C Series, une dernière mise jour

Pour partager cette publication :

Le 21 juin dernier, les relations médias de Bombardier Avions commerciaux nous ont fait visiter la ligne d’assemblage du C Series pour une dernière fois; ce sera au tour des relations médias d’Airbus de nous accueillir dans cette section de l’usine de Mirabel la prochaine fois.

 

Le CS100 numéro de série 50021 et le CS300 numéro de série 55047 étaient à l’étape de joindre les ailes au fuselage, ce qui veut dire que Bombardier aura assemblé à peu près 68 fuselages de C Series avant de passer la main à Airbus. De ce nombre 7 ont servi pour les essais en vol, 1 pour les essais statiques et 35 ont été livrés à des clients. Ce qui laisse tout de même 25 appareils en inventaire à divers stages de production. Il n’est pas étonant de voir des C Series partout dans les hangars de Bombardier à Mirabel et que certains FTV traînent à Wichita ou à Dorval. Afin de désengorger la section de la finition intérieure il est toujours prévu qu’Avianor complète l’assemblage de 2 ou 3 C Series par année et seulement pour quelques années.

 

Le 9e CS100 devant être livré à SWISS est maintenant à la finition intérieure et devrait être livré avant la fin de 2018. Par contre on ne sait toujours pas ce qu’il adviendra des numéros de séries 50007-08 et 09 qui traînent à l’extérieur depuis le printemps 2016. Depuis le début de 2018, 11 appareils ont été livrés et si on se fie à la tendance des deux derniers mois, au moins 18 autres devraient être livrés d’ici la fin de l’année, pour un total de 29. Pour ce qui est de l’atteinte de l’objectif de 35 à 40 livraisons en 2018, « on verra! »

 

La prise de contrôle du C Series par Airbus coïncide avec la fin des vols d’essai post certification qui ont permis au cours des deux dernières années d’aller chercher les certifications supplémentaires d’approches à forte pente, ETOPS 120 et pour les approches de catégorie III.

 

Tel que nous l’avions mentionné mardi dernier, il y aura une journée de célébration à Mirabel le 4 juillet prochain du côté du C Séries. L’objectif de cette journée est de permettre aux employés de la Société en Commandite C Series de faire connaissance avec la nouvelle équipe de direction.

 

Le 10 juillet prochain, nous serons à Toulouse pour la présentation aux médias du nouveau membre de la famille Airbus. S’il y a un moment où le changement de nom du C Series à l’A200 pourrait être fait, c’est bien celui-là. Le nom de l’A200 est le seul qui circule en ce moment et tout porte donc à croire que ce choix soit définitif. Lorsque le C Series sera rebaptisé, il va de soi que le nom de la Société en Commandite C Series sera changé lui aussi pour la Société en Commandite A200.

 

Alors que le C Series va passer sous le contrôle d’Airbus dans quelques heures, nous tenons à féliciter tous les hommes et les femmes qui ont travaillé de près ou de loin sur le C Series. Vous avez contribué à mettre au point le meilleur avion disponible en ce moment. Si le succès commercial du C Series a fait l’objet de beaucoup de spéculations et de doutes au cours des 4 dernières années, personne n’a été en mesure de mettre en doute ses extraordinaires qualités. Le C Series est un très bel exemple du niveau d’excellence et de maturité qu’a atteint la grappe aérospatiale québécoise. Le 3 juillet prochain, les employés de la Société en Commandite C Series et ceux des fournisseurs pourront continuer à travailler avec fierté sur le meilleur avion.

 

 

Ceux et celles qui connaissent l’histoire de l’Avro Arrow savent que l’arrêt de sa production en février 1959 a porté un dur coup à l’industrie aérospatiale canadienne qui a mis près de 25 ans à s’en remettre. C’est pour cette raison que nous pensons que la prise contrôle du C Series par Airbus n’est pas une tragédie puisque cela assure sa survie. La très grande force de vente et de marketing d’Airbus apportera au C Series ce qui lui manquait le plus.

D’ici Farnborough, on vous fera une mise à jour de l’A200

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

9 réflexions sur “C Series, une dernière mise jour

  • juin 29, 2018 à 10:12 pm
    Permalink

    Que d’émotions nous a fait vivre cet avion!
    Et, ce n’est pas terminé. La C Series volera partout et pour longtemps. On saura toujours la reconnaître et en être fier. Lorsqu’on verra un A-200 ou un A-300 dans le coin, on se dira et on dira aux autres : « Tiens! Voilà notre avion, c’est un Bombardier! ».
    Les gens d’Airbus devront aussi s’en souvenir…

    Répondre
  • juin 29, 2018 à 11:42 pm
    Permalink

    Très bon texte André, tu parles de 33 avions livrés. Il y a 8 CS100 ( Swiss) et 28 CS300 ( 9 airBaltic, 14 Swiss et 5 Korean Air) en date d’aujourd’hui. Pour la commande de Delta, Mobile commencerait à livrer des avions en juillet 2020 donc dans 2 ans. En attendant les CS100 seront assemblés à Mirabel. AirBaltic s’attend à en avoir 14 fin 2018, donc 5 autres à livrer. Swiss pourrait recevoir ses 6 derniers CS300 et 1 CS100. Korean pourrait recevoir ses 5 derniers, Air Tanzania 2 CS300 et Delta 4 CS100 pour une total de 35, C’est le nombre de livraison qu’Airbus a annoncé. As tu des infos sur le nombre d’ avions que Swiss et Korean s’ attendent à recevoir en 2018? Quand Egyptair commencera à recevoir ses avions? Que feront ils pour accélérer les livraisons? Il y aurait des pilotes d’Airbus (12) qui passeraient au CSeries. Il faudrait plus de place pour la finition. Auras tu la chance d’être à Toulouse le 10 juillet?

    Répondre
    • juin 30, 2018 à 7:01 am
      Permalink

      Merci de la précision, je corrige le texte pour les livraisons. La seule chose que je sais c ‘est que possiblement le dernier CS100 de SWISS sera lui aussi envoyé à la finition,. Oui je sera à Toulouse le 10.

      Répondre
  • juin 30, 2018 à 2:16 am
    Permalink

    ¨nous tenons à féliciter tous les hommes et les femmes qui ont travaillé de près ou de loin sur le C Series. Vous avez contribué à mettre au point le meilleur avion disponible en ce moment.¨… Merci M.Allard pour votre commentaire car j’ai travaillé sur le C-Series à Mirabel de 2011 à 2016 et j’en suis très fier !!!

    Répondre
    • juin 30, 2018 à 6:59 am
      Permalink

      Vous avez toutes les rasions d’être fières.

      Répondre
    • juin 30, 2018 à 7:24 am
      Permalink

      Oui en effet merci André. J’ai mis 8 ans de mai vie et ma famille aussi a contribuer en ce sens. Se privamt de papa quand il travaillait d’arrache pied jour, soir et week-end ! C’est beaucoup de sacrifice et d’ingéniosité.

      Un enfant quand il est adopté peut changer de nom, mais ne peux pas changer ses origines. Le CSeries est QUÉBÉCOIS ! Il est NOMBARDIER1

      Répondre
  • juin 30, 2018 à 11:17 am
    Permalink

    Ce dénouement me fait penser au gars qui est content de voir son ancienne épouse enfin heureuse avec un autre homme…

    Répondre
  • juin 30, 2018 à 11:22 am
    Permalink

    Merci pour ce beau commentaire, ça fait chaud au coeur. J’ai été « mariée » au C Series durant 5 ans et j’y travaille encore aujourd’hui mais c’est beaucoup moins prenant que durant la phase test. C’est le plus bel avion du monde et nous en sommes très fiers. C’est un produit Bombardier dans nos coeurs à nous les employés et ça le restera toujours…

    Répondre
  • juin 30, 2018 à 10:51 pm
    Permalink

    Changer les noms des C Series a bien y penser c’est peut-être une bonne chose. Les noms CS100 et CS300 avant le 01 juillet 2018 seront pour toujours relier a l’historique de l’avion, tant pour sa conception et sa fabrication par l’ingénierie Québécoise. Sans oublier les travailleurs et travailleuses de Bombardier aéronautique qui ont participer a l’assemblage malgré les années d’incertitudes du programme. Même le géant Boeing y a mis ses ressources pour faire échec aux ventes. Sa démontre ce qui dérangeait Boeing, c’est la supériorité technologique et la grande appréciation des transporteurs qui avaient commencer a opérer plusieurs c series. Échec et mat pour l’avionneur américain. Le 01 juillet 2018 sera un nouveau départ officielle pour ce programme et fort probablement aussi des nouveaux noms pour ces deux « oiseaux motorisés » qui seront toujours d’origines Québécois. Faudrait pas oublier que bombardier au 30 juin 2018 à au moins 402 commandes fermes dont plus de 32 sont déjà livrés sans compter les dernières livraisons des dernières semaines. Le focus maintenant sera sur les moyens que mettra Airbus et son associé Bombardier pour les assemblages.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *