La démonstration de force du Global 7500 n’est pas terminée

Pour partager cette publication :

Trois gros records en mars

Dans son désir d’établir la suprématie du Global 7500, Bombardier Avions d’affaires a connu un mois de mars fructueux avec trois records importants pour son porte-étendard.

 

Le mois a débuté avec le record de la plus grande distance franchissable pour un avion d’affaires confirmant que le Global 7500 est le champion de cette catégorie. C’est un record important à détenir quand on affirme offrir le plus grand avion d’affaires.

 

Puis dans la dernière semaine de mars, le Global 7500 est allé chercher deux autres records : celui du vol le plus rapide entre Los Angeles et New York ainsi qu’entre New York et Londres. Bombardier a choisi de battre le record de vitesse sur ces deux liaisons en premier, car ce sont deux des routes les plus fréquentées par l’aviation d’affaires et elles sont donc des distances de référence.

 

Les prochains records

Maintenant que le Global 7500 détient les records les plus importants, la suite logique est de continuer à démontrer ce qu’il peut faire de plus que son concurrent le G650ER. Les performances sur piste du Global 7500 devraient lui permettre d’établir un nouveau record pour le vol le plus long à partir de l’aéroport de London City et il sera intéressant de voir par combien de milles nautiques le précédent record sera battu. Viendront ensuite les records de distance à partir des aéroports en haute altitude comme Denver au Colorado ou encore Mexico.

 

On s’attend donc à ce que le Global7500 batte d’autres records au cours du mois d’avril afin d’arriver en conquérant à l’European Business Aviation Convention & Exhibition (EBACE) à Genève du 21 au 23 mai prochain. Le but ici est de convaincre les acheteurs que le Global 7500 est le meilleur.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

4 réflexions sur “La démonstration de force du Global 7500 n’est pas terminée

  • mars 29, 2019 à 8:55 pm
    Permalink

    Une autre fantastique conception qui bat pleins de records mondiaux!
    Bravo a tous! 👍 🍾 👏👏👏👏👏

    Répondre
  • mars 29, 2019 à 10:27 pm
    Permalink

    Et si Gulfstream lance un « G800 » (pour battre le Global 7500), BBD pourra alors lancer son Global 8000 (qui aurait probablement 8500 nm d’autonomie) mais qui serait prêt plus rapidement que le Guilstream…

    Répondre
    • mars 30, 2019 à 7:18 am
      Permalink

      8500nm c’est dans la poche pour le Global 8000, maintenant est-ce que BBD peut lui donner une autonomie de 9000 nm? Outch!

      Répondre
  • mars 30, 2019 à 5:20 am
    Permalink

    C’est un article intéressant.

    J’ai de la chance de pouvoir être en contact avec certains exploitants d’avions d’affaires. L’écho que j’ai eu est qu’ils sont très-très attachés à la disponibilité et à la fiabilité de l’avion plus qu’à la beauté ou à la performance de celui-ci. Il est évident que ces deux derniers aspects comptent, mais l’irritation des propriétaires semble au sommet quand il y a un « pépin » et qu’ils ne reçoivent pas le service impeccable et prompt pour palier à ce problème.

    Ce que je veux dire par là est que Global 7500 est certainement un très bel avion et très performant, mais si le service ne suit pas, certains clients pourraient être très énervés.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *