L’aéroport de Mirabel n’est plus une option viable

Pour partager cette publication :

Alors qu’ADM à annoncé son intention de construire un nouveau terminal sur le site de l’aéroport de Montréal-Trudeau, plusieurs personnes ont critiqué ce choix, prônant plutôt le retour à Mirabel. Nous sommes d’avis qu’ADM prend la bonne décision en restant sur le site actuel; en développer le plein potentiel reste encore le meilleur moyen de garantir une position aéroportuaire dominante pour la région de Montréal.

 

L’un des obstacles majeurs au bon développement de l’aéroport de Mirabel était l’absence de lien routier rapide ainsi que l’absence totale de tout système de transport en commun. Or depuis sa fermeture, non seulement la situation n’a pas été réglée, mais elle s’est détériorée; avec l’augmentation de la circulation automobile, les problèmes de congestion ont explosé. Avec le réseau autoroutier actuel, Mirabel est donc encore moins accessible qu’elle ne l’était dans les années ’80, ce qui veut dire qu’avant de penser à y ramener des vols commerciaux il faut trouver une solution à son éloignement.

 

Rajouter un nouvel axe routier pour desservir Mirabel ne règlerait rien puisque c’est tout le réseau routier métropolitain qui est congestionné; y déverser plus de véhicules ne ferait qu’empirer la situation. Les chiffres parlent par eux-mêmes puisqu’avec plus 16M de passagers par année, l’aéroport Montréal-Trudeau génère entre 50 000 et 55 000 déplacements quotidiens. Imaginer un instant ce qui se produirait si tous ces déplacements devaient se faire à Mirabel plutôt que dans l’Ouest de l’Île. La congestion sur les ponts et le réseau routier du nord de Montréal serait telle que ce n’est pas seulement l’aéroport qui en souffrirait, mais toute l’économie de la région métropolitaine.

 

Si l’aéroport de Mirabel est mal desservi par le réseau autoroutier et de transport en commun, ce n’est pas le cas de l’aéroport Montréal-Trudeau qui est ceinturé par les autoroutes 20, 40 et 13 et en plus, le REM s’y rendra dans quelques années. Afin d’en améliorer l’accessibilité, il n’est pas nécessaire de construire de nouvelles autoroutes, mais plutôt de refaire certains échangeurs et d’améliorer la capacité de certains tronçons d’autoroutes existantes. Mais il va de soi que l’une des conditions essentielles de la réussite de l’agrandissement de l’aéroport Montréal-Trudeau est une bonne coordination entre ADM et les différents paliers de gouvernement.

 

Il ne faudrait pas oublier que le choix de l’emplacement de Mirabel avait été hautement contesté à la fin des années ’60; plusieurs des arguments avancés contre l’implantation d’un aéroport à Mirabel, sont toujours valides 50 ans plus tard. Il est grand temps de tirer un trait sur les erreurs du passé.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

27 réflexions sur “L’aéroport de Mirabel n’est plus une option viable

  • mai 8, 2017 à 10:22 am
    Permalink

    Dorval ne pourra être agrandit infiniment. Ça va prendre une nouvelle piste à un moment donné. À ce que je me souviens il y avait comme choix Mirabel, le sud de la région de Montréal (il aurait fallu demander la permission aux USA pour faire atterrir à chaque fois les avions parce que trop prêt de la frontière) et … Drummondville.

    Dans le temps Mirabel était supposé desservir la région de Montréal et Ottawa.

    Répondre
    • mai 8, 2017 à 10:31 am
      Permalink

      Fermer Dorval, et relocaliser que ce soit sur la rive nord ou sud sa pourrait facilement atteindre les 20G$ avec les infrastructures routières et de transport en commun. À mon avis on va trouver des solutions pour augmenter la capacité à Dorval.

      Répondre
      • mai 8, 2017 à 11:58 am
        Permalink

        Dans le sud c’est impossible parce que trop près des USA.

        Répondre
        • mai 8, 2017 à 12:13 pm
          Permalink

          Je n’ai pas parlé de descendre au sud juste de rester à Dorval, mais la proximité avec les USA n’est pas un problème, l’aéroport de Boundary Bay près de Vancouver est à moins de 10KM de la frontière. Avec la navigation basée sur les performances il n’est plus nécessaire de s’enligner en finale à 10mn du seuil de piste, il est maintenant possible de faire un virage en finale à moins de 3 mn en toute sécurité grâce au satellite. Mais là n’est pas la question, une autoroute entre MTL et Mirabel, pas rentable s’il est serait payante et de doute façon il y airait encore plus d’expropriation à faire. Le TGV à lui seul n’aurait jamais été capable de fournir 15M de passagers par année. Via Rail ne transporte que 5M passagers par année sur l’ensemble de son réseau et cela coûte 500M$ d’aide annuelle.

          Répondre
          • mai 8, 2017 à 12:54 pm
            Permalink

            Sud = Rive sud.

