Secrets commerciaux, Bombardier poursuit Mitsubishi

Pour partager cette publication :

Selon ce que rapporte le Seattle Times, Bombardier a déposé hier une poursuite contre Mitsubishi devant la cour fédérale de l’état de Washington.

 

La poursuite de 92 pages allègue que des employés que Mitsubishi avaient recruté chez Bombardier auraient transmis de l’information confidentielle sur le processus de certification FAA et de Transports Canada du C Series. Avant qu’ils ne quittent leur emploi avec Bombardier, les employés en question auraient utilisé leur adresse  courriel chez Bombardier afin d’envoyer des documents confidentiels à des adresses courriel personnelles pour ensuite les utiliser dans la certification du MRJ.

 

Bombardier allègue que les processus de certification FAA et EASA sont très coûteux et complexes alors que seulement quatre nouveaux programmes d’avions commerciaux ont obtenu toutes les autorisations règlementaires depuis 2000.  La poursuite ne précise pas le montant des dommages demandé et exige que Mitsubishi cesse d’utiliser les informations obtenues illégalement pour la certification du MRJ.

Pour lire l’article du Seattle Times, cliquez ici

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

5 thoughts on “Secrets commerciaux, Bombardier poursuit Mitsubishi

  • octobre 20, 2018 at 1:16 pm
    Permalink

    Il est dit qu’ils ont utilisé leur adresse courriel chez bombardier, si c’est bien le cas, c’est petits/petits messieurs sont pas trop vites sur leurs patins. Les ordinateurs de l’employeurs sont sa propriété en propre. À n’importe quels moments l’employeur peut vérifier légalement et sans avertissements les courriels et les facebooks qui ont été ouvert sur les ordinateurs de la compagnie. J’ai déjà eu connaissance d’un employeur dans ce secteur qui a enlever les disques durs des ordinateurs qu’utilisait certains employés ciblés, pour voir combien temps ils passaient sur le web et de quels natures étaient leurs activités quand ils étaient sur leurs heures de travail. Certains ont été congédiés si les heures passés étaient pendant x nombres de jours juger abusifs, d’autres ont eu des suspensions et certains on eu des avertissements. Quand c’était des syndiqués un grief était déposer, certains étaient gagnés et d’autres perdus ou gagnés en arbitrage. C’est cas par cas. Moral de l’histoire sur les heures de travail les ordinateurs du patron sont pour le travail uniquement.

    Reply
  • octobre 21, 2018 at 11:21 am
    Permalink

    On m’a toujours dit que chez BBD leurs ordis n’était pas brancher sur internet et ils ont même commander des cartes mère sans prise USB pour être sûr que personne copie quelque chose avec une clé USB.

    Reply
    • octobre 21, 2018 at 8:01 pm
      Permalink

      complètement faux et ce serait impossible de fonctionner si c’était le cas. Les employés doivent constamment communiquer avec d’autres employés de l’entreprise, des fournisseurs et des clients sur d’autres sites partout dans le monde.

      Reply
      • octobre 22, 2018 at 8:45 am
        Permalink

        C’est sûr que ce n’est pas tout les ordis qui sont débranchés. C’est pas très brillant de la part de BBD de permettre à des employés de faire ça à moins que les infos transmises n’étaient pas de propriété de BBD. Je ne vois pas comment des informations sur la certification d’un avion peut être protégées d’une quelconque façon par la loi.

        Il y a plusieurs articles de presse qui racontent que les fournisseurs de BBD durant le développement du CSeries se sont plain du manque d’échange d’information de ce dernier ce qui a retardé selon eux le développement de l’avion.

        Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *