Héroux-Devtek publie ses résultats du quatrième trimestre de 2018

Pour partager cette publication :

 Ventes de 113,0 M$, comparativement à 120,9 M$ pour la période correspondante de l’exercice précédent

 Résultat opérationnel de 6,7 M$ et résultat net de 5,9 M$, ou 0,16 $ par action

 BAIIA ajusté1 de 19,4 M$ et résultat net ajusté1 de 10,4 M$, ou 0,29 $ par action

 Flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation de 56,1 M$ pour l’exercice 2018, stables par rapport à

ceux de l’exercice précédent

 Flux de trésorerie disponibles1 générés records de 50,8 M$ pour l’exercice 2018, contre 33,0 M$ un an

plus tôt

 Annonce de la signature d’un contrat avec AAR Corporation visant la remise à neuf de trains d’atterrissage

en appui à l’armée de l’air américaine

 Clôture des acquisitions de CESA et de Beaver prévue au cours du premier semestre de l’exercice 2019

Longueuil, Québec, le 24 mai 2018 — Héroux-Devtek inc. (TSX : HRX) («Héroux-Devtek» ou la «Société»), important fabricant

international de produits aérospatiaux, a publié aujourd’hui ses résultats du quatrième trimestre et de l’exercice clos le

31 mars 2018. À moins d’indication contraire, tous les montants sont en dollars canadiens.

«Les résultats de l’exercice 2018 que nous avons présentés sont relativement conformes à nos attentes. Nous avons effectué

d’importantes livraisons dans le cadre du programme du Boeing 777, dont 13 trains d’atterrissage uniquement au

quatrième trimestre et 42 trains d’atterrissage au cours de l’exercice. Nous avons terminé l’exercice avec un carnet de

commandes bien rempli de 466 M$, en hausse de 15 % par rapport à l’exercice précédent, et généré des flux de trésorerie

disponibles records de 51 M$. Nous sommes aujourd’hui en bonne position financière pour poursuivre notre prochaine phase

d’expansion, avec une trésorerie et des équivalents de trésorerie de 93 M$ et une dette nette qui en résulte de 39 M$, a déclaré

Gilles Labbé, président et chef de la direction de Héroux-Devtek.

Nous abordons le nouvel exercice avec enthousiasme puisque nous prévoyons tirer parti de nombreuses occasions de

croissance future, y compris la clôture des acquisitions de CESA et de Beaver, ainsi que des perspectives positives de croissance

à long terme de l’aérospatiale commerciale et de l’augmentation des dépenses engagées en matière de défense à l’échelle

mondiale. En outre, nous sommes bien positionnés pour obtenir un certain nombre de contrats concernant plusieurs programmes

d’avions grâce à notre offre entièrement intégrée, nos équipements de pointe et notre réseau international», a ajouté M. Labbé.

FAITS SAILLANTS FINANCIERS Trimestres clos les 31 mars Exercices clos les 31 mars

(en milliers de dollars, sauf les données par action)  2018 2017 2018 2017

Ventes  113 024 120 886  386 564 406 536

Résultat opérationnel  6 697 8 678  23 378 35 552

Résultat opérationnel ajusté1  12 089 12 312  30 325 35 880

BAIIA ajusté1  19 369 19 181  56 904 61 448

Résultat net  5 858 8 895  13 674 31 768

Par action – dilué ($)  0,16 0,25  0,38 0,88

Résultat net ajusté1  10 439 9 077  24 213 26 353

Par action ($)  0,29 0,25  0,67 0,73

1 Mesure non conforme aux IFRS. Se reporter à la rubrique intitulée «Mesures non conformes aux IFRS» à la fin du présent communiqué de presse.

RÉSULTATS DU QUATRIÈME TRIMESTRE

Les ventes consolidées se sont établies à 113,0 M$, comparativement à 120,9 M$ au trimestre correspondant de l’exercice

précédent. Cette variation de 6,5 % reflète la baisse des ventes dans les marchés de l’aérospatiale commerciale et de la défense

aérospatiale et une incidence négative nette sur les ventes de 1,4 M$ résultant des fluctuations d’un exercice à l’autre de la valeur

du dollar canadien par rapport aux devises.