          • mai 8, 2017 à 12:55 pm
            Permalink

            Pour moi aussi sud= Rive Sud

          • mai 8, 2017 à 12:56 pm
            Permalink

            Une des pistes envisagée pour la rive sud était perpendiculaire à la frontière des USA et cela forçait les avions de passer au-dessus des USA (ou trop près).

          • mai 8, 2017 à 12:57 pm
            Permalink

            Ce n’est plus un problème avec la navigation basée sur la performance.

          • mai 8, 2017 à 12:59 pm
            Permalink

            Il existe des protocoles qui permettent aux avions qui frôlent les frontières de garder leurs trajectoires, on est plus dans les années soixante.

    • mai 8, 2017 à 11:31 am
      Permalink

      L’aéroport de London-Heathrow a seulement 2 pistes (comme à Dorval) et dessert plus de 75 millions de passagers par an. Donc il n’y a aucun besoin en nouvelle piste pour un méchant bout encore.

      Répondre
      • mai 8, 2017 à 11:32 am
        Permalink

        Donc c’est pas demain la veille que l’on va fermer Dorval.

        Répondre
        • mai 8, 2017 à 11:50 am
          Permalink

          Personnellement, Mirabel avait un avenir meilleur que Dorval. Ils n’ont pas construit de train à grande vitesse entre Montréal et Ottawa en passant par YMX. C’est ce qui a tué Mirabel.

          Imaginer vendre les terrains à Dorval. Ça vaut des milliards et plus que suffisant pour construire un TGV et un nouveau terminal ultra moderne à Mirabel. Ça désengorgerait le secteur en prime.

          Répondre
      • mai 8, 2017 à 12:07 pm
        Permalink

        Heathrow est un aéroport international de toute la Grande Bretagne. Dorval n’est qu’un aéroport régional avec l’étiquette internationale dessus. C’est Pearson qui est le gros aéroport. La différence ce n’est pas les pistes mais la grosseur des avions qui y atterrissent. Dorval ne sera jamais capable d’approcher les 40 millions voire les 30 millions simplement pour cette raison. Quand les vols entre Toronto et Mtl se font en Q400 ça prend pas mal de ces vols pour matcher un seul 777 ou un A380.

        Répondre
        • mai 8, 2017 à 1:51 pm
          Permalink

          Vous avez tellement raison. À chaque année, le traffic passagers à LHR qui voyagent en A380 augmente de 2%, au point où c’est maintenant 10% des passagers de LHR qui voyagent en A380. La situation de Montréal, à l’instar des autres aéroports nord-américains, avec les vols en Dash8, CRJ et ERJ, requiert davantage de pistes. La comparaison « 2 pistes à LHR comme à YUL » ne tient pas compte de la réalité du traffic.

          Répondre
          • mai 8, 2017 à 2:14 pm
            Permalink

            Pour remplir les A380 sa prend des B737 non?

  • mai 8, 2017 à 10:37 am
    Permalink

    C’est plate à dire, mais André a totalement raison. Mirabel est trop loin, et le réseau routier pour s’y rendre est saturé. Améliorer ces liens serait prohibitifs (et contribuerait à l’étalement urbain en bonus)

    Les dollars investis à Dorval vont faire un meilleurs retour sur l’investissement (ie en bénéfice $ ET en accroissement du nombre de passagers) versus le même dollars à Mirabel.

    Lorsque Dorval approchera sa capacité (dans 25 ans?), on aura qu’à déplacer graduellement certains vols nolisés et/ou construire un terminal pour les « no frills » à Mirabel. De cette façon, on ne canibaliserais pas l’aspect « plaque tournante » de Dorval.

    Répondre
    • mai 8, 2017 à 10:45 am
      Permalink

      AU sud est de Dorval dans le triangle formé par la 520, la 13 et la 20 il y a un quartier industriel datant des années 1970 avec de nombreux édifices désuets, une expropriation de ce secteur permettrai l’ajout d’une piste supplémentaire. Avec une réorganisation complète des échangeurs et autoroutes du secteur, le tout serait viable et un désengorgement de cette portion du réseau routier de de la métropole serait bénéfique pour toute la région.

      Répondre
    • mai 8, 2017 à 10:53 am
      Permalink

      Il est temps que l’on se pose ce genre de question d’autan plus que l’autoroute métropolitaine va avoir besoin de travaux majeurs dans la décennie à venir, il serait temps que les trois paliers de gouvernement et ADM discutent ensemble de leurs projets respectifs.

      Répondre
      • mai 8, 2017 à 11:51 am
        Permalink

        Un tunnel sera nécessaire. Qu’est-ce que c’est laid un skyway !!!

        Répondre
    • mai 8, 2017 à 11:56 am
      Permalink

      Il y a plusieurs solutions. On peut envisager une autoroute payante à 200 km/h entre le centre ville et Mirabel + TGV. Le service de navette entre Dorval et Montréel Downtown est nul.

      Répondre
  • mai 8, 2017 à 11:12 am
    Permalink

    Votre analyse des problèmes d’accès à YMX versus YUL ne tient pas compte de toute la situation.

    Par exemple, j’ai de la famille qui habite à Trois-Rivières. Quand ma tante Denise veut prendre son vol de 6h45 la matin sur Sunwing pour aller à Cuba, ben elle ne prend pas de chance : elle arrive la veille et couche dans un hôtel à côté de YUL. Parce qu’aller de Trois-Rivières à YUL le matin, c’est prendre le risque d’être pris dans un bouchon imprévisible quant à sa durée. Un seul centimètre de neige et un parcours de 2 heures devient un parcours de 4 heures. Même chose si on part de Sherbrooke, Drummondville, Gatineau ou St-Sauveur. Ce n’est pas pour rien qu’il y a tant d’hôtels autour de YUL : c’est pour desservir la clientèle des régions qui peinent à accéder à YUL. Il se vend même des forfaits, pour les gens des régions autour de Montréal, qui inclut le voyage, le Park N Fly et l’hôtel autour de YUL !

    Avec YMX, au moins on se donne la possiblité de faciliter l’accès pour une partie des gens en région (Outaouais, Laurentides, Mauricie).

    Et on ne parle même pas des autres considérations, telle la nuisance du bruit pour les gens qui habitent dans les corridors de vols vers YUL ou de la possibilité d’exploiter YMX 24 heures / jour.

    Donc, YMX n’est pas une panacée, certes, mais serait, à mon humble avis, une bien meilleure alternative à YUL.

    Répondre
    • mai 8, 2017 à 11:28 am
      Permalink

      Que les gens louent une chambre d’hotel pour arriver la veille est la preuve qu’il y a déjà un problème d’accès, mais déplacer au nord règlerait le problème pour une petite partie des voyageurs seulement, car la très vaste majorités des voyageurs proviennent de l’ile, et de la rive sud. Car il y a longueuil, St-hyacinthe, Drummondville et Sherbrooke. À l’époque où Mirabel a été construite, il n’y avait pas d’autoroute au nord de Laval, alors que sur la rive sud il y avait déjà la 10, la 15 et la 20 et ce n’est pas par hasard car le bassin de population y était plus grand et c’est encore le cas d’aujourd’hui. Donc pour répondre à votre affirmation, l’analyse des problèmes d’accès à YMX tient justement compte du fait que la majorité des déplacement vers YUL ou encore YMX se fond à partir du sud de la rivière Des Prairies et avec seulement deux pont et une autoroute pour accéder à YMX, je ne vois pas comment la situation pourrait s’améliorer en la réouvrant.

      Répondre
  • mai 8, 2017 à 3:52 pm
    Permalink

    Les gens de Montréal ont voulu YUL et rester dans ils de Montréal voila que ça donne ,

    Répondre
  • mai 8, 2017 à 8:36 pm
    Permalink

    Me semble que l’aéroport de Dorval est fermée de minuit à 06h00 ? Ça devrait lui nuire pour de l’expansion ?

    Répondre
  • mai 9, 2017 à 1:23 pm
    Permalink

    C’est là que les appareils plus silencieux, comme le CS100 ou le CS300, jouent leur rôle dans les zones urbaines où les aéroports sont installés.

    Répondre
  • juin 1, 2019 à 4:52 pm
    Permalink

    Mirabel est de loin le choix à moyen et long terme à faire de manière stratégique pour le développement du Québec. Premièrement car le. site est déjà exploité à cette fin. Deuxièmement Dorval a été favorisé de manière déloyale par Air Canada parce que Mirabel menaçait de devenir la plaque tournante des vols avec escale pour l’est du Canada. Ceci aurait nui à air Canada, qui a ses hangars a Toronto. Ils se sont donc arrangés pour qu’on mise tout sur Dorval, sachant bien que c’est un aéroport beaucoup trop près de zones résidentielles très denses et que le traffic doit donc cesser après minuit. Ceci fait de Dorval un éternel petit aéroport de province polichinelle. Si un avion arrive à Dorval à minuit et dix minutes, il doit maintenant aller atterrir à Toronto. Cette situation est aberrante.
    Ceci est aussi sans parler dur SCANDALE ABSOLU de la station de train découverte dans le sous sol de Mirabel, qui attendait l’arrivée de la ligne qui n’arriva jamais à cause de magouilles faites pour empêcher ce train entre Mirabel et Montréal. Aujourd’hui, maintenant que le train de Banlieue se rend jusqu’à Saint Jérôme et que il va même probablement continuer vers le nord, une station sera faite à Mirabel sous peu. Faire une bifurcation pour aller vers l’Aéroport sera un jeu d’enfant. On peut commencer à réouvrir Mirabel lentement avec une petite aérogare pour des vols intérieurs, et préparer le terrain pour un éventuel élargissement du service passager tout en misant sur le cargo et le privé. N’oublions pas, aussi, que la 13 va bientôt être prolongée jusqu’à la 50.
    Toutes les grandes villes ont au moins deux aéroports majeurs.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *