Air Transat fera l’essai du système WheelTug

Pour partager cette publication :

 

Selon un article de la Presse Canadienne qui a été publié hier dans le BrandonSun, Air Transat aurait conclu une entente avec le fabricant du système WheelTug afin de le mettre à l’essai sur un Boeing 737 en 2018.

 

WheelTug est un moteur électrique qui est installé sur la roue de nez d’un avion lui permettant de circuler au sol en utilisant la puissance de la génératrice embarquée plutôt que celle des moteurs. Selon le fabricant du WheelTug, ce système pourrait générer des économies pouvant atteindre le million de dollars par avion. Les compagnies aériennes se sont montrées réticentes jusqu’à maintenant à l’essayer, car son poids de 135kg augmenterait la consommation de carburant durant le vol ce qui réduirait considérablement les économies potentielles.

 

L’entente permettra à Air Transat d’essayer gratuitement le système alors que c’est son fabricant qui en fera l’installation. Air transat sera la première compagnie aérienne à mettre le WheelTug à l’essai et il sera alors possible de savoir si les économies réalisées au sol seront suffisantes pour compenser son poids additionnel.

>>> Suivez-nous sur Facebook et Twitter

3 avis sur “Air Transat fera l’essai du système WheelTug

  • janvier 19, 2017 à 8:27 pm
    Permalink

    Bonjour si ça peu aidé a sauver des $$ et l’environnement !! Moi je suis pour ça .

    merci

    Répondre
  • janvier 19, 2017 à 9:07 pm
    Permalink

    Un des problèmes du Wheeltug est qu’il n’est pas redondant, donc en cas de panne au moins un des moteurs devra toujours être prêt à prendre la relève, ce qui diminura un peu plus l’économie de carburant.

    Faudra également voir si le train avant peut encaisser les contraintes du Wheeltug sur le long terme sans parler des accélérations et de la vitesse de pointe qui risque d’être assez modeste.

    Répondre
    • janvier 20, 2017 à 7:34 am
      Permalink

      Comme le WheelTug n’est pas un système critique, la redondance est superflue surtout que les moteurs de l’avion peuvent prendre le relais. Pour ce qui est des contrainte sur la roue de nez; habituellement ce sont les freinage lors du remorquage qui causent problème et rarement l’accélération. Une programmation adéquate permet d’avoir une accélération en douceur et pour ce qui est du freinage, ce sont les freins des trains d’atterrissage principaux qui sont utilisés avec le WheelTug.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.