Les ventes commerciales ont diminué de 5,4 % pour atteindre 57,5 M$, contre 60,8 M$ au trimestre correspondant de l’exercice

précédent. La diminution est principalement attribuable à la baisse des ventes de grands programmes commerciaux, y compris

la fin prévue d’un contrat pour un client fournissant des produits à un fabricant d’équipement d’origine, et à la baisse de la

demande de clients dans le marché secondaire des avions régionaux. Ces facteurs négatifs ont été contrebalancés en partie par

une hausse des livraisons de Boeing 777.

Les ventes liées au secteur de la défense ont diminué de 7,7 %, pour s’établir à 55,5 M$, en regard de 60,1 M$. Cette variation

s’explique essentiellement par une baisse de la demande de la part du gouvernement américain pour des pièces de rechange.

La marge brute a diminué pour s’établir à 19,0 M$, ou 16,8 % des ventes, par rapport à 20,8 M$, ou 17,2 % des ventes pour la

période correspondante de l’exercice précédent. Cette baisse est en grande partie attribuable à une composition des produits

défavorable, principalement liée à la baisse des ventes de pièces de rechange et de la demande du marché secondaire pour les

avions régionaux.

Le résultat opérationnel s’est élevé à 6,7 M$, ou 5,9 % des ventes, comparativement à 8,7 M$, ou 7,2 % des ventes, pour la

période correspondante de l’exercice précédent. Le résultat opérationnel ajusté s’est établi à 12,1 M$, par rapport à 12,3 M$,

pour la période correspondante de l’exercice précédent. Le résultat opérationnel ajusté du trimestre considéré ne tient pas compte

des frais de restructuration de 5,4 M$ liés aux ajustements d’effectifs à la suite du non-renouvellement du contrat avec l’armée

de l’air américaine et des frais liés aux acquisitions. Le résultat opérationnel ajusté du quatrième trimestre de l’exercice précédent

ne tenait pas compte de frais de restructuration de 3,6 M$ liés aux ajustements d’effectifs effectués à la suite des réductions des

cadences de production de certains programmes d’avions annoncés par des OEM. Par conséquent, le BAIIA ajusté, qui exclut

les éléments non récurrents, a été de 19,4 M$, ou 17,1 % des ventes, comparativement à 19,2 M$, ou 15,9 % des ventes, pour

la période correspondante de l’exercice précédent.

Le résultat net a atteint 5,9 M$, ou un bénéfice dilué par action de 0,16 $, au quatrième trimestre de l’exercice 2018,

comparativement à 8,9 M$, ou un bénéfice dilué par action de 0,25 $, pour la période correspondante de l’exercice précédent.

Le résultat net ajusté, qui exclut les éléments non récurrents, après impôts, s’est établi à 10,4 M$, ou 0,29 $ par action, contre

9,1 M$, ou 0,25 $ par action, pour la période correspondante de l’exercice précédent.

Au 31 mars 2018, le carnet de commandes fermes de Héroux-Devtek totalisait 466 M$, comparativement à 405 M$ au

31 mars 2017.

 

RÉSULTATS ANNUELS

Pour l’exercice 2018, les ventes consolidées se sont établies à 386,6 M$, comparativement à 406,5 M$ pour l’exercice 2017. Les

ventes commerciales ont atteint 195,1 M$, contre 210,8 M$ il y a un an, tandis que les ventes liées au secteur de la défense ont

totalisé 191,5 M$, comparativement à 195,7 M$ à l’exercice précédent. Les fluctuations d’un exercice à l’autre de la valeur du

dollar canadien par rapport aux devises ont diminué les ventes de 2,4 M$.

La marge brute pour l’exercice 2018 s’est fixée à 61,3 M$, ou 15,9 % des ventes, comparativement à 68,0 M$, ou 16,7 % des

ventes à l’exercice 2017. Le résultat opérationnel s’est établi à 23,4 M$, ou 6,0 % des ventes, contre 35,6 M$, ou 8,7 % des

ventes, il y a un an. Le résultat opérationnel ajusté s’est établi à 30,3 M$, contre 35,9 M$ il y a un an. Le BAIIA ajusté a atteint

56,9 M$, ou 14,7 % des ventes, contre 61,4 M$, ou 15,1 % des ventes, à l’exercice précédent.

Le résultat net s’est élevé à 13,7 M$, ou un bénéfice dilué par action de 0,38 $, à l’exercice 2018, comparativement à 31,8 M$,

ou un bénéfice dilué par action de 0,88 $, à l’exercice 2017. Le résultat net ajusté a été de 24,2 M$, ou 0,67 $ par action, contre

26,4 M$, ou 0,73 $ par action, à l’exercice précédent.

SOLIDES FLUX DE TRÉSORERIE ET EXCELLENTE SITUATION FINANCIÈRE

Les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation se sont chiffrés à 18,5 M$ au quatrième trimestre de l’exercice 2018, contre

29,1 M$ au quatrième trimestre de l’exercice 2017. Cette variation reflète principalement une variation moins favorable des

éléments hors trésorerie du fonds de roulement. Les flux de trésorerie disponibles pour le quatrième trimestre ont atteint 20,0 M$,

contre 22,8 M$ il y a un an. Pour l’exercice 2018, les flux de trésorerie liés aux activités d’exploitation, qui se sont établis à

56,1 M$, sont restés stables par rapport à ceux de l’exercice précédent, alors que les flux de trésorerie disponibles records de

50,8 M$ ont été nettement en hausse par rapport à 33,0 M$ à l’exercice précédent, essentiellement en raison de la diminution

des flux de trésorerie nets affectés aux activités d’investissement.

Compte tenu des montants de flux de trésorerie disponibles générés, la situation financière déjà saine de Héroux-Devtek s’est

encore améliorée au 31 mars 2018, la trésorerie et les équivalents de trésorerie s’établissant à 93,2 M$ et la dette à long terme,

y compris la tranche à court terme, mais compte non tenu des frais de financement différés nets, s’élevant à 132,0 M$. La dette

à long terme comprend un emprunt de 54,2 M$ sur la facilité de crédit de la Société d’un montant autorisé de 200,0 M$. Par

conséquent, la dette nette se chiffrait à 38,8 M$ à la fin du quatrième trimestre, en baisse par rapport à 92,3 M$ au 31 mars 2017.

Le ratio de la dette nette/capitaux propres était de 0,10:1 au 31 mars 2018, comparativement à 0,26:1 au 31 mars 2017.

POINT SUR LES ACQUISITIONS ANNONCÉES PRÉCÉDEMMENT

En raison d’un processus réglementaire plus long que prévu, l’acquisition de CESA devrait maintenant être conclue au cours du

deuxième trimestre de l’exercice 2019. La transaction est assujettie à certaines approbations réglementaires, notamment

l’autorisation du Conseil des ministres du gouvernement espagnol et l’acquisition préalable par Airbus de la participation de son

partenaire minoritaire dans CESA. La clôture de l’acquisition de Beaver devrait avoir lieu au cours du trimestre en cours, sous

réserve des ajustements de clôture habituels et de certaines approbations réglementaires.

AJUSTEMENTS D’EFFECTIFS

Héroux-Devtek a annoncé des ajustements d’effectifs visant une soixantaine d’employés à son usine de Longueuil à la suite du

non-renouvellement du contrat avec l’armée de l’air américaine annoncé le 27 mars 2017. Ces ajustements d’effectifs ainsi que

d’autres frais de restructuration liés à la diminution du volume ont entraîné des charges non récurrentes de 5 M$ avant impôts.

POINT SUR LE PROGRAMME FALCON 6X DE DASSAULT

Héroux-Devtek a récemment signé un contrat modifié visant la conception et la fabrication des trains d’atterrissage du Falcon 6X.

ÉVÉNEMENT POSTÉRIEUR À LA DATE DE CLÔTURE

Le 16 mai 2018, après la fin de l’exercice financier, Héroux-Devtek a annoncé la signature d’un contrat avec AAR visant la remise

à neuf d’ensembles de trains d’atterrissage de l’avion KC-135, la fabrication de pièces de rechange pour les avions C-130 et

KC-135 et la fabrication d’autres composants de trains d’atterrissage, tous à l’appui d’un contrat récemment accordé à AAR par

l’armée de l’air américaine. La valeur totale du contrat pourrait dépasser 65 M$ sur une période de 4 ans.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *