Le renouvellement de la flotte impose des frais supplémentaires à Air Transat

Pour partager cette publication :

Transat A.T. inc. – Résultats du premier trimestre de 2019

 

Hausse des prix de vente insuffisante pour compenser l’effet adverse de la devise et du carburant

  • Revenus de 647,6 millions $.
  • Perte d’exploitation de 52,6 millions $.
  • Perte d’exploitation ajustée1 de 37,7 millions $.
  • Perte nette attribuable aux actionnaires de 49,6 millions $.
  • Perte nette ajustée3 de 36,0 millions $.

 

MONTRÉAL, le 14 mars 2019 /CNW Telbec/ – Transat A.T. inc., l’une des plus grandes entreprises de tourisme intégrées au monde et le chef de file de l’industrie des voyages vacances au Canada, annonce ses résultats du premier trimestre terminé le 31 janvier 2019.

« Nous sommes dans le cœur de la mise en œuvre de notre plan stratégique. Les transformations importantes, particulièrement celle liée à la flotte, entraînent momentanément une hausse de coûts, qui constitue un passage obligé afin d’améliorer notre performance à moyen terme. Si l’on ajoute à cela le carburant et la devise, nous n’avions pas encore en main toutes les cartes qui nous auraient permis d’améliorer nos résultats. Nous sommes impatients de voir arriver nos deux premiers A321LR dans les trois prochains mois, première étape avant de commencer à récolter dans les années à venir les fruits des changements apportés » a déclaré Jean-Marc Eustache, président et chef de la direction de Transat.

 

Faits saillants du premier trimestre

La Société a enregistré des revenus de 647,6 millions $ au cours du trimestre, un niveau similaire à l’an dernier. Sur le marché des destinations soleil, notre principal marché pour cette période, le nombre de voyageurs a augmenté de 3,5 % et la proportion de vols vendus sans portion terrestre était en hausse, ces derniers générant des revenus unitaires moins élevés que ceux des forfaits. Les prix de vente moyens des forfaits ont affiché une hausse de 2,8 % alors que ceux des vols vendus sans portion terrestre étaient en baisse de 0,9 %.

Les activités se sont soldées par une perte d’exploitation ajustée1 de 37,7 millions $, comparativement à 28,8 millions $ en 2018. Cette variation découle principalement de la hausse de nos coûts d’exploitation suite à la dépréciation du dollar en regard du dollar américain et à l’augmentation des prix du carburant ainsi que des coûts supplémentaires encourus liés à la transition et à l’optimisation de la flotte d’aéronefs de la Société. Cette hausse de nos coûts d’exploitation n’a pas été entièrement compensée par l’augmentation des prix de vente moyens sur le marché des destinations soleil.

La perte nette attribuable aux actionnaires s’est établie à 49,6 millions $, soit 1,32 $ par action (diluée), par rapport à 3,2 millions $, soit 0,09 $ par action (diluée) en 2018. Le résultat net de 2018 incluait un gain de 31,3 millions $ suite à la vente de la filiale Jonview. Le résultat net de 2019 tient compte d’une perte de 13,7 millions $ correspondant à la variation de la juste valeur des dérivés liés au carburant pour le trimestre terminé le 31 janvier 2019. Excluant les éléments non liés à l’exploitation, Transat affiche une perte nette ajustée3 de 36,0 millions $ (0,96 $ par action) pour le premier trimestre de 2019, comparativement à 32,2 millions $ (0,87 $ par action) en 2018.

 

Situation financière

Au 31 janvier 2019, la trésorerie et les équivalents de trésorerie s’établissaient à 620,4 millions $, par rapport à 749,3 millions $ à pareille date en 2018. Cette variation s’explique principalement par l’achat d’un terrain au Mexique (75,7 millions $), par les frais de mise en service des aéronefs ajoutés à la flotte (19,9 millions $) et par la modification du calcul des soldes de trésorerie et équivalents de trésorerie à conserver en fiducie suite à l’adoption de la nouvelle norme IFRS 15 sur la reconnaissance des revenus (32,0 millions $). L’effet de ce changement est plus important au 31 janvier et au 31 juillet qu’il ne l’est pour les autres trimestres de l’exercice.

Le ratio de fonds de roulement était de 1,21, par rapport à 1,37 au 31 janvier 2018.

Les dépôts reçus des clients pour des voyages à venir s’établissaient à 752,8 millions $, par rapport à 675,1 millions $ au 31 janvier 2018, l’augmentation de 77,8 millions $ étant attribuable à la hausse des réservations pour la seconde moitié de la saison d’hiver et pour l’été.

Les ententes hors bilan, excluant les ententes avec les fournisseurs de services, représentaient 2,45 milliards $ au 31 janvier 2019, par rapport à 2,50 milliards $ au 31 octobre 2018. La diminution de 50,0 millions $ découle principalement des remboursements effectués au cours du trimestre.

 

Mise à jour IFRS

Le 1er novembre 2018, la Société a adopté l’IFRS 9, Instruments financiers, et l’IFRS 15, Produits des activités ordinaires tirés de contrats avec des clients.Les données comparatives de 2018 ont été retraitées afin de tenir compte de ces changements.

En résumé, l’adoption de ces normes a entraîné une augmentation de 2,6 millions $ des capitaux propres au 31 octobre 2017. Pour le trimestre clos le 31 janvier 2018, l’adoption de ces normes s’est traduite par une augmentation du résultat net attribuable aux actionnaires de 3,4 millions $. Les principaux changements en lien avec l’adoption de l’IFRS 9 et de l’IFRS 15 sont expliqués dans la note 3 aux états financiers intermédiaires consolidés condensés du trimestre terminé le 31 janvier 2019.

 

Perspectives du second trimestre

Sur le marché des destinations soleil, le principal marché de la Société durant la saison d’hiver, la capacité de Transat est supérieure de 2 % à celle déployée à la même date l’an passé. À ce jour, 82 % de cette capacité est vendue, les réservations sont en avance de 0,6 % et les coefficients d’occupation sont supérieurs de 3,1 % par rapport à 2018. L’impact de la variation du dollar canadien, combiné à la hausse du coût du carburant, entraînera une hausse des charges opérationnelles de 2,7 % si le dollar canadien en regard du dollar américain et le coût du carburant d’aéronefs, demeurent stables. Les marges unitaires sont actuellement inférieures 1,1 % à celles enregistrées à pareille date l’an dernier.

Sur le marché transatlantique, où c’est la basse saison, les coefficients d’occupation sont supérieurs de 7 % à ceux de l’hiver dernier. Les prix sont actuellement inférieurs de 3,0 % à ceux enregistrés à pareille date l’année dernière.

En conséquence, et dans la mesure où ces tendances se maintiennent, la Société prévoit que le résultat d’exploitation ajusté du second trimestre pourrait être inférieur à celui retraité de 2018 qui s’élevait à 12,1 millions $.

 

Perspectives de l’été

Sur le marché transatlantique, le principal marché de la Société durant l’été, la capacité de Transat est supérieure de 1 % à celle offerte en 2018. À ce jour, 33 % des sièges sont vendus. Les coefficients d’occupation sont supérieurs de 2,4 % et les prix sont inférieurs de 2,2 % à ceux à pareille date l’an dernier. Le coût du carburant, net de la variation du dollar canadien à l’encontre du dollar américain, de l’euro et de la livre, n’entraîne pas actuellement une hausse des charges opérationnelles. Les marges unitaires sont similaires à celles enregistrées à pareille date l’année dernière.

Au-delà de ces premières tendances, il est encore trop tôt pour tirer des conclusions pour l’été 2019.

Avancée du plan stratégique

Le travail sur le plan stratégique se poursuit, avec un focus particulier sur :

  • les activités de réduction de coût, qui progressent au rythme attendu ;
  • la gestion du revenu et de la tarification, dont l’amélioration se fait en continu ;
  • la gestion de la flotte et la planification du réseau, pour lesquelles 2019 représente une année charnière, les activités de transition représentant un poids cette année, avant que la nouvelle configuration de la flotte ne se transforme en avantage compétitif. L’arrivée des deux premiers A321LR, prévue en avril et juin 2019, sera un premier pas dans la mise en œuvre effective de la nouvelle flotte ;
  • et bien évidemment le développement de la filiale hôtelière, avec la finalisation ce trimestre de l’acquisition de la deuxième partie du terrain sur lequel sera édifié le premier hôtel, à Puerto Morelos, au Mexique.

L’ensemble de ces chantiers avancent au rythme prévu, et la Société est confiante, compte tenu des moyens dont elle dispose, dans sa capacité à les mener à bien.

Informations supplémentaires

La Société a adopté l’IFRS 9, Instruments financiers, et l’IFRS 15, Produits des activités ordinaires tirés de contrats avec des clients, le 1er novembre 2018, et les informations financières trimestrielles présentées dans le tableau suivant ont été retraitées pour l’année 2018.

Les résultats ont subi l’incidence d’éléments non liés à l’exploitation résumés dans le tableau suivant : 

 

Faits saillants et impacts des éléments non liés à l’exploitation sur les résultats

(En milliers de CAD)

Premier trimestre

2019

2018

Retraité

Revenus

647 566

648 389

Résultat d’exploitation

(52 555)

(43 528)

Amortissement

14 917

14 769

Primes liées aux dérivés arrivés à échéance au cours de la période

(90)

Résultat d’exploitation ajusté1

(37 728)

(28 759)

Résultat avant charge d’impôts

(66 354)

(12 846)

Dérivés liés au carburant et autres dérivés

18 692

1 863

Gain sur cession d’entreprises

(30 696)

Primes liées aux dérivés arrivés à échéance au cours de la période

(90)

Résultat ajusté avant charge d’impôts2

(47 752)

(41 679)

Résultat net attribuable aux actionnaires

(49 646)

(3 195)

Dérivés liés au carburant et autres dérivés

13 683

1 367

Gain sur cession d’entreprises

(30 368)

Primes liées aux dérivés arrivés à échéance au cours de la période

(66)

Résultat net ajusté3

(36 029)

(32 196)

Résultat dilué par action

(1,32)

(0,09)

Dérivés liés au carburant et autres dérivés

0,36

0,04

Gain sur cession d’entreprises

(0,82)

Primes liées aux dérivés arrivés à échéance au cours de la période

Résultat net ajusté par action3

(0,96)

(0,87)

 

Comptabilité de couverture – La Société enregistre à l’état des résultats les gains ou les pertes résultant de l’évaluation à la juste valeur des instruments financiers dérivés qu’elle utilise pour gérer le risque lié aux fluctuations du prix du carburant d’aéronefs, ainsi que les gains ou les pertes résultant de l’évaluation à la juste valeur de certains instruments financiers dérivés qu’elle utilise pour gérer le risque lié aux fluctuations de taux de change. Au premier trimestre de 2019, ceci s’est traduit par une perte hors trésorerie de 18,7 millions $ (13,7 millions $ après impôts), par rapport à 1,9 million $ (1,4 million $ après impôts) en 2018.

La Société utilise au besoin des instruments financiers dérivés pour se protéger des fluctuations du taux de change sur ses charges et/ou ses revenus en devises étrangères. À cet égard, sur la base des normes comptables applicables, les fluctuations résultant de la portion efficace de l’évaluation à la juste valeur de ces instruments qui sont désignés comme instruments de couverture sont comptabilisées à l’état de la situation financière consolidé et à l’état du résultat global consolidé, et non à l’état des résultats consolidé. Au premier trimestre de 2019, Transat enregistre une perte de 3,9 millions $ (2,8 millions $ après impôts) sur ces dérivés de change, par rapport à 19,5 millions $ (14,3 millions $ après impôts) en 2018.

À propos de Transat
Transat A.T. inc. est une grande entreprise de tourisme international intégrée spécialisée dans le voyage vacances. Proposant des forfaits vacances, des séjours hôteliers et des liaisons aériennes sous les marques Transat et Air Transat, l’entreprise est présente dans une soixantaine de destinations dans plus de 25 pays en Amérique et en Europe. Elle compte 5 000 employés, et son siège social est situé à Montréal. Très engagée dans le développement durable de l’industrie touristique, Transat multiplie les initiatives en matière de responsabilité d’entreprise depuis 12 ans et a obtenu la certification Travelife en 2018 (TSX : TRZ).

NOTES

Les éléments suivants sont des mesures financières non normalisées selon les IFRS, utilisées par la direction comme indicateurs pour évaluer la performance opérationnelle continue et la performance opérationnelle récurrente.

  1. Résultat d’exploitation ajusté (perte d’exploitation ajustée): Résultat d’exploitation (perte d’exploitation) avant charge d’amortissement, charge de restructuration, paiements forfaitaires liés à des conventions collectives et autres éléments inhabituels importants et incluant les primes relatives aux dérivés liés au carburant et autres dérivés arrivés à échéance au cours de la période. La Société utilise cette mesure pour évaluer le rendement opérationnel de ses activités avant les facteurs mentionnés précédemment, afin d’assurer une meilleure comparabilité des résultats financiers.
  2. Résultat ajusté (perte ajustée) avant charge d’impôts : Résultat avant charge d’impôt (perte avant charge d’impôts) avant variation de la juste valeur des dérivés liés au carburant et autres dérivés, gain (perte) à la cession d’entreprises, charge de restructuration, paiements forfaitaires liés à des conventions collectives, dépréciation d’actifs et autres éléments inhabituels importants et incluant les primes relatives aux dérivés liés au carburant et autres dérivés arrivés à échéance au cours de la période. La Société utilise cette mesure pour évaluer le rendement financier de ses activités avant les facteurs mentionnés précédemment, afin d’assurer une meilleure comparabilité des résultats financiers.
  3. Résultat net ajusté (perte nette ajustée): Résultat net (perte nette) attribuable aux actionnaires avant résultat net lié aux activités abandonnées, variation de la juste valeur des dérivés liés au carburant, gain (perte) à la cession d’entreprises, charge de restructuration, paiements forfaitaires liés à des conventions collectives, dépréciation d’actifs et autres éléments inhabituels importants et incluant les primes relatives aux dérivés liés au carburant et autres dérivés arrivés à échéance au cours de la période, net des impôts y afférents. La Société utilise cette mesure pour évaluer le rendement financier de ses activités avant les facteurs mentionnés précédemment, afin d’assurer une meilleure comparabilité des résultats financiers. Le résultat net ajusté est également utilisé dans le calcul de la rémunération variable des employés et des membres de la haute direction.
>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *