C series, la transition de Bombardier à Airbus

Pour partager cette publication :

Avant même qu’elle ne prenne le contrôle du programme C Series le premier juillet, les effets rassurants de la présence d’Airbus ont déjà commencé à se faire sentir sur le moral des employés de Bombardier à Mirabel, qui est nettement à la hausse.

 

Du point de vue de la ligne d’assemblage, il y aura peu de différence pour les employés qui entreront au boulot le 3 juillet prochain. Il faut savoir que la société en commandite C Series a été mise en place le 1er juillet 2016 et qu’à cette date tous les éléments d’actif et de passif liés au C Series y ont été transférés. Cela veut dire que l’édifice qui loge la ligne d’assemblage appartient à la société en commandite. Pour la finition intérieure, le C Series utilise des espaces communs avec le CRJ et un loyer ou un partage proportionnel des coûts a sans doute été négocié.

 

Depuis la création de la société en commandite, Bombardier lui fournit contre rémunération, des services de soutien administratif tels que la gestion des ressources humaines; une partie de ces services seront encore fournis par Bombardier après le premier juillet. Comme Bombardier était à la tête de la société en commandite, le transfert d’information et de méthode de travail pour les services de gestion, comptabilité, facturation s’est fait tout naturellement. L’arrivée d’Airbus avec une culture et des méthodes différentes demandera plus d’effort d’adaptation de part et d’autre, mais cela est faisable et devrait réussir.

 

La partie la plus difficile à intégrer sera la comptabilité et les finances; pour la plupart d’entre nous, la nécessité de regrouper ou non l’achat des boulons et les rivets dans le même poste de dépense est un sujet qui n’a aucune importance. Mais pour la gestion des finances du C series et de son coût de revient, c’est essentiel, car Airbus doit avoir un portrait clair des postes de dépenses dans le but de réduire les coûts de production. Ce n’est donc pas un hasard si le Vice-président finances de Bombardier, John Di Bert, sera responsable des finances de la société en commandite C Series. Son rôle sera essentiel afin de faire la transition des finances de la société en commandite afin de les harmoniser avec celles d’Airbus.

 

Le 4 juillet il y aura une journée de célébration d’organiser à Mirabel afin de marquer la transition; par la suite, Airbus a aussi prévu une cérémonie à Toulouse le 10 juillet. Puis il y aura Farnborough où tous s’attendent à ce que de nouvelles commandes et le nouveau nom du C Series (l’A200?) soient dévoilés. En fait, la première annonce de commande faite par Airbus lui permettra de tirer un trait sur le passé et de concrétiser son emprise sur le C Series. Par contre, l’opinion publique semble avec espoirs de commandes de C Series très élevée de la part d’Airbus par les temps qui cours, s’il est vrai que la force de vente d’Airbus est impressionnante, il faut se rappeler le marché du C Series  est beaucoup plus petit que celui de l’A320.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

10 réflexions sur “C series, la transition de Bombardier à Airbus

  • juin 26, 2018 à 8:14 am
    Permalink

    Il faut se rappeler qu’Airbus n’a pas le droit de participer aux appel d’offres en cours avant le 1er juillet. Il sera un peu tôt pour ressentir pleinement les effets de l’arrivée d’Airbus à Farnborough.

    Répondre
  • juin 26, 2018 à 10:32 am
    Permalink

    Un très bon texte sur la transition qui sera complétée officiellement le 01 juillet 2018. Pas trop tôt, il était plus que temps que cette maudite saga c serie se termine surtout pour le futur de Bombardier aéronautique sans oublier ses milliers de travailleurs et travailleuses. Enfin tous vont pouvoir espérer entrées au travail sans ce demander si bientôt sa sera le derniers chèques de paies. Des soubresauts ils en auras encore, bombardier doit complété son plan de redressement 2015-2021ce qui est dans l’ordre des choses à affaires sans entraves. Et devra relocaliser ces lignes d’assemblages en Ontario maintenant qu’il a le champ libre avec l’acceptation de ses offres par les deux unités syndicales le 24 juin 2018. Sans oublier la futur usine a Mobile Alabama pour Airbus/Bombardier. Au moins les emplois a terme seront sécuriser.On peu dire que le nouveau Bombardier no.2 a commencer en février 2015 avec la nouvelle équipe de direction.Mais sa aurait pu être aussi le dernier en partie même en totalité, si la nouvelle direction aurait échapper la balle. Faut croire que ces messieurs sont de bon joueurs de baseball.

    Répondre
    • juin 27, 2018 à 10:02 pm
      Permalink

      Correction: le plan de redressement est de 2015-2020, non pas 2015-2020 comme j’ai mentionné ci-haut.

      Répondre
  • juin 26, 2018 à 12:32 pm
    Permalink

    En vendre, c’est bien beau ça!

    Mais restons sur Terre, ils ne sont toujours pas capables de les produire! L’automne passé, en 2017, un des dirigeants de BBD affirmait dur comme fer qu’ils avaient tous les morceaux nécessaires pour livrer les avions promis en 2017 avant la fin de l’année 2017. Et nous en sommes en juin de l’année suivante et ceux-ci viennent à peine de sortir.

    Ça sort encore beaucoup trop lentement à Mirabel et croire que Mobile va être capable de faire mieux au jour 1 en 2020 est illusoire à mon avis.

    Répondre
    • juin 26, 2018 à 2:31 pm
      Permalink

      Trois livraisons en mai et trois livraisons juin, le rythme augmente.

      Répondre
      • juin 27, 2018 à 7:19 am
        Permalink

        Y a-t-il encore quelqu’un qui croit qu’ils vont livrer 40 avions cette année?

        Répondre
        • juin 27, 2018 à 7:30 am
          Permalink

          Non, mais près de 30 oui

          Répondre
  • juin 26, 2018 à 2:41 pm
    Permalink

    André, j’aimerais savoir qui vends les CSeries. Techniquement cela devrait être la société en commandite. La société en commandite a présenté le CSeries à JetBlue il y a quelques mois, ils ont reçu toutes les spécifications. La société en commandite aura un nouvel actionnaire majoritaire le 1er juillet avec un directeur des ventes venant de Airbus. Ce qui importe pour JetBlue c’est le CSeries fait partie d’Airbus, avoir un bon prix et des places de livraison. Airbus fait des projections de livraisons depuis des mois. JetBlue connait les mérites techniques de l’avion. 15 jours avant le salon, c’est assez de temps pour une commande.

    Répondre
    • juin 26, 2018 à 3:19 pm
      Permalink

      Théoriquement, Airbus n’a pas le droit de parler du C Series avant le 1er, mais cela ne veut pas dire que les gens des ventes d’Airbus ne vont jamais prendre un verre avec les acheteurs éventuels.

      Oui JetBlue a vue le C Series et en connait les spécifications mais elle a aussi les specifications de l’E2. Les dirigeants de JetBlue étaient les invités d’Embrasser lors de la cérémonie de livraison du premier E2 à WildEroe. JetBlue a été le client de lancement de l’E-190 et aussi le plus gros, c’est un client important pour Embraer, le perdre serait très mauvais pour le futur de l’E2 et il faut donc s’attendre à ce qu’Embraer (Boeing) ne le laisse pas filer au mains d’Airbus aussi facilement.

      Je n’ai reçu aucune indications à ce jours que l’affaire était dans le sac pour un côté ou un autre, alors par certain qu’Airbus va annoncer ce client à Farnborough

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *