Bombardier Learjet 75 Liberty, faire plus avec moins

Pour partager cette publication :

C’est le 2 juillet dernier que le Bombardier a présenté le Learjet 75 Liberty. Cette nouvelle variante compte quelques modifications techniques mineures. C’est son prix de liste qui représente le plus gros changement.

 

La baisse des ventes du Lear 75

Lors du lancement de sa production en 2013, le Learjet 75 a connu un certain succès.. Les performances et caractéristiques du Learjet 75 sont très similaires à celles de ses compétiteurs. C’est son prix de liste à 12, 5 M$ US qui le déclassait par rapport à ses concurrents. Ces derniers affichaient un prix moyen aux alentours de 10 M $ US.

Ce tableau montre les livraisons de Learjet 75 depuis son lancement
Livraisons Learjet 75

Comme le montre notre tableau, les ventes du Learjet 75 ont ralentis dès 2015. Avec seulement 12 livraisons en 2018, la rentabilité de la production devenait difficile à maintenir. C’est sa liste d’équipements de base qui le rendait plus dispendieux à l’achat. Ces dernières années, afin de réussir à le vendre Bombardier devait consentir des très gros escomptes.

 

 

Diminuer le prix

Poursuivre la guerre de prix sur le Learjet 75 tel qu’il était équipé ne faisait plus de sens. Bombardier donnait des équipements que ses compétiteurs vendaient en option.

 

Bombardier a choisi de retirer certains équipements qui étaient de base dans le Learjet 75. Ainsi, le groupe auxiliaire de puissance (APU) ainsi que deux sièges entre autres, ont été retirés de la liste. Bombardier a rebaptisé cette version allégée « Learjet 75 Liberty ». Avec un prix de base moins élevé, Bombardier peut maintenant faire face à la compétition.

 

La compétition

Afin de mieux comprendre le marché des avions d’affaires légers, voici un tableau comparatif des quatre modeles disponibles. Prenez note qu’il s’agit d’une traduction du tableau produit par M. Ernest Ervail du site Airinsight.com. (Merci Ernest pour l’autorisation).

Tableau de comparaison entre les avions d'affaires légers
Tableau avions d’affaires légers

Comme on peut le voir, les quatre avions ont des performances qui sont assez similaires.

 

En faire plus

La cabine du Learjet 75 Liberty offre maintenant beaucoup plus d’espace et de confort aux passagers. Bombardier en a profité pour améliorer l’insonorisation de la cabine et a ajouté une connectivité 4G. Le Liberty sera également équipé de la suite avionique Garmin 5 000 et la vision synthétique sera offerte dans la version de base.

 

L’avenir nous dira si Bombardier a fait les bons choix.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

5 réflexions sur “Bombardier Learjet 75 Liberty, faire plus avec moins

  • juillet 17, 2019 à 8:38 pm
    Permalink

    Le Pc-24 reste quand meme un oiseau un peu a part avec sa certification gazon/terre et sa porte cargo a l’arrière. Sur un autre sujet;tu vas écrire un article sur la suspension du programme hemisphere par textron et la resillation du contract avec Safran avec le moteur Silvercrest ? Il vont remotoriser comme Dassault a fait avec son nouveau 6x tu pense ? Il avait quand meme signer un gros contract (150 avions) avec Netjets l’an passée au NBAA.

    Répondre
    • juillet 18, 2019 à 6:44 am
      Permalink

      Le PC-24 a un avantage c’est vrai, mais le plus grand obstacle à son succès c’est la stratégie commerciale et industrielle de Pilatus qui refuse d’ouvrir la production à son maximum. Pilatus pourrait vendre et livrer plusieurs centaines de PC-24 en quelques années tellement la demande est forte et tuer la compétition. Mais elle préfère la méthode suisse qui est de faire de la qualité sans compromis, cela va donner d’excellents avions d’une fiabilité extraordinaires. Mais pendant ce temps la compétition aura le temps de se retourner et d’offrir un avion compétitif.

      Pour le Hemisphere, oui j’entend bien écrire à ce sujet car cela aura des conséquences pour les compétiteurs qui doivent se frotter les mains en ce moment, et oui; les malheurs de l’un fait le bonheur des autres.

      Répondre
      • juillet 18, 2019 à 2:37 pm
        Permalink

        Je crois pas que Pilatus a besoin de s’inquieter,aucun compétiteur n’a meme parler d’un « peu etre » a propos d’une porte cargo. Encore moins d’une certification gazon/terre. Ca demanderais surement un redesing/re certification au complet de leurs avions existants. Je regarde depuis combien de temps par exemple le PC12 roule et je vois encore aucun compétiteur digne de ce nom.

        Répondre
        • juillet 18, 2019 à 4:22 pm
          Permalink

          Je me suis mal exprimé en disant obstacle à son succès, j’aurais dû simplement dire que Pilatus pourrait en vendre 3 fois plus.

          Je crois que pour les avions de cette taille faudra attendre 2025 avant qu’un nouveau programme soit annoncé par les gros fabricants. la raison est qu’il n’y a pas de nouveau moteurs avec de nouvelles technologies qui permettrait de prendre une avance sur la compétition. Dans ce contexte, pourquoi investir des milliards sur un programme d’avions qui ne sera jamais rentable.

          Répondre
  • juillet 18, 2019 à 8:17 am
    Permalink

    Qui pourrait acheter Learjet ??? Cette stratégie de baisser le prix peut en être une pour regarnir le carnet de commande et être plus attrayante pour une vente de la cie.

    Pour moi, Learjet sert à attirer le chalant riche vers les plus gros modèles comme le challenger + garder une activité supplémentaire dans les pièces et le service.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *