MaxGate, n’en jetez plus la cour est pleine

Pour partager cette publication :

Chaque semaine qui passe amène son lot de révélations concernant le développement du B737MAX et de sa certification. De toute évidence, Boeing a tourné les coins ronds afin d’accélérer la certification du MAX.

 

C’est avec beaucoup de surprise que l’industrie de l’aviation a appris que Boeing avait désactivé une alarme de sécurité sans aviser son client qui opère l’appareil; c’est un accroc sévère au principe de confiance réciproque qui guide les bonnes relations d’affaires entre deux entreprises. La toute dernière révélation (cliquez ici pour lire à ce sujet) nous apprend qu’un problème avec l’alarme de disfonctionnement de l’AoA avait été identifié mais jugé non essentiel à la sécurité; dans ce cas on voit clairement une organisation qui a des déficiences en matière de gestion du risque et de l’échange d’information à l’interne.

 

Immédiatement après la tragédie du vol ETH302, le public a retiré sa confiance envers le MAX et Boeing ; mais plus on en apprend sur le développement du MAX fait à la sauvette et plus l’industrie du transport aérien s’interroge également à propos de Boeing. Certains clients qui n’ont que des avions Boeing dans leur flotte comme FlyDubaï se plaignent ouvertement des mauvaises communications de la part de l’avionneur et regarde maintenant du côté d’Airbus.

 

Ce qui dérange encore plus avec Boeing en ce moment, c’est l’arrogance avec laquelle ses dirigeants traitent cette affaire. La décision de Boeing de faire passer la cadence de production du B737 de 42 à 47 appareils par mois en juin, puis à 52 pour les mois de juillet et août pour finalement atteindre 57 à partir de septembre présume d’une approbation rapide des modifications apportées au MCAS. C’est comme si Boeing défiait la FAA et les neuf agences de certification qui se réuniront le 23 mai prochain en leur disant : « nos modifications sont sécuritaires et SVP apposez votre étampe au bas du formulaire et surtout faites vite, car nous avons des impératifs commerciaux importants à respecter ».

 

Les dérives de Boeing dans le développement et la certification du MAX représentent une tache dans le dossier de la sécurité de toute l’aviation civile. Pour le bien de cette industrie, le comité mixte qui se réunira le 23 mai prochain pour analyser les modifications apportées au MCAS doit faire passer le message que ce sont les organismes règlementaires qui mènent, pas Boeing.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

49 réflexions sur “MaxGate, n’en jetez plus la cour est pleine

  • mai 6, 2019 à 9:53 pm
    Permalink

    Bowing est tellement arrogant qu’ils ne sont pas loin de l’inversion accusatoire. Ils vont dire que c’est la faute aux passagers ou aux cie aériennes!

    Répondre
  • mai 6, 2019 à 11:50 pm
    Permalink

    Pour ceux qui suivent la saga MAX, il est désolant de voir comment Boeing traite l’affaire.
    – Boeing refuse d’endosser la responsabilité des crashs du 737 Max 8
    – Les crashs sont la faute des pilotes
    – Boeing s’équipe d’une armée d’avocats pour lutter contre les poursuites
    – Même les pilotes d’essai ont été floués
    – Aucun accusé de réception de la part de Boeing pour les 216 signalements de défaillance AoA signalées à la FAA (c’est la faute des ingénieurs, la haute direction n’était pas au courant)
    – Les problèmes étaient connus depuis 2017
    Boeing a un conseil d’administration à l’incompétence technique totale et tenu dans l’ignorance des aspects liés à la sécurité. Ce prestigieux CA est traité de manière royale : chaque membre (dont Nikki Haley) reçoit « $324,000 in cash and stock annually » pour de courtes rencontres à fréquence mensuelle. Un CA sous la coupe de Dennis Muilenburg qui occupe “the powerful dual role of chairman — head of the board — and CEO”.
    https://www.washingtonpost.com/business/2019/05/06/safety-was-just-given-inside-boeings-boardroom-amid-max-crisis/?utm_term=.988edcf8e057
    Ça bulldoze en grand chez nos voisins du sud!
    Dans le futur, les étudiants verront ce « cas » dans les cours d’administration. Je parie que le sous-titre du cours sur la gestion de crise pourrait s’énoncer comme suit : « Les pièges à éviter : l’exemple de Boeing. »

    Répondre
  • mai 7, 2019 à 2:17 am
    Permalink

    N’oubliez jamais que les gens ont la mémoire courte. Dans un an une large partie de ces discussions aura été oubliée et MAX voleront comme si de rien n’était. C’est comme ça.

    Malheureusement, des accidents vont se produire car aucun avion est immune à de mauvaises réponses des pilotes à une panne, y compris le C Series.

    La réaction actuelle des média et des média sociaux m’inquiète beaucoup car un précédent est maintenant établi. Les prochains accidents auront des conséquences majeures aux programmes d’avions récents. Dans l’avenir, un programme fragile peut être tout simplement abandonné pour une raison similaire.

    Je n’ai pas forcément envie d’avoir raison, mais malheureusement il se pourrait que j’aurais raison.

    Souvenez vous bien de ce que j’aurais écrit dans mes commentaires dans ce site concernant ce sujet.

    Répondre
    • mai 7, 2019 à 8:19 am
      Permalink

      Je ne suis pas certain qu’on oubliera aussi facilement que cet avion est dangereux. S’il fallait que des groupes commencent à fréquenter les aéroports, affiches dans les mains, pour dénoncer ces avions mal conçus, la méfiance des passagers serait mis à mal.

      Il ne suffit qu’un faible pourcentage des passagers refusent d’y monter pour que l’équation économique penche du mauvais côté pour faire basculer sa rentabilité.

      Rappelons-nous que le profit est la raison d’être de toutes ces compagnies qui exploitent des avions.

      Répondre
      • mai 7, 2019 à 1:43 pm
        Permalink

        Il y a eu 16 accidents de Challenger 600 et pourtant on oublie.

        Je vous garantis que les accidents de MAX seront vite oubliées, comme ceux de l’A320 ou de l’A330 ou d’autres. C’est la vie.
        Le fait qu’il y a eu deux accidents assez proches n’est qu’un phénomène rare des statistiques. Ça arrive, mais très rarement.

        Par contre, il y aura de plus en plus de pilotes jeunes mal entraînés. Ça c’est sur.

        Répondre
  • mai 7, 2019 à 1:13 pm
    Permalink

    La réaction actuelle des média comme le Seattle Time avec Dominic Gate en tête est très rassurante. Il a fait plusieurs investigations qui montrent que Boeing a fait plein d’erreurs et qu’elle persiste à dire que c’est de la faute des pilotes. Si un avion n’est pas bon, il faut le dire, surtout si son constructeur ne prends pas ses responsabilités.

    Répondre
  • mai 7, 2019 à 3:00 pm
    Permalink

    LADQ: « MaxGate, n’en jetez plus la cour est pleine »

    Il reste de la place en masse dans la cour de justice. ⚖️

    Répondre
  • mai 7, 2019 à 4:27 pm
    Permalink

    Mon petit doigt me dit que le nom MAX va disparaître avec une nouvelle fausse certification et dire que c’est un nouvel avion avec un ré-entrainement des pilotes pour le faire croire et évidemment une campagne de pub à large bande pour tout faire oublier. Ils font ça depuis très longtemps dans le marketing.

    Répondre
    • mai 7, 2019 à 9:15 pm
      Permalink

      Plus la provenance des avis sera élevée et diversifiée, plus elle aura du mordant.

      Il faut « casser » ce vase clos qui enferme Boeing et la FAA. Ouvrir les portes et apporter un vent de fraîcheur. Et, pas seulement aux États-Unis mais partout dans le monde, partout où ces avions pourraient voler. Emmenez-en des compétences!

      Il y aura de la grosse turbulence après le 23 mai, lorsque les régulateurs extérieurs embarqueront dans la danse. Surtout les régulateurs asiatiques dont la population craint le MAX 8.

      Répondre
      • mai 7, 2019 à 9:21 pm
        Permalink

        Tout à fait d’accord, le fonds du problème c’est la trop grande proximité entre Boeing et la FAA. Vue la taille des entreprises comme Airbus et Boeing, ce n’est pas surpennant. Ce qui est arrivé aux USA pourrait très bien se produire en Europe entre Airbus et l’EASA.

        La création de comités mixtes de certification permet d’aller chercher le talent là où il se trouve sur la planète et d’éviter d’avoir à recruter constamment cher les deux plus gros constructeurs. Cela permet également de réduire les dépenses des gouvernement qui peuvent alors déléguer quelques experts plutôt que de soutenir toute une équipe complète de certification.

        Répondre
      • mai 8, 2019 à 2:47 am
        Permalink

        MarcelC.

        Je pense que vous aller un peu trop vite dans votre conclusion.
        Beaucoup de monde ici va être surpris du résultat des consultations et va probablement crier scandale.

        La réalité est bien plus simple si on veut bien regarder les choses avec un certain niveau de rationalité.

        La réaction actuelle est totalement irrationnelle et émotionnelle. Les conséquences de cette réaction va être ressenti dans le future accidents avec des effets qui pourraient être dévastateurs pour certains programmes d’avions récents.

        Vous vous souviendrez de cette discussion quand cela va arriver.

        Répondre
  • mai 8, 2019 à 12:48 pm
    Permalink

    Réfléchissons un peu…
    Ce qui fait scandale, c’est que les crashs de Lion Air et d’Ethiopian Airlines étaient prévisibles alors que Boeing a sciemment omis ce risque. Tout ça pour rencontrer des objectifs financiers.

    Pour mieux comprendre, tentons une comparaison :

    Imaginons, un quelconque fabriquant de voitures, GM par exemple.

    Sous la pression de la concurrence étrangère, GM conçoit les plans de modification d’un ancien modèle d’auto. Cette modification entraine un problème avec les freins; la voiture freine mal. Disons qu’il faut « pomper » la pédale de frein pour freiner adéquatement, sinon la voiture ne s’immobilise pas. Toutefois, comme il est plus profitable de la produire avec ce vice de conception plutôt que de concevoir et de produire une nouvelle voiture, GM décide d’installer à bord un système électronique qui « pompera » les freins à l’insu des utilisateurs.

    Tout fonctionne bien jusqu’à ce qu’un moment donné une auto tue tous ses occupants après avoir manqué de frein. Réaction de GM : rien de spécial, on déplore alors les erreurs du conducteur de la voiture et on offre nos condoléances aux familles des victimes.

    Arrive soudainement un autre accident en tout point semblable et ayant le même résultat, soit la mort de tous les occupants de la voiture. Réaction immédiate de GM : rien de spécial, on déplore alors les erreurs du conducteur de la voiture et on offre nos condoléances aux familles des victimes.

    Ces deux accidents éveillent des soupçons. On commence à poser des questions, on s’inquiète, etc… GM n’aime pas ça! GM préfèrerait qu’on le laisse tranquille et qu’on ne nuise pas à ses affaires. Malgré les réticences de GM, on enquête pour découvrir les vices cachés de cette voiture. Réaction de GM : cette voiture ne présente pas de problème, c’est une merveille de technologie. On n’a qu’à reprogrammer le mécanisme de « pompage » des freins et notre voiture, qui au départ était très sécuritaire, la sera encore plus! Faites-nous confiance, tout est sous contrôle. Si jamais le système de « pompage » de frein tombait en panne, pas de problème car un manuel gratuit accompagnant la voiture sera mis à la disposition des conducteurs afin de leur montrer comment « pomper » les freins eux-mêmes.

    Une farce!

    La seule voiture sécuritaire est celle dont on n’a pas besoin de « pomper » les freins, n’est-ce pas?

    Le MAX 8 de Boeing a un vice de conception aérodynamique maintenant évident. On peut l’utiliser avec un MCAS, mais il a un vice de conception quand même. Ce vice de conception présente un risque accru de décrochage. Et ici, on ne parle pas d’une voiture, ni même d’un autobus, mais d’un avion de ligne pouvant transporter des centaines de passagers.

    Répondre
    • mai 8, 2019 à 4:17 pm
      Permalink

      Marcel C. ……très bonne analogie. Boeing à fait de l’aveuglement volontaire et avec l’info qui provient de l’intérieur même de l’avionneur c’est plus qu’évident. Les enquêtes aux civils et criminels au usa vont surement le démontrer à moins que la politique du gouvernement fasse dévier le cours des événements.

      Répondre
    • mai 8, 2019 à 4:48 pm
      Permalink

      MarcelC

      Je pense que vous devriez prendre un peu de recul et de réfléchir de façon rationnelle.

      L’issu de ce brouhaha est évident si on y pense calmement et en mettant de coté la partie émotionnelle.
      La suite pourrait vous décevoir profondément.

      Le pire de tout est le fait que un précédent est maintenant établi.

      Croyez moi il y aura d’autres accidents avec toutes sortes d’avions. Je vous garantis qu’aucun avion est immune à une mauvaise réponse des pilotes à une panne. Même le C Series n’est pas immune à ce genre d’erreur.

      Vous devriez regarder les statistiques des accidents d’un avion très réussi comme l’A320.

      Vous pouvez trouver cela à la fin de la page de wikipedia sur l’avion.

      Ces accidents se sont passés avec un avion soit disant super sophistiqué. Pratiquement tous à été attribués à une mauvaise réponse des pilotes à une situation inhabituelle. Puis tout a été oublié.

      Vous risquez d’être déçu de la suite concernant le 737 MAX, mais c’est la grande différence entre un raisonnement irrationnel et un raisonnement pesé des autorités.

      Répondre
  • mai 8, 2019 à 11:39 pm
    Permalink

    « Vous risquez d’être déçu de la suite concernant le 737 MAX »
    Pourquoi on serait déçu?
    Le 23 mai prochain, Boeing déclarera que les 2 accidents sont la résultante d’une série d’évènements qui ont commencé par des erreurs de pilotages. Le senseur d’angle d’attaque et le MCAS ont fonctionné comme prévu. Il n’y a pas lieu de faire des changements. L’avion a été conçu dans les années 60 et à ce moment il était à la fine pointe de la technologie. Il avait même été rigoureusement certifier à cette époque tellement bien que la FAA n’a pas jugé nécessaire de le recertifier au complet depuis.
    De toute façon quoiqu’on fasse, il y aura d’autres accidents. Avec le temps les gens vont oublier que Boeing a comme priorité première les bénéfices et la sécurité en option. Il applique la même recette pour les 787 de Caroline du sud et les avions ravitailleurs de l’USAF.
    Pour ce faire, Boeing n’a pas hésité à bafouer les lois de l’aéronautiques et bien d’autres lois.
    Les irrationnels que sont les organismes de règlementations et tous ceux qui ont souhaités la pause des vols de 737MAX voulaient protéger le publique mais également Boeing lui même. Le fait que Boeing nie le fait que le MAX a un problème, comment fera t il pour convaincre tout le monde qu’il a trouver une solution qui rendra l’avion plus sécuritaire.
    Boeing doit agir en bon père de famille. On a trouver le problème et voila le correctif.
    Pour les pilotes sans grandes expériences, les commandes de vol fly by wire sont un atout. Mais ce n’est pas disponible sur le 737MAX.

    Répondre
  • mai 9, 2019 à 10:14 am
    Permalink

    On va voir le système capitaliste américain se ranger derrière Boeing (too big to fail). La FAA va couvrir son cafouillage et approuver les rafistolages de Boeing. Le gouvernement américain va mettre de la pression sur les pays producteurs d’aéronefs pour approuver le retour du MAX sinon gare aux prochains modèles qu’il voudront certifier. Tant qu’au Chinois, ils ont déjà commencé à mettre leur économie sous pression cette semaine, ce sera facile de négocier un arrangement pour qu’ils approuvent le MAX. Tout les moutons vont suivre le bon berger américain et le MAX va retourner dans les airs avant la fin du mois, regardez bien ça! Cette saga est fini.

    Répondre
  • mai 9, 2019 à 3:15 pm
    Permalink

    Leeham News and Analysis: « Boeing hopes that the Federal Aviation Administration will lift its grounding order for the 737 MAX as early as next month. It is prepared to act alone, LNA has confirmed, rather than waiting for a consensus from global regulations. »

    C’est effectivement ce que dès le début de cette saga je croyais qui arriverait éventuellement car il me paraissait évident que le gouvernement américain mettrait tout son poids dans la balance afin de la faire pencher du côté de Boeing. Et c’est bien ce qui semble se produire présentement: ils tentent de mettre de la pression sur les autres agences.

    Cette tactique devrait normalement fonctionner assez bien avec certains pays, mais pas tous, loin de là. Notamment le Canada qui n’a pas oublié la poursuite judiciaire de Boeing contre Bombardier concernant le CSeries; la Chine qui est présentement engagée dans une guerre commerciale avec les États-Unis; et l’Europe qui semble partager l’opinion du Canada tout en voulant protéger ses intérêts, c’est à dire la certification des avions Airbus par la FAA qui, semble-t-il, se montre déjà plus pointilleuse qu’à l’habitude.

    Mais il y a une donnée additionnelle qui pourrait s’avérer déterminante: l’opinion publique. Boeing semble avoir de la difficulté dans ses communications à composer avec les media sociaux à l’ère du numérique. On dirait que tout comme leur vénérable 737 ils sont cinquante ans en arrière et font abstraction des nouvelles technologies. Ayant moi-même sous-estimé l’impact des media sociaux je soupçonne que Boeing fait de même et cela pourrait mettre à mal leur stratégie qui est de soumettre l’adversaire par tous les moyens possibles en autant que ce soit légal.

    Pour l’instant cela ne semble pas fonctionner comme prévu. Il fait dire que le dossier de Boeing n’est pas très reluisant. Celui de son partenaire d’affaires, la FAA, non plus. En effet il ne se passe pas une semaine sans que l’on nous fasse de nouvelles révélations toutes plus indignantes les unes que les autres. Personnellement je ne pensais jamais que Boeing descendrait aussi bas.

    Je dois dire cependant que j’ai peut-être un peu été prophète de malheur car lorsque Boeing a lancé son projet Max j’ai écrit à l’époque dans un blogue bien connu que les ingénieurs de Boeing seraient sans doute considérablement démoralisés de devoir travailler sur un vieux rafiot comme le 737 alors qu’ils s’apprêtaient à se consacrer au NSA (New Single Aisle), le remplaçant du 737. Et de toute évidence ils n’avaient effectivement pas le coeur à l’ouvrage lorsqu’ils ont conçu le Max car il s’agit d’un design exécrable et totalement indigne de l’historique de la compagnie.

    Mais dans l’opinion publique la glorieuse histoire de Boeing ne compte plus pour beaucoup. Et dans l’éventualité où la FAA serait la seule à approver le retour en service du Max nombreux seraient les Américains qui refuseraient de monter à bord tant et aussi longtemps que les autres agences dans le monde garderaient le Max cloué au sol.

    https://leehamnews.com/2019/05/09/faa-prepared-to-lift-max-grounding-alone/

    Répondre
      • mai 10, 2019 à 3:20 am
        Permalink

        Est-ce que ça veut dire que 4 sur 5 (80%) seraient confortable avec ça ?

        Répondre
        • mai 10, 2019 à 9:15 am
          Permalink

          Le problème c’est le manque passager qui pourrait causser des problèmes aux transporteurs pour rentabilisé leurs avions. Advenant le cas qui và acheter des B737 MAX ???????.

          Répondre
          • mai 11, 2019 à 3:24 am
            Permalink

            Louis Martineau

            Je ne comprends pas le raisonnement, surtout quand on a bien d’accidents sur plein de programmes qui continuent à vendre des avions.

            Ce qui se passe actuellement est juste une réaction émotionnelle et irrationnelle exacerbée par manque de vraies nouvelles dans l’aviation.

          • mai 12, 2019 à 8:37 am
            Permalink

            Tu continue à faire abstraction que dans le cas du MAX, ce sont deux accidents reliés au MCAS donc qu’il semble y avoir un problème systémique avec le MAX.

          • mai 12, 2019 à 1:20 pm
            Permalink

            Non, le problème dans les deux cas est une réponse à une panne dont les symptoms sont documentés et il y a une procédure à faire dans ce cas là.

            Aucun des deux équipages a fait la bonne chose.

            Une panne est normale, une mauvaise réponse à une panne ne l’est pas.

          • mai 12, 2019 à 4:37 pm
            Permalink

            VV….tu dit « aucun des deux équipages a fait la bonne chose » Peu importe se qu’ils ont fait ou auraient fait ou n’ont pas été capable de faire du à un manque de formation, tous indiques que les deux crashs avec toutes les infos publier à date et qui proviennent de l’intérieur de Boeing ne pouvaient être éviter. L’enquête criminel devrait surement donner l’heure juste aux transporteurs sans compter les enquêtes civils en parallèles de différentes agences américaines qui ont inviter des représentants étrangers à y participer. Aucun américains ne veux détruires Boeing, mais là trop c’est trop 346 morts lier au MCAS directement ou indirectement peu importe. Les médias américains ne lâcheront pas tant que les enquêtes auront pas trancher hors de tout doute raisonnable. Boeing peu bien laisser sous-entendre que les deux équipages auraient dû faire tels ou tels opérations, facile à prétendre ils sont tous morts. Mais les boîtes oranges ( noir) n’ont son pas lier à une caméra vidéo. Qu’ont-ils faient ou pas faient physiquement les deux équipages, leurs morts les ont rendu silencieux malheureusement.

          • mai 12, 2019 à 5:51 pm
            Permalink

            Louis Martineau,

            Le rapport de l’enquête va être publié dans quelques mois. Il est inutile de spéculer sur les deux accidents.

            Après avoir regardé les informations publiées dans la presse, j’ai conclus que les deux accidents n’auraient pas du avoir lieu si les équipages avaient fait la bonne chose.

            J’attendrais le rapport final, mais au fond de moi je pense que beaucoup de gens seront très surpris par la conclusion. La réaction actuelle est très émotionnelle et irrationnelle. Si on regarde tout avec la tête froide et de façon rationnelle, on voit bien que quelque chose n’allait pas avec ces équipages.

            Je n’ai jamais dit que le MCAS n’avait pas joué un rôle, mais la réponse des deux équipages par rapport au comportement du trim n’a pas été appropriée.

            Pense bien bien à ce que j’ai écrit. On attendra le rapport final et on en rediscutera.

            J’ai peut être l’air de quelqu’un qui défend Boeing, mais ce n’est pas du tout le cas. J’avoue que beaucoup de gens me disent que je suis très froid, rationnel et avec peu d’émotion. Oui, je suis comme ça et la mort des uns des autres ne me fait vraiment pas pleurer.

  • mai 12, 2019 à 6:43 pm
    Permalink

    VV…..Et oui, encore bien des mois pour être fixer. Faut quand même admettre que l’avionneur spécule un peu/beaucoup en mentionnant le rôle des équipages dans ces deux crashs étant donner qu’ils tous morts. Mais pour l’instant la question est quand les 371 B737 MAX cloués au sol vont reprendre du service. AVANT le résultat de l’enquête criminel ou APRÈS ?????🤔🤔. Je parierais pas sur l’avant ou l’après de l’enquête mais (si) les infos de plus en plus concluentes continus à sortir des classeurs de l’avionneur, je pencherais pour l’après, surtout pour l’Europe, la Chine et probalement pour le Canada aussi.

    Répondre
    • mai 13, 2019 à 1:13 am
      Permalink

      Louis Martineau,

      Les autorités et la justice feront leurs enquête sans problème et ils ont des éléments et des raisonnements que nous n’avons pas.

      Je ne spéculer si pas sur l’issu de l’enquête aujourd’hui, mais je pense sincèrement que les livraisons vont reprendre avant la fin juin.

      Ce qui est vraiment inquiétant est le niveau de formation des pilotes. Il n’y a aucun doute il y aura d’autres accidents à cause de mauvaise réponse à une panne dans le futur.

      Répondre
    • mai 14, 2019 à 1:00 pm
      Permalink

      Et ca continue encore et encore….

      Répondre
  • mai 14, 2019 à 1:48 pm
    Permalink

    Ce qui me tracasse le plus en ce moment ce sont les enquêtes publiques. Je ne sais pas si on cherchera à étouffer le scandale ou si au contraire on pourrait éventuellement porter des accusations à l’endroit de Boeing et la FAA. Entre temps je crois qu’il y a une rencontre de prévue demain, le 15 mai, entre la FAA et les autres agences.

    Ce que je trouve intéressant aussi c’est que l’on semble se diriger vers un scénario où les pilotes devront se qualifier en simulateur et pas seulement sur un iPad. Boeing commence d’ailleurs à montrer des signes d’ouverture à cet égard. Mais compte tenu du fait qu’il y a peu de simulateurs et beaucoup de pilotes il faudra nécessairement faire un compromis qui permettra aux opérateurs de se conformer progressivement plutôt qu’avant que chaque pilote ne reprenne les commandes comme il aurait été souhaitable.

    Autrement dit l’entrainement en simulateur ne se fera que lorsque le pilote serait normalement dû pour y aller. Il s’agit d’une solution qui me paraît raisonnable car ce serait un compromis potentiellement acceptable tant pour les agences que les opérateurs.

    Répondre
  • mai 15, 2019 à 7:43 am
    Permalink

    Un autre coup de masse à Boeing. Les langues se délies avant la remise en services des 371 avions MAX cloués au sol. Sa sera pas facile de convaincre les transporteurs et surtouts le publics voyageurs d’embarquer à bord des B737 MAX avant une re-certification complète. Délais de quelques années surement. …..https://www.lapresse.ca/affaires/entreprises/201905/14/01-5226108-apres-la-tragedie-de-lion-air-des-pilotes-avaient-pousse-boeing-a-agir.php

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *