Ethiopian Airlines signe une entente d’achat ferme pour 10 avions Q400

Pour partager cette publication :

English follows

Bombardier Avions commerciaux a annoncé, aujourd’hui, la conclusion d’une entente d’achat ferme avec Ethiopian Airlines pour 10 avions Q400 neufs. La commande comprend également les droits d’achat pour cinq avions Q400 supplémentaires.

Selon le prix courant de l’avion Q400, la valeur de cette commande ferme s’élève à environ 332 millions de dollars américains.

« Les avions biturbopropulsés de Bombardier continuent d’offrir une performance sans pareil à nos exploitants, et nous sommes fiers que le transporteur national d’Éthiopie reconnaisse encore une fois cette valeur incroyable en élargissant sa flotte d’avions Q400 », souligne Fred Cromer, président, Bombardier avions commerciaux. « La tendance du marché pour l’achat de biturbopropulseurs plus gros et plus performants s’est intensifiée, et cette cinquième nouvelle commande témoigne du succès de l’avion Q400 et de la valeur qu’il offre aux clients à travers le monde. »


Ethiopian Airlines Signs Purchase Agreement for 10 firm Q400 Aircraft

Bombardier Commercial Aircraft announced today that it has concluded a firm order for 10 new Q400 aircraft with Ethiopian Airlines. The order also includes purchase rights for five additional Q400 aircraft.

Based on the list price of the Q400 aircraft, the firm order is valued at approximately $332 million U.S.

“The Bombardier turboprops continue to deliver unmatched performance to our operators, and we are proud that the flag carrier of Ethiopia is once again recognizing its tremendous value by increasing its fleet of Q400 aircraft,” said Fred Cromer, President, Bombardier Commercial Aircraft. “The market trend for high-performing and larger turboprops is intensifying, and this fifth reorder is a great example of the Q400 turboprop success story and the value it creates for clients around the world.”

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

13 réflexions sur “Ethiopian Airlines signe une entente d’achat ferme pour 10 avions Q400

  • avril 27, 2018 à 3:02 pm
    Permalink

    Beaucoup disent depuis quelques années que le programme Q400 sera vendu ou même mis au rancart. Non, je suis convaincu que le Q400 sera et pour très longtemps encore fabriquer en Ontario au sein de Bombardier aéronautique. Déjà Bombardier a une entente avec le syndicat Unifor de l’usine de Toronto depuis 2017 pour contribuer a la réduction des coûts de productions. Quand le terrain Downsview sera vendu il sera facile pour Bombardier de réorganiser la production de la séries Q et du Global (si) la fabrication n’est retourner au Québec. Depuis quelques moins PWC a offert a Bombardier la possibilité de remotorisé le Q400.

    Répondre
    • avril 27, 2018 à 3:05 pm
      Permalink

      Bombardier a vendu 50 Q400 au cours des 12 derniers mois, c’est un programme qui reprend de la vigueur avec la version à 90 passagers.

      Répondre
      • avril 27, 2018 à 5:14 pm
        Permalink

        J’ai entendu dire qu’ils perdent de l’argent pour chaque Q400 vendu. Donc ce programme va être vendu et/ou déménagé ou disparaître parce BBD n’a pas les moyens de perdre encore de l’argent.

        C’est pas un mauvais avion. D’ailleurs le Q400 est taillé pour les grands espaces comme l’Afrique. Vente presque facile dans ce cas-ci.

        Répondre
        • avril 27, 2018 à 9:02 pm
          Permalink

          C’était vrai il y a deux ans, mais avec la nouvelle versions 80 à 90 sièges ce n’est plus nécessairement le cas puisque les compagnies aériennes payent selon ne nombre de sièges à bord.

          Répondre
          • avril 27, 2018 à 10:10 pm
            Permalink

            Les modèles à plus de 80 sièges sont invendables en dehors de l’asie.

          • avril 28, 2018 à 7:47 am
            Permalink

            Comme l’aise est le marché le plus en croissance en ce moment, c’est une très bonne chose que les compagnies asiatique s’y intéresse.

  • avril 27, 2018 à 3:54 pm
    Permalink

    J’ai toujours dit le Q400 ce vend mieux que le CSeries

    Répondre
  • avril 28, 2018 à 1:45 pm
    Permalink

    Une commande de 332.$ US environ pour 10 Q400 selon Bombardier. Donc 33,2 millions chaque. Comment vaut un ATR comparable ????. La serie Q et les ATR ont des moteurs PWC.

    Répondre
    • avril 28, 2018 à 2:44 pm
      Permalink

      332M$ c’est selon le prix catalogue, le prix de vente réel est probablement plus aux environs de 220M$.

      Répondre
    • avril 28, 2018 à 3:01 pm
      Permalink

      Le prix catalogue de l’ATR72-600 est 26M$

      Répondre
  • avril 28, 2018 à 3:44 pm
    Permalink

    Bombardier devra réduire ces coûts de production pour le Q400 s’il veut prendre le dessus sur l’ATR. J’image que c’est dans ses plans quand Downsview sera vendu. Quel belle occasion pour négocier une aide gouvernemental pour une nouvelle usine et procéder au changement qui s’impose. Une élection en Ontario en juin et la fin des conventions collectives des deux sections locales d’Unifor. Le rapport de force va être du côté de l’avionneur. Et de plus Bombardier a déjà une entente avec Unifor pour la mise en place de changement au niveau de l’assemblage.

    Répondre
  • avril 28, 2018 à 6:45 pm
    Permalink

    Voilà un excellent appareil qui possède des caractéristiques intéressantes: rapidité (une alternative aux avions à réaction), STOL (adapté aux pistes urbaines), silencieux (à preuve, on l’opère à Billy Bishop), fiable (lorsque bien entretenu et bien piloté), facile à piloter, avec une capacité unique en termes de sièges, etc…
    Il est peut-être cher, mais moins cher qu’un avion à réaction. De toute manière, RIEN n’est parfait!
    Sur l’internet, on peut trouver plusieurs comparaisons entre l’ATR et le la Série Q. Chacun de ces appareils possède des caractéristiques propres. Ces différences entre les deux appareils offrent des alternatives aux transporteurs aériens; l’ATR convient plus à tel usage, la Série Q à un autre, etc…
    Aussi, il est clair qu’une remotorisation du Q400 relancerait sa « carrière » pour bien des années encore.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *