’A320 exportés aux États Unis ont été assemblés à Alabama. Je n’ai pas envie d’entrer dans les détails du pourquoi cette chaîne a été créée.

        En ce qui concerne la chaîne d’assemblage du C Series à Alabama, je n’ai toujours pas compris la raison réelle parce que Mirabel n’a même pas encore atteint le dixième de sa capacité de production. Ou alors, on considère que le coût de fonctionnement de la chêne de Mirabel est prohibitif et qu’il y a un risque majeur de disruption liée à la relation avec les travailleurs. Ou encore plus fort, peut-être parce que l’état d’Alabama donne des incitations pour s’implanter là-bas du genre aide financière et des réductions d’impôts pendant plusieurs années. Il se peut même que c’est une combinaison de tout ça.

        Le département du commerce a dit qu’il n’y a pas de droit de douane donc il n’y en aura pas, point à la ligne.

        Reply
      • mars 24, 2018 at 12:29 am
        Permalink

        Si Airbus s’est installée en Alabama ce n’était pas initialement pour assembler les A320 vendus aux USA mais bien pour y assembler des KC-45 après avoir remporté un contrat auprès de la USAF pour des ravitailleurs. Mais Boeing a contesté ce contrat et le tribunal, le même qui a décidé en faveur de Bombardier, a donné raison à Boeing. Alors comme Airbus était déjà installée en Alabama il a été décidé, suite à de vives discussions à l’interne, d’y construire une usine d’assemblage du A320 en remplacement de l’usine de KC-45: Fabrice Brégier était contre tandis que Tome Enders y tenait mordicus.

        Reply
        • mars 24, 2018 at 9:49 am
          Permalink

          Et l’usine là-bas assemble entre 4 et 6 appareils par mois …

          Reply
          • mars 24, 2018 at 11:50 am
            Permalink

            C’est sensiblement la même chose pour l’usine de Tianjin en Chine où la cadence est présentement de quatre A320 par mois. Et il est prévu qu’elle élèvera sa cadence à cinq appareils en 2019 et à six en 2020. L’usine a été ouverte en 2008 et en 10 ans un total d’environ 350 appareils ont été assemblés en Chine.

  • mars 23, 2018 at 4:52 pm
    Permalink

    Boeing a pris sa pilule…..https:/www.flightglobal.com/news/articles/boeing-will-not-appeal-us-trade-panels-bombardier-t-447027/

    Reply
  • mars 23, 2018 at 5:44 pm
    Permalink

    Toutes ces discussions sont très intéressantes, mais la question principale est pourquoi les livraisons de C Series restent aussi peu nombreuses.

    Reply
  • mars 24, 2018 at 7:57 am
    Permalink

    Boeing est toujours déterminé à nuire à la C Séries. Les autorités américaines songent à s’allier à Embraer dans leur plainte à l’OMC contre BBD :
    http://www.lapresse.ca/affaires/economie/transports/201803/23/01-5158498-litige-avec-boeing-ciel-degage-pour-bombardier-disent-des-observateurs.php
    Une chose semble sûre : Boeing ne lâchera jamais le morceau. Ils utiliseront tous les moyens possibles pour empêcher le succès commercial des avions C Séries. S’ils ne vont pas en appel de la décision de l’USITC, c’est qu’ils ont trouvé une voie plus efficace.
    Pour cette raison, il me semble que ce serait une grave erreur d’acheter leurs F-18. Le moment est venu de se tourner vers un autre fournisseur; un allié sûr qui recherchera un véritable partenariat avec notre industrie aérospatiale. JMMB, (je me méfie de Boeing ☹).

    Reply
    • mars 24, 2018 at 11:05 am
      Permalink

      Si Boeing récidive, c’est a Airbus maintenant qu’ils devront s’attaquer disons que sa change la donne. Non, je pense pas que Boeing va vouloir prendre Airbus de front. La bataille va plutôt être sur le terrain de la vente. Boeing va tout faire commercialement parlant pour imposé les produits de son allié Embraer au détriment des C Series d’Airbus, actionnaire majoritaire du programme. Boeing va surement faire certain gain au niveau des ventes, mais je pense pas qu’ils vont avoir une bonne moyenne au bâton. Surtout avec une usine en Alabama qui enlèvera un bon argument de vente type patriotisme a la Trump pour convaincre les transporteurs américains.

      Reply
      • mars 24, 2018 at 8:38 pm
        Permalink

        La guerre Airbus/Boeing est déjà à l’OMC depuis plusieurs années et ce n’est pas fini. Et ces temps-ci elle se situe surtout au niveau des bi-couloirs comme on l’a vu avec les décisions récentes de Hawaiian Airlines et AA de larguer Airbus en faveur du 787 (mais semblerait que les problèmes de Rolls-Royce sur le Trent 1000/7000 ont également fait pencher le balancier en faveur de Boeing).

        Reply
        • mars 25, 2018 at 11:20 am
          Permalink

          Le problème avec OMC sa dure tellement longtemps que les protagonistes finisses presqu’à oublier leur plaintes.

          Reply
  • mars 28, 2018 at 11:24 am
    Permalink

    Un point qui me chicote concernant la saga Boeing/Bombardier, c’est que toute cette affaire était sur le CS100 seulement sans aucune inclusion du CS300!!
    Êtes-vous certain que c’est la même close pour les deux CSeries? Je n’ai rien vu d’écrit officiellement la dessus!
    Ou bien le CS300 serait une autre cause?
    Le manque de confiance que je fais à Boeing me fait m’interroger avec doute!

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *